Sujets de Conscience

 

----------

 

zodiaque-denderah

 

 La conscience

 

Organisation de son psychisme qui, en lui permettant d'avoir connaissance de ses états, de ses actes et de leur valeur morale, lui permet de se sentir exister, d'être présent à lui-même.

 

" Les êtres humains sont dans une quête de conscience qui a été momentanément interrompue par des forces étrangères" Carlos Castaneda - Magical passes

 

------

L'esprit libre

 

"Par chance je suis dépourvu de toute ambition politique ou sociale, en sorte que je n'ai à craindre aucun danger de ce côté-là, rien qui me retienne, rien qui me force à des transactions et à des ménagements ; bref j'ai le droit de dire tout haut ce que je pense, et je veux une bonne fois tenter l'épreuve qui fera voir jusqu'à quel point nos semblables, si fiers de leur liberté de pensée, supportent de libres pensées."

(Friedrich Nietzsche, lettre à Malwida von Meysenbug, 25 octobre 1874)

 

" Le plus grand fléau de l'humanité est l'altération du psychisme de l'individu " C G Jung
 

" L'homme de l'avenir est celui qui aura la mémoire la plus longue "  Friedrich Nietzsche

 

Λ Λ Λ

 

Il n'y a pas de liberté authentique sans liberté intérieure. Or, la liberté intérieure peut constituer un acte de rébellion : cela consiste à dire non, et à s'y tenir, même si je suis seul à tenir cette position impossible devant quatre-vingt dix-neuf personnes qui disent oui. Etre, s'il le faut, le dernier des Mohicans.

La liberté intérieure c'est un acte courageux qui consiste à poser le principe suivant : ce n'est pas avec son temps qu'il faut vivre, c'est avec sa conscience. Et si mon intime conviction entre en contradiction flagrante avec l'esprit de mon temps, eh bien je continuerais de suivre mon intime conviction, quoi qu'il en coûte. Parce que je suis authentiquement vivant, autant dire un homme libre.

Les Réenchanteurs

 

 

 deux-loups-se-bataillent-en-nous-sagesse-autochtone.mp4 deux-loups-se-bataillent-en-nous-sagesse-autochtone

 

Bon usage lignes temporelles

 

 

 

Table des Matières

 

 

  • Comment purifier votre glande pinéale
  • Rencontre avec un immortel
  • L'humanité serait composée de deux races humanoides distinctes
  • La puissance de l'esprit sur la matière
  • Troubles de la vision et cécité spirituelle -  Les cinq plus grands regrets des mourants
  • A quelle famille d'âmes appartenez-vous ?
  • La conspiration s'étend t'elle jusqu'à la gamme musicale
  • Interview de Jim Humble créateur mms
  • Marina Popovitch, révélation
  • Nous sommes configurés uniquement pour le végétarisme
  • Où est donc passé le Moyen Age ?
  • Etude psychologique sur les conspirationnistes plus sains d'esprit que les VO.
  • L'énergie vitale, clé de la santé totale
  • Trou de ver

 

 

 

 

 

 

.................................>

Comment purifier votre glande pinéale !

 

 

PTAH-CHAKRAS-PT-DE-JONCTION-PINEALE

La glande pinéale pourrait être la partie la plus importante de votre système nerveux tout entier. Il s’agit essentiellement d’une antenne spirituelle, votre équivalent physique d’un troisième œil. Il est essentiel pour atteindre des niveaux plus élevés de conscience tout en restant dans un corps physique.

La calcification fait en sorte que les cristaux dans la glande s’attachent aux dépôts de minéraux. Ainsi, les cristaux ne pouvent plus exercer leur propriété de piézoluminescence.
Les effets de la calcification sont la dépression, l’anxiété, la boulimie/anorexie, la schizophrénie et d’autres formes de maladies mentales. La calcification vient aussi perturber la sécrétion de la mélatonine. La mélatonine, souvent dénommée hormone du sommeil, est surtout connue comme étant l’hormone centrale de régulation des rythmes chronobiologiques, et d’un certain point de vue, de pratiquement l’ensemble des sécrétions hormonales.(…) Elle est sécrétée par la glande pinéale en réponse à l’absence de lumière. La mélatonine semble avoir de multiples fonctions, autres qu’hormonales, en particulier comme antioxydant (anti-cancer). Elle semble aussi jouer un rôle dans le système immunitaire.
Dans l’image ci-dessous, on voit le dieu ailé sumérien Enki avec un cône de pin dans la main. On retrouve dans beaucoup de cultures la symbolique du cône de pin représentant la glande pinéale (siège de l’âme).

enki

 

glande pineale vatican

La calcification de la glande pinéale est causée principalement par le fluorure qui circule dans notre sang. Le fluorure vient des pâtes à dents, de l’eau du robinet et de l’eau en bouteille, dans certains aliments, des médicaments psychotropes comme le prozac qui est aussi appelé fluoxétine et qui contient 30% de fluorure. La glande pinéale contient la plus grande concentration de fluorure dans le corps.

 

Calcification Malheureusement la plupart des gens glandes pinéale sont fortement entartrées. Tant et si bien qu’ils apparaissent comme un morceau de calcium pendant une IRM. Alors, quelle est la calcification, et ce sont les causes?

La calcification est l’accumulation de cristaux de phosphate de calcium dans diverses parties du corps. C’est un processus naturel causé par les nanobactéries primaily.

La calcification est l’accumulation de cristaux de phosphate de calcium dans diverses parties du corps. C’est un processus naturel causé par les nanobactéries primaily. Nanobactéries sont des microorganismes qui forment de minuscules coquilles de phosphate de calcium autour d’eux, essentiellement pour se protéger de votre système immunitaire. Il ressort de la dernière recherche que cela peut être la cause de la plupart des maladies. De l’arthrite, aux accidents vasculaires cérébraux, du cancer aux maux de dos. Grâce au système alimentaire SAD (standard régime américain) horribles, la plupart des gens sont exposés à beaucoup plus de ces organismes que jamais, et que non seulement, sont calcifiées par d’autres moyens aussi.

Eau alimentation et mode de vie Les principales causes de calcification comprennent: Fluorure (magnétiquement attiré par la glande pinéale où il forme des cristaux de phosphate de calcium plus que partout ailleurs dans le corps) Les suppléments de calcium (de loin la principale cause de la calcification, ils n’ont pas vraiment fonctionné non plus. Si votre de les prendre je vous recommande de s’arrêter immédiatement) D’autres halogénures comme le chlore et le bromure (semblable en vigueur ot fouride) Le calcium dans l’alimentation (presque tous les aliments transformés contiennent une certaine forme de calcium. Que est le phosphate de calcium, carbonate de calcium, phosphate dicalcique ou autre chose. De nombreux compléments contiennent ces charges, ainsi que.) Eau du robinet (eau du robinet est rempli avec des substances calcifiante. Eau de source est absolument le meilleur choix comme distillée peut être nocif à long terme (même si c’est beaucoup mieux que du robinet). Voici un étonnant site les codes des différents ressorts natrual dans votre région où vous peut Fiil avec http://www.findaspring.com eau libre).

Décalcification J’ai eu un succès étonnant avec décalcification.

Il a totalement changé ma vie, et c’est très puissant. Certaines grandes méthodes incluent: Blue Ice Skate huile de poisson (la chose la plus puissante que j’ai jamais pris pour décalcification, quand je l’ai pris a littéralement senti comme s’il n’y avait crasse dans mon oeil qui était emporté. Contient une substance très puissante appelée « X Activator» découvert par Weston Price.) MSM (Démarrer à une dose confortable et de travailler votre chemin jusqu’à 7 à 10 000 mg par jour, dès que possible. Il commence vraiment travailler à cette dose, bien que des doses plus faibles sont toujours bénéfiques. Très puissant pour la désintoxication générale, et les cheveux, la peau, les ongles, la construction des os aussi) L’acide citrique (* BEAUCOUP de citrons travail. Vous pouvez aussi simplement acheter l’acide citrique) Ail * (Prenez environ une demi-ampoule par jour ou plus pendant un certain temps, si vous l’écraser et faire tremper dans du vinaigre de cidre de pomme ou de premières jus de citron frais il le désodoriser. Assurez-vous que vous mettez le jus dans une salade ou quelque chose plus tard.) Décalcification plus Raw vinaigre de cidre * (Contient de l’acide malique. Prenez beaucoup de lui. Assurez-vous que c’est brut, car c’est très important. Braggs est la meilleure marque) Sungazing (regardant le soleil pendant les 15 premières minutes du lever du soleil et le dernier 15 minutes du coucher du soleil fera des merveilles pour votre glande pinéale) Chant Thoh * (Say Thoooh, avec les OH prononcé comme l’orteil, au milieu c trois fois, puis attendez 24 heures et le faire à nouveau trois fois, puis attendez 24 heures et le faire encore. Ceci est très puissant) Il ya beaucoup d’autres façons de détartrer ainsi. Cela devrait vous donner quelques idées. Le * indique qu’elles doivent être prises avec au moins une des autres choses que j’ai mentionné pour un effet garanti

 Source : RustyJames !

solution MMS : mineral miracle

 

 

 

 

 

la glande pinéale renferme des cristaux de quartz composant une représentation miniature de tout l’univers !

De nos jours, il est rare de trouver des personnes qui échappent aux agressions des entités du malakût inférieur ( comprenez les êtres de l’astral d’Anu ) . Des humains ont fait allégeance à ces entités et leur rendent même un culte. Ces collabos sont les monstres qui dominent la politique, l’armée, l’économie et la religion. Quant au peuple, il sombre, sans s’en rendre compte, dans un esclavage de plus en plus ignominieux. Une guerre est déclarée contre l’âme humaine, et des démons ( comprenez les Sauriens ou entités de l’astral d’Anu ) ont pris d’assaut notre être depuis l’intérieur.

glande

Séduit par les mirages du consumérisme et de l’argent roi, le peuple se complaît dans un hédonisme cérébral sans véritable joie ni amour. Une technologie noire débilitante joue un rôle important dans le contrôle de l’esprit humain. Selon des exégètes plus avisés que les pasteurs anglo-saxons, les entités qui constituent les hordes de Gôg et Magôg, sont liées au monde infernal ( comprenez les hordes d’Anu, les sauriens ), au feu souterrain et aux métaux. Autrefois, il existait une métallurgie sacrée qui permettait de transformer les influences métalliques et d’en faire des supports spirituels. En revanche, l’usage profane des métaux serait particulièrement maléfique. Ainsi, les composants électroniques des ordinateurs, qui contiennent de nombreux métaux, participeraient à l’aliénation de l’homme.

La nature toute entière, écrit Pierre Rimbas (3), attend et espère qu’enfin l’homme comprenne et rejette les chaînes qui enserrent sa conscience. Partout où une lumière apparaît, il y a une ombre. Et la force qui se tient derrière l’informatique, c’est cette ombre, une force qui nivelle la conscience, fait disparaître la mémoire, nous transforme en des automates, des robots sans âme. Le cœur de l’ordinateur, la « puce » informatique, est un cristal de quartz, du silicium fondu avec des métaux et des terres rares comme le germanium. Cela s’appelle du silicium « dopé ». Le silicium dopé est gravé très finement pour qu’un réseau de fils conducteurs très fin recouvre toute sa surface. Autour de la puce il y a un réseau de fils en or massif. Le plus grand consommateur d’or au monde, c’est l’industrie informatique. Le cristal de quartz dopé est maintenu en vibration à une vitesse incroyable, plus de trois milliards de vibrations par seconde pour les ordinateurs les plus récents. » […]

Normalement, la glande pinéale renferme de petits cristaux de quartz composant une représentation miniature de tout l’univers, de tout le cosmos. C’est un cosmos en réduction que nous portons en nous même. C’est par ces cristaux de quartz que notre conscience évolue, effectue des prises de conscience.

Mais la puce (vous l’avez déjà compris !), c’est une imitation de la glande pinéale, une construction magique destinée par les forces de l’ombre à contrôler totalement la pinéale, et donc notre conscience. Vous avez certainement déjà remarqué comme l’on devient stupide face à un ordinateur, combien on perd la mémoire. Et bien, c’est une application de la magie noire de la puce informatique : la prise de contrôle totale de la conscience. Les forces derrière l’informatique ont dit « non » à la nouvelle conscience, parce qu’elles savent que le développement de cette nouvelle conscience signifierait leur disparition.

Le plus incroyable, c’est que cette action de l’informatique sur la pinéale est bien connue du monde médical. On a prouvé par des études cliniques que la sécrétion de la mélatonine par la pinéale est complètement changée après quelques heures de travail sur ordinateur. Les enfants qui passent plus de 20 heures par semaine sur Internet ont un rythme de sécrétion de mélatonine totalement pathologique et anormal. Mais, comme le lobby de l’informatique est incomparablement plus fort que celui des rares scientifiques étudiant la sécrétion de la glande pinéale, ces études ne sont pas du tout diffusées et restent dans les tiroirs. (4)

Une nouvelle conscience conduirait infailliblement à refuser l’ordre social tel qu’il est, car cet ordre social n’est ni plus ni moins qu’une imposture généralisée. Les forces noires nous ont achetés avec l’illusion de l’informatique et du confort moderne, comme les indiens ont été achetés par les colons européens au prix de quelques verroteries. Les territoires qui devaient nous revenir nous ont été spoliés. La vraie connaissance intérieure, qui conduit à la connaissance de la nature et des Dieux ; elle est remplacée par la barre d’outil du moteur de recherche « Google »… En Europe, nous n’avons même plus de « réserve de chasse » comme les amérindiens. Tout devra se plier à la loi informatique, et au besoin on ira jusqu’à nous implanter des puces électroniques dans le cerveau pour vérifier si l’on pense conformément à l’ordre établi. Et à ceux qui persisteront dans une pensée « hérétique », on leur réservera le même sort qu’aux Cathares du 13ème siècle : l’emmurement ou le bûcher. Comme nous vivons une époque moderne, ce sera un emprisonnement psychique ! Nous continuerons à être productifs… mais avec un cerveau réduit à l’état de zombie.

Les trois « W » de Word Wide Web, ont une signification particulièrement édifiante. En effet, la kabbale attribue une valeur numérique a chaque lettre. Le « w », nommé « waw » en hébreu, a pour valeur numérique le chiffre 6. Ainsi, dès sa création, le réseau informatique a reçu de ses concepteurs la marque de la bête, le nombre 666. Les lucifériens du Pentagone ( comprenez les Anuistes et/ou Sauriens ) nous prendraient-ils pour des gogols ? En réalité, ils nous méprisent. Leur dédain n’a d’égal que celui du dindon qui a fait son nid au palais de l’Elysée.

Le philosophe français René Descartes désigna la glande pinéale comme le « siège » de l’âme. Cette glande serait affectée par des champs électromagnétiques et par des champs haute fréquence.
« Les caractéristiques en intensité et en durée, des champs électromagnétiques semblent avoir une importance dans la suppression de la production de mélatonine. » (Burch JB, Reif JS, Noonan CW, Ichinose T, Bachand AM, Koleber TL, Yost MG.Department of Environmental and Radiological Health Sciences, Colorado State University, Fort Collins, CO 80523, USA.)

Source : RustyJames !

Glande pinéale , troisième oeil et vision transdimensionnelle

 

La glande pinéale


Aussi petite qu’un pois, et de la forme d’une pomme de pin, d’où elle tire son nom, la glande pinéale est considérée comme étant un troisième oeil, pour avoir la même structure de base de nos organes visuels.

Jusqu’à il y a peu,
L’épiphyse neurale, ou glande pinéale, ou tout simplement pinéale, est une petite glande endocrine située à proximité du centre du cerveau. Nonobstant le fait que ses fonctions soient particulièrement discutées, il n’y a toutefois pas le moindre doute qu’elle joue un rôle important, tant au niveau de la régulation de ce que l’on appelle les cycles circadiens, que sont les cycles vitaux (principalement le sommeil), qu’au niveau du contrôle des activités sexuelles et de la reproduction.

Depuis René Descartes au XVIIe siècle, qui affirmait que l’âme humaine se situait en elle, la glande pinéale était considérée comme étant un organe possédant des fonctions transcendantales. Au-delà de Descartes, l’écrivain anglais écrivant sous le pseudonyme de Lobsang Rampa s’est dédié, parmi d’autres, à l’étude de cet organe.

Les défenseurs des capacités transcendantales de cet organe le considèrent comme étant une antenne. La glande pinéale porte, dans sa constitution, des cristaux d’apatite.

Selon une théorie, ces cristaux vibreraient en fonction des ondes électromagnétiques captées, ce qui expliquerait la régulation du cycle menstruel d’après les phases de la Lune, ou la capacité d’orientation des hirondelles au cours de leurs migrations (elles captent les champs électromagnétiques de la Terre). Chez l’être humain, elle serait capable d’interagir avec d’autres zones du cerveau comme, par exemple, le cortex cérébral qui serait capable de déchiffrer de telles informations. Une telle interaction serait moins développée chez les autres animaux. Cette théorie prétend expliquer les phénomènes paranormaux tels que la clairvoyance, la télépathie et la médiumnité.

Depuis Allan Kardec, au XIXe siècle, la doctrine spirite s’attache à s’expliquer à ce propos. Dans l’oeuvre spirite « missionnaires de la lumière » dictée par l’esprit André Luiz, au travers de la psychographie du médium Francisco Candido Xavier, l’épiphyse est décrite comme étant la glande de la vie spirituelle et mentale.

Pour la doctrine spirite, l’épiphyse est un organe de haute expression pour le corps éthéré. Elle préside aux phénomènes nerveux de l’émotivité, due à son ascendance sur tout le système endocrinien, et joue un rôle fondamental dans le domaine sexuel. Dans ce même ouvrage, André Luiz décrit aussi que l’épiphyse est liée à la pensée spirituelle au travers des principes électromagnétiques du champ vital, que la science formelle ne peut pas encore identifier, commandant les forces du subconscient sous la détermination directe de la volonté.

Selon la vision ancestrale des hindous, c’est le principal organe du corps, possédant deux chakras (centres d’énergie) responsables du développement extra physique, pour être des récepteurs et des transmetteurs de l’énergie vitale : le chakra du troisième oeil, au centre du front au-dessus de la hauteur des yeux, et le chakra coronaire, bien supérieur, lui aussi situé dans la tête.

Certains scientifiques ont constaté que, à l’image d’une antenne, la glande pinéale était capable de capter les radiations électromagnétiques de la Lune, les radiations électromagnétiques venues du soleil, et même d’éveiller la production de certaines substances neurotransmettrices, qui stimulent l’activité physique et mentale. C’est aussi la glande pinéale qui active la production des hormones sexuelles au début de la puberté, initiant ainsi le cycle de la reproduction humaine.

Et il y a encore d’autres fonctions particulièrement intrigantes en lien avec ce point situé près du centre du cerveau : la glande pinéale est capable de capter les champs électromagnétiques non seulement de cette dimension, dans laquelle nous vivons, qui est la troisième, mais aussi des autres dimensions de l’univers, permettant ainsi d’accéder aux champs spirituels et subtils.

D’après la théorie des supercordes, dans le cadre de la physique quantique, il existerait pas moins de 11 dimensions différentes dans l’univers, et une communication entre elles serait possible.

En d’autres termes, la glande pinéale serait capable de détecter les dimensions invisibles aux yeux ordinaires, et ce petit radar serait lié aux phénomènes tels que la clairvoyance (voyance d’événements non encore advenus), la télépathie (communication au moyen de la pensée) et la capacité d’entrer en contact avec d’autres dimensions (médiumnité).

Au Brésil, l’un des plus grands chercheurs de ce domaine est le neuropsychiatre Sergio Felipe de Oliveira, titulaire d’un magistère en sciences de la faculté de médecine de l’université de São Paulo, directeur de la clinique « pineal mind » de São Paulo. Il a également étudié la physique durant quatre ans à l’université de São Paulo, au sein de laquelle il a travaillé sur les théories des champs d’ADN et, compte tenu de sa formation en matière de génétique du coeur, il en a déduit que les gènes ne sauraient fonctionner sans qu’un esprit n’induise leur fonctionnement (embryogenèse).

La médiumnité étant une faculté de perception sensorielle, elle a besoin d’un organe qui capte et d’un autre qui interprète. L’hypothèse du Dr Sergio Felipe de Oliveira est que:

« la glande pinéale est un organe sensoriel de la médiumnité, semblable à un téléphone portable, qui capte les ondes du spectre électromagnétique, provenant de la dimension spirituelle, le lobe frontal procédant au jugement critique du message, avec l’aide des autres zones encéphaliques ».

Songer que ce serait notre cerveau qui produit la pensée, serait la même chose que croire que les acteurs vivent à l’intérieur de notre télévision. Aujourd’hui, le cerveau est comparé à un ordinateur. Le problème est qu’il n’existe aucun ordinateur qui produise son propre programme : le programme est produit par un autre être, le programmateur, qui installe le programme dans l’ordinateur. Aussi, la pensée, l’imagination, ne sauraient naître à l’intérieur du cerveau : cela ne peut venir que de l’extérieur et être installé dans le cerveau. C’est une question de logique formelle, de raisonnement informatique. John P. Rose, de l’université d’Oxford, affirme que l’être humain est un être biologique, psychologique et spirituel.

D’après le théorème de Gödel, un système ne peut pas être capable d’exprimer une conscience de lui-même, notre corps ne peut pas être auto-conscient, la conscience doit donc être extérieure à celui-ci. De par une impossibilité mathématique, notre corps ne peut pas produire sa propre conscience. Dès lors, la conscience doit provenir de l’extérieur.

Comme l’a dit Machado de Assis dans ses Oeuvres posthumes, « la pensée s’incline sur le trapèze du cerveau ». La pensée est installée dans le cerveau, et le cerveau est l’instrument de la personne, qu’est l’esprit.

Il existe aussi un concept erroné selon lequel la science serait matérialiste. Mais le matérialisme n’a pas de preuve scientifique. Aucun travail scientifique ne prouve que le matérialisme serait une réalité existentielle ! Aussi, lorsqu’un scientifique a une vision matérialiste, il s’agit là de son opinion personnelle, et non de l’opinion de la science. Lorsque l’on raisonne du point de vue de la physique elle-même, on ne peut pas affirmer que l’on soit en train de voir une table, par exemple. Ce que l’on voit, c’est la lumière qui se reflète sur la table. S’il n’y a pas de lumière, on ne peut pas voir la table : la matière est invisible !

Alors, de quoi est faite la matière ? D’atomes. Qu’est-ce qui existe à la superficie de l’atome ? Des électrons. Et que se passe-t-il lorsqu’un électron s’approche d’un autre ? Ils se repoussent parce qu’ils ont la même charge. Aussi, lorsque l’on touche la matière, l’impression tactile que l’on ressent n’est pas le toucher mais plutôt la force de répulsion électrostatique des électrons. S’il était possible de toucher la matière, il y aurait fusion atomique. Ainsi, la matière s’avère invisible et intangible. Le matérialiste croit en ce qu’il ne peut pas toucher et en ce qu’il ne peut pas voir. Pour que quelqu’un devienne matérialiste, il faut donc beaucoup de foi…

Les universités doivent enseigner et étudier toutes les formes de pensée, ce qui inclut toutes les cultures.

Le code international des maladies en est venu à reconnaître l’état de transe et la possession par un esprit comme pouvant faire l’objet d’un diagnostic médical, sous la réserve suivante : « l’état de transe hors du contrôle de la personne est une maladie mais, lorsque cet état de transe se produit dans le contexte religieux de la personne, ce n’est pas une maladie ».

Le Dr Sergio Felipe de Oliveira a disséqué divers cadavres et a pu vérifier qu’aucune glande pinéale n’est semblable à une autre. Il a coupé une glande pinéale au milieu, l’a soumis au microscope électronique et a pu vérifier qu’il y a diverses structures couvertes par des enveloppes formées de tissu conjonctif.

La glande pinéale est plongée dans le troisième ventricule du liquide céphalo-rachidien et, sous la pression des vases communicants, ces structures souffrent d’une pression semblable à celle que le cerveau éprouve, ces structures ayant un format semblable à celui du cerveau.

Ces structures sont des capsules, en cristaux d’apatite.

Mais pourquoi y’a-t-il des cristaux dans la tête ?

Auparavant, on pensait que la glande pinéale dégénérait avec l’âge et qu’elle n’avait pas la moindre fonction, mis à part faire émerger la sexualité jusqu’à l’âge de 13/14 ans, pour ensuite perdre toute fonction et se calcifier. De fait, un processus bio-minéral affecte la glande, la faisant se calcifier. Pour sa thèse de doctorat de l’université de São Paulo, le Dr Sergio Felipe de Oliveira a fait des recherches sur les cristaux de la glande pinéale au moyen de la diffraction des rayons X. Ce travail lui a permis de vérifier qu’elle ne se calcifiait pas mais, donnait lieu à la formation de structures organisées. Mais alors, quelle serait donc la fonction de ces structures à l’intérieur de l’organisme ?

L’étude par la diffraction des rayons X et par l’emploi d’autres techniques, lui a permis de découvrir l’existence des cristaux d’apatite. La tomographie par ordinateur et la résonance magnétique furent également utilisées. Il a ainsi pu observer qu’une microcirculation sanguine maintenait métaboliquement les cristaux actifs et vivants.

Ces cristaux donnent à la glande une structure semblable à celle d’une caisse de résonance : l’apatite comporte de nombreux électrons à sa superficie, et repousse le champ magnétique. Lorsqu’un champ magnétique s’approche de la glande, il touche l’un des cristaux qui ricoche sur un autre, et ainsi de suite, jusqu’à ce que le champ soit fait prisonnier. Plus une personne dispose de cristaux, plus elle aura de possibilités de capter les ondes électromagnétiques. Les médiums ostensifs ont beaucoup de cristaux.

L’apatite est un minéral que l’on trouve aussi dans la nature sous la forme de pierres taillées. Les recherches montrent que ce cristal capte les champs électromagnétiques. Et le plan spirituel agit au moyen de ces champs. L’intervention divine s’effectue toujours en obéissant aux lois de la nature.

Les médiums, qui sont des personnes capables d’entrer en contact avec d’autres dimensions spirituelles, ont une plus grande quantité de cristaux d’apatite dans leur glande pinéale. Or, personne ne peut augmenter ou diminuer cette concentration de cristaux, c’est là une caractéristique biologique, au même titre que la couleur des yeux ou des cheveux.

La glande pinéale est un puissant récepteur, mais ce sont d’autres zones du cerveau qui décodent les informations reçues, telles que le cortex frontal cérébral. Sans cette interaction, les informations reçues ne pourraient pas être comprises. C’est pourquoi les animaux ne peuvent pas les décoder : les autres parties de leur cerveau n’ont pas cette attribution.

La glande pinéale capte ainsi des vibrations du spectre électromagnétique traduisant nos émotions, nos pensées ou celles des esprits, voire celles d’autres personnes au moyen de la télépathie. Elles sont archivées et elles réagissent au sein du cerveau de diverses manières. C’est sans doute pour cette raison que les hindous considèrent que la glande pinéale est la glande de la vie mentale, et du contact avec l’au-delà…

Les poissons aussi ont une glande pinéale. Alors que les animaux ont une tête translucide, leur glande pinéale est faite de cellules de rétine dans la mesure où, la glande pinéale et les yeux ont la même origine.

Notre tête est imperméable à la lumière, alors que la glande pinéale est atteinte par la lumière au travers de la rétine des yeux. Une partie de la lumière captée par les yeux forme une image en arrivant au lobe occipital où l’image est formée. Quant à l’autre partie de la lumière, elle régulera les rythmes de notre organisme (ce sont les effets non visuels de la lumière), par exemple les heures auxquelles les hormones de croissance doivent être produites. Tout le rythme est coordonné par la glande pinéale.

Il y a aussi des hormones qui sont sagement régies par la Lune : toute grossesse saine dure neuf mois, ce qui est exactement la durée de l’année lunaire. Mais comment l’organisme accompagne-t-il cela ainsi ? C’est parce que la glande pinéale capte les émissions de la Lune et cela se répercute dans toute l’hormonologie régie par la Lune, qui régule les hormones sexuelles reproductrices.

Au cours des cycles de veille et de sommeil, c’est l’oeil qui capte la lumière et qui informe l’organisme de ce qu’il fait jour ou nuit. La nuit, la production d’hormones augmente sous l’effet de la glande pinéale et induit l’état de transe par dédoublement car, si nous allons dormir, il y aura dédoublement et sortie du corps.

La glande pinéale régule ainsi ce rythme en accord avec les commandes, que l’on appelle zeitbergers.

En 1988, Vaul Heart, un chercheur accompagné de collaborateurs, a découvert que la glande pinéale était un élément sensoriel qui convertissait l’onde magnétique en neurochimie. Il y a divers facteurs à prendre en compte :

- 1) si la glande pinéale coordonne le rythme, alors elle est confrontée au temps. C’est l’unique organe du corps qui est confronté à la quatrième dimension (l’espace temps). C’est donc l’organe qui est confronté à une autre dimension ;

- 2) la glande pinéale est un élément sensoriel magnétique du fait des cristaux qui sont diamagnétiques, d’où la possibilité d’un lien par contact magnétique lors de la transe médiumnique.

Lorsque quelqu’un dit qu’il a reçu un esprit, cela ne signifie pas que l’esprit soit venu à l’intérieur de lui-même (tout comme le locuteur ne se trouve pas l’intérieur de la radio).

Le Dr Sergio Felipe de Oliveira a fracturé un cristal et s’est aperçu qu’il présentait des lamelles concentriques, à l’image d’un oignon, avec un modèle ressemblant à celui d’un tronc d’arbre. Plus on est âgé, plus on a de fines lamelles… Ce n’est donc pas la quantité de cristaux d’apatite qui indique l’âge mais le nombre de lamelles qu’un cristal a.

Il y a des personnes dont les cristaux ne sont pas visibles à la tomographie (ce sont des personnes qui entrent facilement en transe de dédoublement [sortie hors du corps]) mais qui captent bien la psychosphère, elles sentent alors ce que les autres personnes sentent, et sont affectées lorsqu’il y a beaucoup de gens : elles captent un grand nombre d’informations. Ces informations sont enregistrés par le thalamus (zone du cerveau qui enregistre les activités sensorielles). La personne ne comprend pas beaucoup les choses qu’elle capte mais, son corps y réagit.

Lors de ses états de dédoublement, la personne développe une plus grande activité : si elle capte ce qu’autrui sent alors, elle aura du mal à distinguer ce qui est son sentiment du sentiment qu’elle a pu capter. Des personnes peuvent alors être confuses quant à leur propre identité. Ce sont des personnes très autocritiques, anxieuses, dépressives.

En état de dédoublement, une personne exhale une énergie appelée ectoplasme. L’exhalation de cette énergie rend la personne particulièrement interactive dans la mesure où, l’ectoplasme est une énergie qui sert à la pensée de la même façon que l’air sert au son. L’air transporte le son, et l’ectoplasme transporte la pensée. Lorsqu’une personne produit beaucoup d’ectoplasme, elle réagit beaucoup à la pensée, elle est très sensible, et use cette énergie ectoplasmique.

Bien souvent, l’organisme réagit à cet excès d’ectoplasmie, en commençant alors à former des structures ectopiques (des kystes, par exemple, peuvent se former chez des personnes ayant beaucoup d’ectoplasme), où l’énergie ectoplasmique de l’organisme est dirigée (par exemple, une personne peut grossir sans en connaître la raison).

Dans ce cas, les ondes magnétiques influeront directement sur les zones de l’hypothalamus et des structures alentour, sans passer par le jugement critique du lobe frontal et en recevoir ses ordres. En conséquence, la personne perd le contrôle du comportement psychobiologique et organique. C’est ce qui se produit pour de nombreux cas d’obésité, lorsqu’une personne mange sans faim, ou des cas de difficultés lors des rapports sexuels.

Si l’effet se produit dans le domaine de l’agressivité, il y aura peut-être une augmentation de l’auto-agressivité (entraînant dépression et phobie) ou de l’hétéro-agressivité (impliquant une violence à l’égard d’autres personnes). Si le système réticulaire ascendant est activé (ce système est responsable des états de sommeil et de veille), cela pourra occasionner des troubles en ce domaine. Dans les cas précités, ces symptômes surviennent sans développement de la médiumnité, mais avec des désordres hormonaux, psychiatriques ou organiques. S’il n’y a pas de contrôle du lobe frontal, les zones les plus primitives prédominent. La personne n’a pas la capacité de se transcender. Ce sont là les hypothèses que le Dr Sergio Felipe de Oliveira a émise face aux cas cliniques, et au cours de ses investigations.

La médiumnité est notre contact avec l’au-delà : nous naissons avec ce don. Même Saint-Augustin, qui convoitait le bonheur, affirmait : « le bonheur advient lorsque quelqu’un accomplit les béatitudes du Seigneur sur la montagne ». Mais cela n’est pas possible sans le don spirituel, c’est-à-dire la médiumnité.

Chacun dispose d’une porte d’entrée vers le monde spirituel au travers de l’hypothalamus, des hormones et des enzymes qui nous lient ici, et d’une porte de sortie qu’est le cône qui va de la glande pinéale au lobe frontal.

Nos cellules comportent des mitochondries à destination desquelles se rend l’oxygène que l’on respire. Cet oxygène sert à produire de l’énergie au contact du métabolisme. Une partie de cette énergie s’ajoute à l’énergie vitale qui vient de l’oxygène (lorsque la plante capte l’oxygène pour la photosynthèse, elle capte aussi la lumière du soleil, et la lumière du soleil apporte le prana, l’énergie vitale. La plante accouple l’oxygène au prana). Lorsque l’on respire de l’oxygène, on inspire déjà le prana, le prana pénétrant à l’intérieur de la mitochondrie pour se joindre à la production calorique et à la formation de l’ectoplasme. L’ectoplasme est donc le produit du prana, et est une énergie spirituelle et métabolique (biologique). C’est pourquoi l’ectoplasme est une énergie qui permet la communication entre le monde spirituel et le monde corporel, du fait de ses deux sources.

Les cristaux de la glande pinéale sont formés à partir de la mitochondrie.

Lors des phénomènes d’incorporation, la personne voit son flux sanguin augmenter dans la tête, et peut avoir des maux de tête. Jung, le psychiatre suisse, affirmait que : « la médium entrait en transe et sentait de forts maux de têtes », pour ensuite prendre son pouls et examiner son cœur afin de tenter de comprendre ce qui se produisait…

Aussi, il nous faut considérer que notre anatomie corporelle va au-delà de ce que nos yeux peuvent voir.

Et la médecine lève le voile sur tout ce jeu d’énergie qui nous connecte à l’au-delà.

Sergio Machado

 

page suivante ---->

 

Récit : Rencontre avec un immortel

 
La suite des aventures de Theodore Illion au Tibet.

 
Il n’y a rien de plus merveilleux que la jeunesse, l’enthousiasme de la jeunesse, la capacité de ressentir profondément et d’expérimenter l’extase profonde de la vie. Est-il inévitable que nous devions perdre cette glorieuse chose, lentement et inexorablement ?

L’art de rester jeune est une toute autre affaire que de simplement prolonger nos vies.

À l’époque de la guerre de Trente Ans, lorsque des pays entiers en Europe perdirent quasiment la moitié de leur population à cause de la guerre, la famine, et la peste, la vie moyenne de l’homme était de – dix ans. Lors du dernier siècle il était de trente à quarante ans. Aujourd’hui il est de presque de soixante ans, et des scientifiques sérieux parlent de la possibilité que, très bientôt, la durée de vie moyenne de l’humanité se prolonge à quatre-vingt dix ans.

Hélas ! tout ce progrès est plus apparent que réel. Les statistiques ne déclarent pas à quel âge l’homme commence à être vieux. L’homme vivant disons il y a 300 ans restait jeune plus longtemps que nos contemporains.

Dans ce monde de remontants et de plaisirs tout-faits, dans ce monde d’une vie prétendument “intense” qui est dans la plupart des cas rien de plus que la recherche de vitesse et de sensation pour oublier son propre malheur et sa propre terrible vacuité, l’homme et la femme vieillissent beaucoup trop vite. La plupart des personnes vieillissent et se désillusionnent très tôt. Même si la vie elle-même ne disparaît pas, la plus grande chose sur terre, la Jeunesse, est rapidement perdue.

Les masses au Tibet font d’autres erreurs, généralement de nature “spirituelle”, et vieillissent aussi prématurément, mais les vrais ermites tibétains réussissent à rester jeune presque indéfiniment. Il y a des rumeurs au Tibet que certains de ces hommes ont cinq ou six cent ans, mais de telles histoires pourraient ou non être vraies. Il est impossible de vérifier l’âge d’un homme quand il est supposé avoir plusieurs centaines d’années d’âge, puisqu’il a survécu à tous ses témoins.

Cependant, certains de ces hommes, qui ressemblent à des hommes en pleine santé d’environ trente-cinq ans d’âge, doivent avoir au moins cent ans d’âge, puisque nombre de personnes âgées qui vivent dans le même district ont vu ces hommes pendant cinquante, soixante ans ou plus et déclarent qu’ils n’ont pas changé d’apparence durant cette période et qu’ils n’ont certainement pas vieilli.

Quel est le secret de cette jeunesse pratiquement éternelle ?
La meilleure opportunité pour étudier un tel homme me fut offerte lorsque je suis resté cinq jours dans l’habitacle d’un frère de l’un de mes meilleurs amis au Tibet. Ils sont tous deux des ermites qui semblent posséder le pouvoir de se maintenir jeunes presque indéfiniment. L’un d’entre eux vit au sud du désert de Gobi. Par hasard, ce fut cet homme qui m’a fourni des vêtements tibétains et a beaucoup amélioré mon accent par de fabuleux exercices de prononciation. Son frère vit dans le Tibet du Sud-Est, et ce fut ce dernier qui m’a offert l’hospitalité de son logis.

Ces ermites ne partagent pas l’idée, si commune parmi les soit-disant saints du Tibet, que la saleté est une signe de sainteté. Ils sont tout aussi propres extérieurement qu’intérieurement. Leurs habits ne sont ni opulents ni excessivement haillonneux. Seuls quelques uns sont exceptionnellement grands, et bien qu’ils mangent très peu – souvent rien si la météo est claire et belle – ils ne sont pas très minces. Il faut reconnaître, cependant, qu’ils ne semblent pas avoir un grain de matière grasse.

Il y avait une merveilleuse atmosphère de sérénité dans les logis de mes amis tibétains. Il y avait une atmosphère magnifique de réelle hospitalité – une hospitalité si naturelle et sans efforts que l’on se sentait immédiatement chez soi.

Pendant trois jours après mon arrivée il n’avait pratiquement pas mangé, et je commençais à me demander si c’était son jeûne qui le préservait si longtemps sa jeunesse. Il ressemblait à un homme de trente ans environ, et il se comportait parfois comme un jeune garçon. Aussi, ses yeux étaient plutôt,ceux d’un enfant que ceux d’un homme de pleine maturité. Son âge réel – à en juger par les déclarations de nombreuses personnes âgées qui l’avaient vu il y a des décennies – devait être de quatre-vingt dix ans au moins.

Il n’y avait rien de solennel ou d’intimidant en lui, et un matin lorsque nous nous poussions mutuellement et facétieusement pour faire des exercices, j’ai tenu son corps. Il était élastique et souple, comme le corps d’un garçons de dix-neuf ans.

Je me suis à nouveau demandé si sa très faible alimentation avait quelque chose à voir avec son apparence de jeunesse. J’y avais juste pensé, sans lui demander. Il a souri, m’a pleinement regardé avec ses yeux brillants, qui changeaient continuellement d’expression, et m’a dit :

“Ce n’est pas le jeûne qui me fait rester jeune, mon ami.”

“Pourquoi mangez-vous si peu, alors ?” ai-je demandé.

“Parce que nous n’avons pratiquement jamais faim,” a-t-il répondu.

“Maintenant, écoute moi avec attention,” continua-t-il, après une petite pause. “Dès l’instant où tu fais un effort pour rester jeune, tu vieillis. Dès l’instant même où tu fais un effort pour garder quelque chose, tu as peur de le perdre. Et la peur empoisonne un homme, quoi qu’il fasse et quoi qu’il mange. C’est la peur qui détruit la jeunesse des gens.”

“N’oublie pas que dans la vie tout est relatif, et qu’il n’y a pas de valeurs absolues. Même le bien et le mal n’existent pas réellement. Rien n’est vraiment bien ou vraiment mal. Tout dépend de comment on utilise une chose. Vous ne pouvez pas rester jeune par certaines pratiques. Si vous vieillissez dans le cœur, l’âge physique survient rapidement, quoi que l’on mange ou que l’on fasse pour rester jeune.

Et qu’est la jeunesse ? C’est la liberté envers les préjugés, la liberté envers les manières habituelles de penser ou manières habituelles de vivre. Donc aussi longtemps que nous sommes spontanés, aimants, et enthousiastes nous sommes jeunes.

“C’est très simple,” ai-je osé remarquer. “Mais nombre de personnes aimeraient une liqueur miraculeuse leur donnant la vie éternelle.”

“Précisément,” a-t-il répondu, “mais une chose telle qu’un élixir apportant la jeunesse éternelle n’existe pas.

“Ne pense pas que je suis brutal lorsque je dis que je te montre le monde tel qu’il est réellement. Si nous donnons au monde un élixir de vie éternelle nous ne ferions qu’empirer les choses. Nombre de personnes utilisent leurs vies pour faire du tort aux autres, tout en faisant de courts efforts pour être bon, ayant ainsi une excuse pour être néfastes tout le reste du temps. Et que dire du problème du chômage ?” ajouta-t-il avec un grand clin d’œil, montrant qu’il en savait plus sur l’Occident que je ne l’imaginais. “Et que dire du problème de la surpopulation ?” Sa voix devint infiniment triste.

“Dans un monde où l’homme est l’ennemi de l’homme, une vie prolongée ne créerait que des problèmes en plus. Rallonger la vie des personnes sans changer leur cœur ne ferait qu’augmenter les troubles du monde qui sont provoqués par l’attitude erronée des individus qui cherchent leur propre bonheur aux dépends du bonheur des autres. En combattant simplement les symptômes d’un trouble – y compris le vieil âge prématuré – nous n’améliorons pas les choses. Nous avons combattu les symptômes de l’égoïsme depuis des siècles, et en dépit de cela le monde est devenu de plus en plus malheureux.

“Êtes-vous heureux ?” ai-je demandé.

Des larmes coulèrent sur son visage lorsqu’il formula sa réponse. “Non, je ne le suis pas. Les gens de mon type sont souvent dans une solitude à briser le cœur, si vous regardez cela d’un angle strictement humain. J’aime les autres, et pourtant je sens que ce que je peux faire pour eux est infiniment peu. Il y a un profonde tragédie en cela. Je ne peux pas être heureux avant que le monde entier le soit, et il y a un long calvaire, un clavaire infiniment long, encore à venir avant que ce but ne soit atteint.”

Je n’ai soudainement pas pu m’empêcher de penser à une conversation sur les plaisirs du paradis et les souffrances des damnés que j’avais eu avec un théologien érudit.

Il semblait avoir le sentiment qu’il ne faille pas vraiment craindre l’enfer tant qu’on n’est soi-même pas certain d’aller au paradis. Mais revenons à ma conversation.

“Est-ce que la vie vaut la peine d’être vécue ?” ai-je demandé à l’ermite.

“Oui,” répondit-il “la Vie est grande la Vie est glorieuse, il y a toujours cette alternative entre les sommets vertigineux et les affreux abîmes. Tout est relatif et il n’y a aucune certitude. Si vous vous rendez compte que vous pouvez vivre avec le cœur d’un jeune garçon. C’est seulement si vous vivez avec le cœur d’un jeune garçon que la vie vaut la peine d’être vécue. Alors vous connaissez beaucoup de choses et pourtant vous ne vous sentez pas supérieur. Je ne pense pas que je suis un individu exceptionnel ; je suis juste un humble serviteur de l’humanité. Je vis et j’aime.”


“Que peut-on faire pour le monde ?” ai-je demandé ?

“Nous pouvons être des signaux indicateurs, montrant la route à ceux qui tâtonnent dans le noir. Mais malheur à eux s’ils commencent à nous vénérer. Si les gens attendent des signaux indicateurs pour les aider, ces signaux indicateurs deviennent leurs plus grands obstacles.

“Mais comment allons-nous influencer les autres, concrètement ?

“La plupart des gens contribuent d’une façon ou d’une autre aux souffrances du monde – souvent sans même le savoir eux-mêmes,” a-t-il répondu.

“Tout ce qu’un homme sincère peut faire est ne pas co-opérer avec quoi que ce soit qu’il considère comme stupide, quoi qu’en soit le résultat pour sa vie et ses biens.”

Il se mit soudainement à rire comme un espiègle jeune garçon coquin, ses explosions de vivacité contrastant étrangement avec son sérieux quelques instants auparavant. “Je dois rire,” dit-il, “lorsque j’utilise le mot “biens”, puisque je n’ai pas de biens. Je n’ai rien, donc je ne crains pas de perdre quoi que ce soit.


“Devrions-nous recommander aux gens de rechercher la pauvreté ?” ai-je demandé.

“Non. Il n’y a pas d’inconvénient à la richesse si les gens ne se cramponnent pas à elle.”

“Alors que le mépris de l’argent, des richesses, et du pouvoir n’a pas besoin d’être un premier pas ?”

“Non. Cela vient tout seul, une fois que les gens ont compris la vie.”

“Quel devrait être le premier pas, alors ?”

“Se comprendre soi-même. Il est bien plus facile de comprendre les autres qu’il l’est de se comprendre soi. Ne penses-tu pas qu’il est plus facile pour quelqu’un de comprendre l’enfant d’une autre personne, qu’il l’est de comprendre son propre enfant ? Plus il y a d’intérêt partial et égoïste pour une chose que nous sommes, plus il est difficile de comprendre. N’y a-t-il rien de plus difficile de se juger objectivement soi-même ? Dis aux gens de devenir pleinement conscients d’eux-mêmes. Dis-leur de continuellement enquêter sur leurs propres motivations, d’être ouvertement brutal à eux-mêmes.

Cela peut fournir une première incitation à la prise de conscience de sa propre incomplétude et ainsi un premier pas vers la compréhension.

“Après tout, c’est très simple. Aime ! Aime plus et plus intensément. Et si ton amour est libre du poison de l’égocentrisme tu ne te sentiras pas supérieur parce que tu es une compréhension plus profonde. Si le réel amour engendre la compréhension, cette compréhension sera exempte du terrible piège de l’arrogance spirituelle.

Mon sage ami faisait tout lui-même. L’heure du repas était venue, et il a préparé notre nourriture. J’ai reçu un petit repas d’orge avec des radis secs, alors que son menu était constitué de peut-être deux ou trois cuillerées à thé d’un mélange d’herbes que ses amis avaient ramené pour lui des Himalayas.

“J’ai reçu un petit sac de celles-ci il y a trois mois,” me dit-il. “Il y en a encore plein dedans.”

“Peu d’occidentaux seraient satisfaits d’un tel repas,” ai-je observé.

“Je ne suggère pas un instant qu’ils devraient manger une telle nourriture. Il y a beaucoup de bien dans tout le progrès de la civilisation,” répondit-il, “mais les gens en font du gâchis. Plus ils inventent de machines, plus ils compliquent la vie. De sorte qu’en fin de compte, cela ne les améliore pas.

“Je devrais avoir l’esprit d’utiliser des machines ici,” ajouta-t-il. “Pourquoi devrai-je travailler une heure par jour pour mes vêtements si je peux faire le même travail avec une machine en dix minutes ?”

“Eh bien, pourquoi n’en prends-tu pas une ?”

“Ici, je deviendrais trop ostentatoire si j’utilisais des machines,” a-t-il répondu, “et alors j’accélèrerais la marche de la pénétration occidentale ici au Tibet, qui a déjà commencé près des frontières du pays, et aussi en certaines parties du district de Lhassa.”

“As-tu un lien avec le district de Lhassa ?” lui demandai-je, plutôt surpris. “Je pensais que ce district était l’un des plus isolés du Tibet.”

“Peu importe de comment dont j’obtiens mes informations,” répliqua-t-il avec intention. “Si tu vas toi-même au district de Lhassa, tu peux vérifier si j’ai raison.


“Mais tu ne peux pas y aller pendant ce voyage. Ce ne serait pas sûr, puisque tu devrais voyager déguisé dans un district où de nombreuses personnes blanches ont déjà été vues par les habitants.

“Peut-être que je devrais y aller lors de ma prochaine visite au Tibet dans cinq ou six ans,” ai-je dis.

“Ne te précipites pas autant à faire des plans, ami” me dit-il. “Il peut y avoir de gigantesques bouleversements interférant avec tes plans, bien que rien ne soit définitivement déterminé pour l’instant. Tout dépend de ce que fait chacun de nous. Une bonne pensée peut faire pencher la balance dans du bon côté.


“Pourquoi ne souhaites-tu pas que le progrès occidental vienne au Tibet ?” ai-je demandé ?


“L’Occident fait une horrible erreur en donnant une sur-importance à la matière. Cette partie du monde fait l’erreur opposée. Le Tibet fuit l’aspect matériel. En amenant les machines ici nous ferions pencher la balance de l’autre côté, et les gens deviendraient inévitablement matérialistes.

“Une nouvelle conception de la vie est nécessaire dans le monde entier,” continua-t-il plus fortement ; comme s’il m’avait complètement oublié et parlait à l’humanité toute entière. “L’Occident fuit l’Esprit et l’Orient fuit la Matière. Les rares personnes qui font un effort en Occident pour être religieuses sont semblables aux quelques types en Orient, qui fuient également la Matière. Et les rares personnes en Orient qui, par un effort, rompent avec ce qu’ils appellent religion deviennent matérialistes comme la plupart des occidentaux.

“À moins que nous créions une nouvelle conception de la vie,” continua-t-il, “l’Orient et l’Occident sont tous deux condamnés. Nous avons besoin d’un nouveau type d’humanité qui soit à la fois Matière et Esprit. Il n’y a que de telles personnes qui peuvent être humaines. Une personne fuyant la Matière ou l’Esprit, ne l’est jamais.”

Il me conduisit à la porte de son logis. Un paysage splendide se tint sous nos yeux. L’air était aussi clair que le cristal. À une distance d’environ douze kilomètres, à environ 800 mètres en contrebas, il y avait un lac de montagne.

Mon ami tibétain me montra une île sur le lac. Il me raconta que des ermites tibétains vivaient sur cette île, et que la population considérait que c’était en leur devoir de leur apporter de la nourriture. Le lac était gelé durant tout l’hiver jusqu’à la fin du printemps, et l’approvisionnement en nourriture était facile à obtenir jusque là. Mais lorsque l’été arrivait la glace fondait, et les radeaux ne pouvaient pas encore être utilisés, puisque les radeaux tibétains sont constitués de sacs en peau gonflés.

Alors des gens risquaient leur vie pour apporter de la nourriture aux ermites en marchant à la surface de la glace fondante. Les soi-disant ermites considèrent que leurs prières sont plus efficaces sur l’île qu’ailleurs, et ne veulent pas prier autre part, même au prix de mettre en péril la vie d’autres personnes.

“Ici tu vois un exemple de gens qui fuient la Matière.” m’a dit mon ami. “Ils prient, et sont bons lorsqu’ils prient, mais ne sont pas bons dans leurs vies quotidiennes. Peux-tu imaginer un être vraiment humain prier sur l’île, et ce faisant, forcer d’autres personnes à risquer leurs vies en marchant sur la glace ?

“Méfie-toi des gens qui pensent qu’ils sont bons, mon ami,” ajouta-t-il. “Dans la plupart des cas nous sommes pires lorsque nous imaginons que nous sommes bons.”

J’ai dû penser aux idéalistes cruels et aux guerres de religion. J’ai dû penser au fait que lors des derniers siècles un grand nombre de systèmes ont été fondé pour aider les autres et les rendre meilleurs, et qu’en dépit de cela le monde semble être un véritable asile de stupidités et d’horrible souffrance.

Nombre d’entre nous essayent d’être “bons”, mais souvent nous sommes bons que pour quelques minutes de ci de là, et nos idéaux et brefs moments de gentillesse et bienveillance ne font que nous fournir une excuse pour être des égoïstes hypocrites tout le reste du temps. Nombre d’entre nous sommes idéalistes parce que cela nous sert d’être idéaliste. Un tel idéalisme n’a absolument aucune valeur. Au contraire, cela contribue à masquer les symptômes, empêchant ainsi le monde de voir les causes sous-jacentes de nos problèmes.

Combattons l’égoïsme et l’imperfection en nous-mêmes et non chez les autres. Le monde serait bien meilleur et bien plus humain si les gens se consacraient à se juger eux-mêmes seulement le dixième des énergies qu’ils gaspillent en jugeant les autres par la pensée, la parole, et l’action.

Contrairement à la majorité des tibétains qui découvrent comment ils devraient vivre qu’au moment où leurs vies sont presque passées, les vrais ermites tibétains ont le courage de vivre leurs propres vies sans se tourner vers les habitudes et préjugés. Lorsqu’ils sont en vie, ils sont toujours amoureux de la vie. Leur perspective sur la vie est une réalité vivante et dynamique.

Ils ne souhaitent rien, pas même une longue vie, la santé ou le bonheur. Ils vivent juste sans paralyser leurs vies ou permettre qu’elles soient paralysées par d’autres, et cette attitude demande une bonne dose de détermination dans le monde. Ils sont bienveillants envers tout ce qu’ils traitent – bien qu’ils peuvent parfois être durs envers des individus s’ils pensent que la vie dans son ensemble l’exige – et cet “ensemble” comprend aussi leurs propres corps. Ils ne se maltraitent jamais. Ils ne désirent rien, et pourtant tout leur est donné.

Curieusement, le fait qu’ils ne désirent rien semble associé à une force de volonté inébranlable, mais cette force de volonté n’est jamais utilisée du point de vue du “moi”, mais toujours du point de vue de tout ce qui comprend aussi le “moi”.

Ils sont très sages, probablement juste par le fait qu’ils n’accumulent pas le savoir comme un avare accumule l’or. Ils ne jugent les choses pas seulement avec leur cerveau, mais avec leur cerveau et leur cœur. Et cela est la sagesse à savoir, pas uniquement l’accumulation et le catalogage d’innombrables détails, mais la compréhension de liens vitaux. Quelqu’un qui tuerait les spécimens de toutes les espèces inconnues d’animaux au Tibet, par exemple, ne serait pas plus sage en les examinant de façon très approfondie.

Notre civilisation, avec tous ses apprentissages, équipements et perfectionnements techniques en perpétuelle évolution, nous a-t-elle rendu sages et heureux ? Est-ce que notre énorme connaissance et information nous a rendu plus sages que ces ermites tibétains ? Certainement pas. Car nous avons uniquement accumulés des savoirs et nous manquons de sagesse pour intégrer tous ces savoirs et tous ces perfectionnements à des buts constructifs et bons.

Dans certaines parties du Tibet, où l’information sur l’Occident est disponible, même un type ordinaire ne voudrait pas de la civilisation occidentale.

“Cela n’apporte que malheur et discorde,” disent-ils. “On n’en veut pas ici.”

Allons-nous détruire la civilisation et grimper aux arbres parce que nous ne sommes pas assez intelligent pour l’utiliser comme elle devrait être utilisée ? Si le cœur de l’homme change, la civilisation cessera de conquérir ses propres fins. Après tout, la civilisation est-elle bonne ou mauvaise ? Rien n’est bon ou mauvais. Tout dépend de comment nous en faisons usage.

L’aspect technique et scientifique de la civilisation a évolué à un rythme stupéfiant, mais pendant ces temps de progression matérielle rapide le cœur de l’homme n’a presque pas changé, en dépit de siècles entiers à parler d’amour et de fraternité. Il y a-t-il vraiment une différence entre l’homme qui allait au cirque il y a 1800 ans pour voir des gens se faire réduire en pièce par des lions, et l’homme moderne qui va au cirque lorsqu’il attend que l’acrobate se casse le cou ?

Tous les tibétains qui vendent des drogues spirituelles défendent la croyance que si l’on s’approche d’une très sainte personne, le seul fait d’être à proximité d’elle nous aidera automatiquement, et sera d’un bénéfice spirituel.

Dans le monde de la spiritualité réelle il ne peut y avoir aucun “avantage”. Même la présence d’un grand être dynamique ne nous aide pas automatiquement. Cela libère simplement tout ce qui est caché en nous, et pas seulement nos côtés lumineux, mais aussi les autres. Peu se demandent pourquoi les vrais ermites sont si réticents à rencontrer la foule curieuse.

Les vrais ermites ne se disent jamais “saints”. Méfiez-vous de ceux qui font un tel effort pour vous convaincre qu’ils sont bons et moraux. SI quelqu’un est vraiment vertueux, il n’a pas besoin de souligner ce fait.

Une fois seulement j’ai demandé à un saint tibétain s’il était vertueux. Sa réponse était – un rire joyeux ! Et pourtant je suis convaincu qu’il n’a jamais péché. Le principe directeur de sa vie était l’amour. Il n’a jamais fait aux autres ce qu’il ne voulait pas que les autres lui fassent. C’était son code moral, m’a-t-il dit par la suite.

Cet ermite qui, bien sûr, savait aussi que j’étais une personne blanche, m’a donné des réponses à de très vitales questions.

“Dis-moi si tu as trouvé la Réalité,” lui ai-je demandé.

“La Réalité, la Vérité, la Vie, Dieu, l’Éternité, l’Amour tout-embrassant – tout cela est la même chose,” a-t-il répondu. “Tu ne peux pas trouver la vérité. Dès l’instant où vous avez votre vérité, ce n’est plus la vérité.

“Aussi longtemps que nous vivons nous devons être en quête,” continua-t-il. “La vie n’aurait pas de sens s’il y avait quoi que ce soit de certain. Plus tu es poussé par la vie, mieux c’est. Ne sois jamais satisfait, surtout avec toi-même.”


“N’y a-t-il pas de principe directeur ?” ai-je demandé.

“Il y en a un,” a-t-il dit, tandis que ses yeux s’illuminaient d’un amour et d’une compassion infinie, “le principe directeur devrait être l’AMOUR. Si tu lui es fidèle, il te montre le bon chemin.”

Nous venions de la vallée dans laquelle j’avais traversé la rivière grâce à mon dispositif flottant juste avant de le rencontrer. Après avoir répondu à mes dernières questions, il augmenta sa vitesse. J’ai fait de même. Je peux marcher à neuf kilomètres/heure sans courir. Mais le tibétain marchait encore plus vite !

“N’y a-t-il pas de piège sur la route ?” ai-je demandé.
“Il y en a un. Le plus terrible de tous les péchés : l’arrogance spirituelle. Si l’amour ouvre ton coeur à une compréhension plus profonde et que tu abuses de la lumière ainsi donnée en te sentant supérieur et méprisant envers les autres, alors tu commets le plus grand péché contre ton vrai soi.”

Il augmenta encore sa vitesse. Maintenant, à onze kilomètres/heures, je ne pouvais plus le suivre sans courir.

J’ai réalisé qu’il souhaitait être seul. Les nalliorpas tibétains ne font jamais d’effort pour être “gentil”. Ils n’hésitent pas à être ferme s’ils veulent clore une discussion.

Je me suis arrêté un instant et ai regardé derrière moi. Lorsque je me suis retourné quelques secondes plus tard il était en dehors de mon champ de vision. Ce fut peut-être mon expérience la plus étrange de mes voyages en Asie.

Maintenant il était de nouveau seul physiquement, mais il était probablement en contact avec tous les coins de l’univers, par télépathie. Imaginez un homme qui en sait autant, qui est incommensurablement sage, et pourtant incapable d’aider ses congénères directement.

Ces hommes n’essayant jamais d’influencer le libre-arbitre des autres. La vie n’a pas de sens si nous devenons juste des marionnettes, suivant automatiquement les diktats des chefs spirituels, même s’ils sont très puissants et sages. L’homme a le choix entre le plus grand bien et le mal le plus horrible. Son destin se tient dans ses propres mains. C’est la gloire de l’homme. Un jour il se sauvera lui-même par son propre effort et deviendra comme les hommes sages du Tibet. Ils sont analogues à des signaux indicateurs. Ils le disent eux-mêmes.

L’homme créé ses propres limites. Il doit lui-même détruire les choses qu’ils a créé. Les ermites peuvent montrer aux enfants comment ils marchent, mais s’ils les portent dans leurs bras, les enfants n’apprendraient jamais à marcher.

Les vrais ermites sont au-delà de la critique. S’ils sont loués ou blâmés, ils ne s’en soucient pas. L’opinion des autres, qui est pour la plupart des tibétains tellement importante que leurs vies entières portent le sceau de pensées automatiques et préjugés de l’époque dans laquelle ils vivent, ne semble en aucune manière influencer les hommes sages du Tibet.

Ces hommes spontanément altruistes, qui ne font de leur altruisme aucune vertu, mais qui sont continuellement, sans faire d’efforts, bienveillants et compatissants, semblent avoir conquis la mort. Ils sont “éternels”, voyant que la notion même de temps n’existe que dans la mesure où les individus tracent une ligne entre le “moi” et le “non-moi” et considèrent tout en relation avec leur petit moi.

Et puisqu’ils sont “éternels” dans le sens indiqué ci-dessus, ces hommes n’ont pas peur de la mort, bien que leur “moi” ne croit pas en un quelconque paradis personnel où ils pourront être confortablement logés.

Cependant, ces hommes sont pleinement conscients d’être des entités distinctes et séparées et n’abandonnent pas leur Âme. Ils sont et restent de fortes personnalités qui travaillent à l’amour envers les autres.

Et cela est le Nirvana, le vrai

Nirvana, pour lequel tant de fausses notions prévalent, non seulement dans les pays occidentaux mais aussi en Orient, puisque le vrai Nirvana est souvent confondu avec le faux Nirvana qui est une fabrication des prêtres. Le faux Nirvana est l’abolissement et la négation de la vie, mais le vrai Nirvana est son plein épanouissement par la spiritualisation de la matière, au lieu d’une fuite ou d’une sur-exagération de son importance.

Le vrai Nirvana est un état dans lequel l’homme est tout et rien en même temps. C’est un état d’être qui est au-delà de la mort, au-delà de la peur de la mort. Ce remplacement d’un égoïsme volontairement limité du “moi” par un désintéressement illimité n’est pas une annihilation mais un différent état de conscience. Un tel “moi” se met lui-même volontairement à la disposition du monde et travaille pour le monde, parce qu’il se sent un avec les joies et les tristesses du monde et non parce qu’une récompense égoïste lui est promise, même subtilement.
page suivante ----->

 

L’Humanité serait composée de deux races humanoïdes bien distinctes

 

Serait-il possible que la race humaine soit, en réalité, fondamentalement scindée en deux ? Serait-il concevable qu’au-delà des apparences physionomiques l’humanité abrite, en vérité, deux races humanoïdes bien distinctes ? L’idée qu’il y ait effectivement deux races différentes d’êtres humains peut surprendre car, bien entendu, ceci ne fait habituellement pas les manchettes. De plus, cette notion, à première vue, ne semble pas concorder directement avec nos expériences quotidiennes. 

Nous sommes accoutumés à penser en termes de physionomie : il y a des Asiatiques, des Blancs (caucasiens), des Noirs (négroïdes)… Nous y voyons donc, depuis toujours, plusieurs « races » fragmentant l’humanité en groupes identifiables. Les récentes poussées technologiques entourant le génome ont d’ailleurs tôt fait de catégoriser, dresser l’historique, ainsi qu’établir des tableaux de caractéristiques pour chacune de celles-ci. Mais il existe une connaissance, parfois dissimulée dans certains enseignements dits « ésotériques » ou « occultes », selon laquelle l’être humain est, à la base, issu de deux races bien distinctes. Cette réalité, bien que peu connue, est étudiée et analysée par certains, et ce, dans différents domaines tels que la politique, la sociologie et la psychologie, et ils en sont tous venus plus ou moins à la même réalisation : il y a certains humains qui ne sont pas vraiment… « humains » !

Mais alors, qu’est-ce qu’un humain ? Qu’est-ce qui définit l’humanité d’un être ? Voici ce que l’on peut trouver dans le dictionnaire :

 

 

Humain, adj. Qui est sensible à ce que peut ressentir son prochain.

Synonymes d’humain : Charitable – altruiste, bon, charitable, compatissant, fraternel, généreux, humanitaire, qui a bon cœur.

Humanité, n.f. 1) Bienveillance ou compassion pour les malheurs d’autrui. (Traiter quelqu’un avec humanité). 2) Caractère d’une personne dont la nature humaine est très manifeste.

Synonymes d’humanité : Altruisme – aide, allocentrisme, altruisme, amour (d’autrui), assistance, bénévolat, bienveillance, bonté, charité, compassion, dévouement, don de soi, empathie, entraide, extraversion, fraternité, générosité, gentillesse, pitié, sensibilité, serviabilité, solidarité, sollicitude. Sensibilité – affectivité, âme, attendrissement, coeur, compassion, émotivité, empathie, pitié, romantisme, sensibilité, sentiment, sentimentalité, sympathie, tendresse, vulnérabilité.

 

 

En bref, ce sont les émotions qui caractérisent notre race : la faculté de ressentir de l’empathie, de l’amour pour son voisin, son prochain, l’aptitude à la bonté, à la sensibilité, aux sentiments d’entraide, de fraternité, de solidarité, etc., la capacité à la considération externe , de se « mettre à la place » d’un autre (qu’il soit humanoïde ou non) et de guider ainsi nos actions (qui ont immanquablement des répercussions) qui nous distinguent.

Naturellement, nous avons tous la sincère conviction que tous les êtres humains ont cette prédisposition particulière. Nous croyons tous, à quelque niveau que ce soit, que tous les hommes et toutes les femmes sur cette planète possèdent cette tendance à la bonté, que tous ressentent les émotions caractéristiques de notre quotidien : amour, peine, joie, honte, regret, amitié, etc. La plupart d’entre nous sont même convaincus que peu importe les actions commises et les paroles dites par certains individus, qu’ils « ne sont qu’humains, après tout ». Que ce soit G.W. Bush, Hitler ou Jack l’Éventreur, nous sommes persuadés qu’il y a en eux un « enfant blessé » ou simplement qu’ils ont une carence affective quelconque ou qu’ils ont besoin d’une aide phychologique. Nous le croyons, car nous faisons de la projection.

Pourtant, certains « criminels » nous paraissent tellement « inhumains » que nous avons de la difficulté à concevoir le comment et le pourquoi de leurs actions. Et si, après tout, ils étaient réellement « inhumains » ? S’il existait un type d’humanoïde qui ne soit pas doté d’émotions ?

Boris Mouravieff, auteur de Gnosis, traite ainsi de cette réalité, dans la terminologie particulière des enseignements de la Tradition :

 

 

Dans le premier tome de Gnosis, nous avons déjà fait référence plusieurs fois à la coexistence de deux races essentiellement différentes : l’une constituée d’Hommes, et l’autre d’Anthropoïdes.

[...] Les Écritures Saintes contiennent plus d’une référence au sujet de la coexistence sur notre planète de ces deux humanités, qui sont maintenant de forme similaire mais d’essence différente.

[...] L’ivraie humaine, les êtres de la race anthropoïde, sont les descendants de l’humanité pré-adamique. La principale différence entre l’homme pré-adamique contemporain et l’homme adamique – une différence qui n’est pas perçue par les sens – est que le premier ne possède pas les centres supérieurs développés [la conscience émotionnelle] qui existent chez le second et qui, bien que déconnectés de sa conscience ordinaire depuis la Chute [l'Événement marquant l'arrivée de la race d'hommes], lui offrent cependant une possibilité réelle d’évolution ésotérique [d'éveil]. Mis à part cela, les deux races sont similaires : elles possèdent les mêmes centres inférieurs [la conscience matérielle/matérialiste], la même structure de la Personnalité et le même corps physique, bien que la plupart du temps cela soit plus prononcé chez l’homme pré-adamique que chez l’homme adamique… (p. 108-109). 

 

 

Une race, littéralement, dont la physionomie est la même, mais à laquelle il manquerait totalement la faculté émotionnelle ?

La majorité d’entre nous argumenterait qu’il est impossible qu’il en soit ainsi sans que nous nous en apercevions. En effet, un être humain n’ayant aucune émotion ne ressemblerait-il pas à un robot : sans intonation dans la voix, sans expression faciale et sans langage corporel ?

Cette conclusion hâtive tend à oublier un fait pourtant bien connu : l’énorme faculté mimétique des êtres humains. En effet, nos connaissances à ce sujet nous démontrent que, bien au contraire, ces personnes sont des plus « normales » et qu’il nous est pratiquement impossible de les reconnaître.

Ce savoir ancien refait surface – de plus en plus – dans divers domaines et sous diverses appellations telles que : psychopathie, sociopathie, pathocratie, etc. Évidemment, la première image que nous avons du psychopathe est celle qui se limite au tueur en série, au détraqué dément assoiffé de sang, mais cette notion est très pernicieuse car elle est, dans la majorité des cas, totalement fausse, puisque seul un faible pourcentage des psychopathes deviennent manifestement ces grands criminels. En effet, le psychopathe standard a tout de l’humain ordinaire : il rit, il pleure, il a un(e) conjoint(e), des enfants, un emploi et paie habituellement ses taxes ! Comme le dit Mouravieff , il y a une « différence qui n’est pas perçue par les sens ».

H. Cleckley, dans son ouvrage Le masque de santé mentale , en dit ceci :

 

 

L’observateur est confronté à un masque convaincant de bonne santé mentale. Toutes les caractéristiques extérieures de ce masque sont parfaites. Il ne peut être enlevé ou pénétré par l’effet de questions dirigées vers des niveaux de personnalité plus profonds.

[…] Les processus mentaux conservent leur normalité lors des enquêtes psychiatriques et des tests techniques conçus pour mettre en évidence la preuve pas toujours claire d’un dérangement.

L’examen ne révèle pas seulement un masque ordinaire à deux dimensions mais aussi ce qui semble être l’image structurelle solide et substantielle d’une personnalité saine et rationnelle.

[…] De plus, cette structure de la personnalité fonctionne dans toutes les situations théoriques d’une manière apparemment identique à celle d’une personnalité dotée d’un fonctionnement normal et sain.

[…] En outre, l’observateur reconnaît les expressions verbales et faciales, les tons de la voix, et tous les autres signes que nous avons coutume de considérer comme manifestant la conviction, l’émotion et la conduite d’une vie normale telle que nous la connaissons nous-mêmes et la supposons chez les autres.

Toutes les évaluations émotionnelles et les jugements de valeur sont sains et appropriés quand le psychopathe est testé lors d’examens oraux.

C’est seulement très lentement et à la suite d’un processus complexe d’estimation ou de jugement basé sur une multitude de petites impressions que nous finissons par être convaincus qu’en dépit de ces processus rationnels inaltérés, de ces manifestations émotionnelles normales et de leur déroulement cohérent dans toutes les situations, nous avons affaire ici, non pas à un homme complet, mais à ce qui pourrait être un automate subtilement agencé pouvant imiter à la perfection la personnalité humaine.

Cette appareillage psychique à la mécanique bien huilée reproduit de façon cohérente, non seulement des raisonnements humain convaincants, mais simule également de manière appropriée les émotions humaines classiques en réponse à la presque totalité des divers stimuli de la vie.

Cette réplique d’un homme complet et normal est tellement parfaite qu’aucune personne l’examinant en milieu clinique ne peut indiquer en termes scientifiques ou objectifs pourquoi ou en quoi cet homme n’est pas réel.

Et pourtant nous finissons par savoir ou par avoir la sensation de savoir que la notion de réalité, en tant qu’expérience pleine et saine de la vie, est ici absente.

 

 

En effet, par expérience, les psychopathes sont des êtres, à première vue, attachants, sympathiques et souvent très humoristiques. Ce sont aussi régulièrement des gens qui nous semblent en pleine possession de leurs moyens, confiants et « en contrôle de la situation ». D’ailleurs, il n’est pas rare de les envier pour ces dernières caractéristiques. Nous verrons plus tard pourquoi, en réalité, ils sont si sûrs d’eux.

Mais comment expliquer alors qu’un être sans conscience émotionnelle puisse être attachant, aimable et agréable ? Regardons à nouveau ce que H. Cleckley en dit :

 

 

…nous avons affaire ici, non pas à un homme complet, mais à ce qui pourrait être un automate subtilement agencé pouvant imiter à la perfection la personnalité humaine. 

Afin de tenter de comprendre les raisons sous-jacentes d’un tel mimétisme (expressions de regret, d’amour, de tristesse, etc.) alors qu’il n’y a aucun réel sentiment derrière les agissements des psychopathes, il faut considérer un aspect important de cette « race » : leur nombre. Selon Andrew M. Lobaczewski (auteur de Ponérologie Politique : une Science sur la Nature du Mal adaptée à des Buts Politiques ), seulement 6% de la population est de nature psychopathique, c’est-à-dire sans « humanité ». Ce chiffre – variant d’une étude et d’un auteur à l’autre – représente une réalité clé qui régit le fonctionnement des psychopathes : ils sont minoritaires, très minoritaires. Pourquoi alors réellement s’en soucier puisqu’ils sont en si petit nombre ? Parce que les implications sous-jacentes d’un tel type d’humain dans nos sociétés sont hautement importantes et ceci nous concerne tous. Comme le dit Mouravieff :

À partir de là, la coexistence de ces deux types d’humains et la compétition qui en fut le résultat, devinrent la norme. [...] Nous pouvons constater qu’au cours des siècles, et même encore à notre époque, les hommes adamiques, dans leur condition postérieure à la chute, ont été et sont encore généralement dans une position inférieure à celle des hommes pré-adamiques [les psychopathes].

Pourquoi en serait-il ainsi, alors que l’humain, qui possède une conscience morale, une conscience émotionnelle, est largement majoritaire ? Voici comment Martha Stout, auteure de The sociopath next door , nous amène à y réfléchir :

Imaginez – si vous pouvez – ne pas avoir de conscience, pas du tout, aucun sentiment de culpabilité ou de remords peu importe ce que vous faites, aucun sens de limitation, d’attention pour le bien-être des étrangers, des amis, ou même des membres de la famille. Imaginez aucune lutte avec la honte, pas une seule dans toute votre vie, peu importe quel genre d’action égoïste, paresseuse, nuisible, ou immorale vous aviez fait.

Et feignez que le concept de responsabilité vous soit inconnu, sauf comme un fardeau que les autres semblent accepter sans se poser de questions, comme des imbéciles crédules.

Ajoutez maintenant à cette fantaisie étrange la capacité de cacher aux autres que votre conformation psychologique diffère radicalement de la leur. Puisque chacun suppose simplement que la conscience est universelle parmi les gens, cacher le fait d’être sans conscience vous est presque facile.

Vous ne vous retenez pas de vos désirs par la culpabilité ou la honte et vous n’êtes jamais confronté par d’autres pour votre sang-froid. L’eau glacée dans vos veines est si bizarre, si complètement en dehors de leur expérience personnelle, qu’ils devinent même rarement votre condition.

Autrement dit, vous êtes complètement sans contraintes internes et votre souveraine liberté de faire comme il vous plaît, sans tourments de conscience, est fort à propos invisible au monde.

Vous pouvez faire tout, et même votre avantage étrange sur la majorité des gens, qui sont tenus en ligne par leurs consciences, restera très probablement non découvert.

Comment vivrez-vous votre vie ?

Que ferez-vous avec votre avantage énorme et secret et avec le handicap correspondant des autres gens (la conscience) ?

 

 

En effet, que ferions-nous ? Pour répondre à cette question et comprendre un peu plus en profondeur le monde des psychopathes, il faut remonter à leur naissance. Imaginons que 6 enfants sur 100 viennent au monde ainsi : sans conscience émotionnelle, sans capacité de remord, de compassion et de regret.

Peu de temps leur sera nécessaire avant de se rendre compte qu’ils sont différents. Ils ne comprendront pas – car ils n’en ont pas la possibilité, les mécanismes internes – les raisons qui poussent les gens à des comportements « étranges » tels que la honte et la culpabilité, mais ils comprendront rapidement que s’ils veulent « survivre » dans cet environnement incompréhensible (où ils sont minoritaires), ils se doivent de cacher leur différence, ils se doivent de « jouer le jeu » par imitation afin de ne pas être identifiés comme « différents ». Ainsi, en très peu de temps ils sauront 1) se reconnaître entre eux et se regrouper et 2) duper habilement (avec de fausses réactions émotionnelles) leur entourage. Qui plus est, les « fardeaux inutiles » de la majorité (honte, regret, compassion, etc.) deviendront rapidement pour eux un terrain de jeu, une caractéristique « amusante » avec laquelle ils peuvent se jouer astucieusement de nous. Avec le temps, ce qui n’était qu’un simple jeu afin d’obtenir certains avantages deviendra un art, littéralement une façon de vivre. Ces êtres deviendront des manipulateurs hors pair, des menteurs chevronnés pour qui les arnaques les plus subtiles n’auront aucun secret. Abus de confiance, duperies, chantage émotionnel, impostures et escroqueries seront pour eux, littéralement, un art de vivre.

Cette façon d’être ne fera que croître et se raffiner avec les années, au fur et à mesure que leur maturité intellectuelle grandira. Ainsi, il en résultera des êtres dont la position, à l’intérieur de leur classe sociale, sera issue de cette mécanique d’imposture et de chantage subtil. Ils n’auront pas gravi les échelons par dévouement honnête, mais bien par tricherie et manipulation.

N’ayant aucune conscience émotionnelle, la vie spirituelle n’a pour eux aucune signification. Bien que certains utiliseront pleinement la naïveté des autres pour devenir des gourous et autres types de charlatans, ce n’est que l’aspect matériel qu’ils percevront en toutes choses. L’incompréhensible compassion des gens se transformera pour eux, s’ils savent bien l’utiliser (et ils le savent !), en un avantage matériel, qu’il soit sous forme de sommes d’argent, de position de pouvoir, de célébrité ou tout simplement d’une voiture de luxe.

À petite échelle, que ce soit dans la cellule familiale ou dans le voisinage, il ne pourrait s’agir que d’être vigilant face à ce type d’individu, sans plus, mais cette réalité est tout simplement inconnue de la majorité d’entre nous et de ce fait nous avons, envers tous les gens que nous connaissons, l’intime conviction qu’ils sont « humains ». Cette situation prend une inquiétante dimension lorsque nous devons admettre qu’il y aurait donc plus ou moins 6% de psychopathes dans toutes les classes de la société et, étant donné leur nature, en pourcentage probablement plus élevé dans des milieux d’influence et de pouvoir tels que : la médecine conventionnelle (par opposition à la médecine holistique), les établissements d’enseignements, la haute direction des institutions financières et des multinationales (qui ne pensent qu’en termes de rentabilité), ainsi que – à notre grand malheur – les systèmes juridiques, les forces de l’ordre et les gouvernements. Ne perdons pas de vue que cette situation existe depuis des temps immémoriaux et pourrait bien être à la source de tout le concept de la lutte entre le « bien et le mal ».

Des manipulateurs de premier ordre, connaissant toutes nos faiblesses et les utilisant de façon quotidienne pour atteindre leurs buts matérialistes et se reconnaissant entre eux dès l’enfance : n’y aurait-il pas lieu de parler d’« élite » ? Non pas de race supérieure, mais bien de race dominante et contrôlante ?

 

 

« La haute incidence de la sociopathie dans la société humaine a un effet profond sur le reste d’entre nous qui devons, aussi, vivre sur cette planète, même ceux de nous qui n’avons pas été cliniquement traumatisés. Les individus qui constituent ces 4 % drainent nos relations, nos comptes bancaires, nos accomplissements, notre respect de soi, notre paix même sur Terre. »

- Martha Stout, The sociopath next door

 

 

Nous n’avons qu’à réfléchir à l’état actuel de la société nord-américaine, dont l’influence envahissante a tendance à infecter tout le reste de la planète : une société basée sur le plaisir que procurent les biens matériels, sur une consommation à outrance, sur la performance et l’accomplissement matériel, dont la valeur de chaque individu est estimable en $ et pour qui les coutumes étrangères doivent être remodelées et façonnées à leur image. Nous n’avons qu’à observer les grands courants de ce monde pour nous rendre compte qu’il y a quelque chose qui cloche : la mondialisation écrasante, le commerce sauvage et la pauvreté qui s’ensuit, l’importance démesurée de l’apparence du corps au détriment d’une beauté et d’une profondeur intérieures, la dépendance aux biens matériels et aux services de l’État, les sommes phénoménales mises dans des recherches telles que les méthodes de contrôle des masses, l’industrie des armes, l’industrie pharmaceutique issue d’une médecine devenue uniquement mécanique, etc. Tout cela nous fait comprendre que quelque chose ne tourne pas rond avec ladite race « humaine ». Lorsque nous voyons un reportage couvrant une catastrophe naturelle et qu’on nous annonce que « les dégâts matériels s’élèvent à plusieurs millions ou milliards de $ », il y a de quoi se demander où est l’humain là-dedans. D’ailleurs, où est-il ?

Selon Lobaczewski, cette affection de l’âme – si nous pouvons le dire ainsi – qu’est la psychopathie est contagieuse. Le manque total de conscience émotionnelle chez certains se propage, tels une maladie ou un virus, aux personnes qui sont directement en contact avec ce type d’individu. C’est par un processus de déshumanisation graduelle que les personnes qui côtoient des psychopathes sont lentement « assimilées » à leur mode de pensée matérialiste et sans égard pour autrui. Toujours selon Lobaczewski, environ 12% de la population devient ainsi des « psychopathes par contagion ». Lorsque trop longtemps soumis à des influences déshumanisantes, surtout dès le jeune âge, c’est plus d’un dixième de la population qui perd ainsi son « humanité ». Ce sont des psychopathes sociaux par opposition aux psychopathes authentiques. Dans la plupart des cas, cette régression est irréversible. (Nous retrouvons d’ailleurs plusieurs mentions à ce sujet – la croissance de l’âme – dans les enseignements traditionnels).

Il en résulte donc, socialement, une « élite » matérialiste, sans âme et sans conscience émotionnelle dont une partie significative se retrouve dans des positions de pouvoir. Il va sans dire que, peu à peu, la société se moulera à leur vision des choses, car par tromperies, duperies et tricheries ils parviendront à nous convaincre du bien-fondé de leur perception du monde. Puisque l’immatériel, la sentimentalité et l’aptitude pour l’intangible ne font pas partie de leurs facultés cognitives, ils ont une propension marquée pour l’ordre et le contrôle concret, palpable et matériel. Ainsi naissent des concepts tels que le besoin d’imposer l’ordre, d’implanter une forme de légalité, etc., puisque leurs actions ne sont nullement basées sur une compréhension émotionnelle des relations interpersonnelles, mais bien uniquement sur des avantages d’ordre matériel. Pour ne parler que d’un exemple, pensons à tout l’aspect juridique, avec ses lois, ses interdictions et ses sanctions, qui prend indéniablement racine dans une mentalité qui, à la base, n’est pas « humaniste ». Les accusés seront sentenciés selon des règles préétablies, des normes légales et des codes de conduites bien déterminés et non selon un réel jugement d’« humain à humain ».

En conclusion, lorsque nous prenons un peu de recul, avec ces nouvelles données en main, il devient évident que le processus de déshumanisation sociale de la race « humaine » va bon train et que ceci remonte très loin dans notre Histoire. Mais sans saisir cette notion essentielle qu’est la division des humains en deux races bien distinctes, il est impossible d’avoir un regard juste sur les raisons sous-jacentes à tous les problèmes sociaux croissants que nos sociétés connaissent présentement. Cette réalité met en lumière un aspect fondamental de la dynamique en place sur notre planète et nous permet d’y jeter un regard nouveau et plus éclairé.

Les incidences de la psychopathie – de l’« autre race » – sont énormes et extrêmement complexes, et elles dépassent largement la portée de cet article qui ne se veut que le point de départ d’une réflexion et d’une recherche beaucoup plus approfondies. Nombreux ouvrages sont disponibles sur le sujet et il est d’une importance capitale de prendre davantage conscience des implications de cette réalité qui nous affecte tous.

 

 

La présence ou l’absence de conscience est une division humaine profonde, probablement plus significative que l’intelligence, la race, ou même le sexe.

Ce qui distingue tous ces gens du reste d’entre nous est un trou tout à fait vide dans le psychisme, où il devrait y avoir la plus développée de toutes les fonctions d’humanisation.

- Martha Stout, The sociopath next door

 
 
page suivante ----->

Les aveux stupéfiants de Max Planck, pionnier de la physique quantique

 

null

 

Max Planck est un physicien allemand qui est incontestablement considéré comme l’un des plus grands scientifiques de tous les temps. Vu comme étant le pionnier de la mécanique et de la physique quantique, il reçut le prix Nobel de physique de 1918 pour ses travaux sur la théorie des quanta.

 

En 1900, il découvre la loi spectrale du rayonnement d’un corps noir et ses recherches, qui ont révolutionné notre compréhension du monde atomique, ont permis à Einstein de découvrir la fameuse équation E=mc2, cinq ans plus tard. Une constante physique, la constante de Planck, a même été nommée d’après son nom.

 

Lors d’un discours en 1944 à Florence en Italie, Max Planck déclara:

 

«En tant qu’homme qui a consacré toute sa vie à la science la plus lucide et à l’étude de la matière, je peux vous dire ceci en conclusion de mes recherches sur les atomes: Il n’y a pas de matière comme telle. Toute la matière est originaire et n’existe que par la vertu d’une force qui cause les particules d’un atome à vibrer et qui soutient tout ce système atomique ensemble. Nous devons supposer derrière cette force l’existence d’un esprit conscient et intelligent. Cet esprit est la matrice de toute matière» (Max plank,“La nature de la matière”, discours à Florence, Italie, 1944;tiré des archives de l’histoire de Max Plank, Rep. 11 N°1797)

 

Interview de Salvador Dali sur la notion de la matière

 

page suivante ---->

 

Troubles de la vision et cécité spirituelle

 
Ou une manière de démontrer que les yeux sont bien les fenêtres de l'âme. Leurs vitres de plus en plus obscurcies par la perte de contact avec notre âme et la fatigue visuelle provoquée par la civilisation technologique expliqueraient-elles le port de plus en plus répandu des lunettes ?


 

Restaurer sa vision supérieure* : comment l'âme unifie les sens pour former une vision saine




* Vision supérieure : en anglais, "I-sight", jeu de mots phonétique entre eyesight (la vision oculaire) et highsight (vision supérieure, spirituelle). Merci à Eyael pour son aide.


 
1er mai 2009
 
Par Doug Marsh
 
 
Une bonne partie de la médecine ne s'occupe strictement que du corps, tout en niant – ou du moins en reléguant largement à l'arrière-plan – l'âme. Ce point de vue est particulièrement répandu dans le traitement conventionnel des problèmes de vision où la vue fonctionnerait comme un appareil photo qui crée une image plus ou moins nette. Ce genre d'approche unilatérale entraîne une notion bancale de la réalité. Le port de lunettes est si courant dans notre culture qu'on en est venu à les considérer comme une extension de l'anatomie humaine. Les gens qui voient clairement avec leurs propres yeux deviennent une denrée de plus en plus rare.
 
Ces dernières années, la recherche d'une nouvelle approche dans le traitement de la vision a entraîné un bond technologique avec l'arrivée de la chirurgie de réfraction oculaire, connue aussi comme chirurgie laser, procédure devenue populaire. Cette technique ramène d'une certaine façon à la conception de départ de mère Nature, permettant sans problème et avec une apparence naturelle 20/20 de vision (ou un chiffre très proche). Selon les professionnels, cette issue n'implique qu'un risque minime et procure un fort taux de satisfaction au patient. Malgré tout, les cas de plus en plus de patients avec des suites négatives – qui vont de symptômes chroniques préoccupants à des complications invalidantes et même une vision qui se dégrade – occupent le devant de la scène dans les médias et sur internet. Quelques cas se sont tragiquement terminés par un suicide. Le tollé a poussé la FDA (Federal Drug Administration) à auditionner publiquement l'année dernière des déclarations de patients. Le jury de la FDA a répété que la chirurgie laser, comme toute chirurgie, possède ses risques mais présente des antécédents excellents dans l'ensemble. Néanmoins, par mesure de précaution, il a recommandé aux professionnels d'améliorer les méthodes de dépistage et de faire davantage d'examens post-opératoires. (Chose intéressante, la femme médecin qui présidait le jury de la FDA porte des lunettes. Bien qu'elle réalise régulièrement des chirurgies au laser, elle choisit de ne pas subir elle-même la procédure, donnant comme raison qu'elle préfère éviter le moindre risque.)


Noyée entre attraits et discussions des traitements technologiques on trouve une obscure alternative appelée amélioration naturelle de la vision (ANV). Comme son nom l'indique, c'est une approche centrée davantage sur le naturel, une méthode holistique corps-esprit qui cherche à annuler le déséquilibre induit par des réponses au stress. Elle introduit une composante psychologique, une riposte aux notions les plus répandues prétendant d'une manière ou d'une autre que les yeux vont se "gâter" sans aucun espoir d'amélioration. Pour ceux qui sont dans la mouvance des traditions ésotériques – ou Philosophie Éternelle comme l'écrivait Aldous Huxley – la notion "psy" n'est que le nom profane de l'âme.
 
Pour comprendre comment l'ANV fonctionne avec succès au niveau animique personnel, le travail du chercheur spirituel Rudolf Steiner offre certains aperçus. Notre âme, tout en étant incarnée dans une forme physique, serait le lien entre le monde physique "inférieur" et le monde "supérieur" de l'esprit, mondes dans lesquels nous participons simultanément. Steiner suggéra plus tard qu'une partie appelée âme consciente serait responsable de nos expériences sensitives. Il faisait aussi une distinction entre les termes de perception et de sensation ; la perception vient en premier et elle est fugitive, mais la sensation qui suit est durable.
 
Quand la lumière extérieure nous atteint, les yeux enregistrent d'abord une myriade de perceptions de la part de l'environnement. Puis quelque chose s'allume dans l'âme consciente quand certaines perceptions sont filtrées et des sensations prennent vie avec précision et qualité. Par exemple, en regardant un objet rouge, on perçoit au début la couleur. Cette perception de couleur cesse cependant dès qu'on regarde ailleurs, mais la sensation créée continue de perdurer dans l'âme. C'est une impression durable dont on peut se souvenir plus tard, que ce soit pour réfléchir à son sens et à sa signification ou pour raviver des sentiments de nostalgie.
 
Comme les sensations s'éclairent intérieurement d'une manière unique et personnelle, Steiner affirmait que cette activité de l'âme ne ressort pas du seul fonctionnement du cerveau. La science peut donner une autre explication, comme des stimuli chimiques et nerveux qui parcourent une chaîne allant de la rétine de l’œil au cerveau, mais il notait qu'on ne pouvait trouver nulle part de vraies sensations dans cette chaîne. Il est dit que l'âme consciente prend part aussi aux activités intrinsèquement personnelles des sentiments, émotions, pulsions et instincts, ainsi qu'à la volonté, où l'âme s'extériorise par des actions.
 
Cette perspective de l'activité de l'âme s'aligne avec les distinctions faites par des chercheurs entre le mental et le cerveau. Le neurophysiologiste Wilder Penfield a déjà déterminé qu'en fouillant électroniquement dans diverses zones du cerveau, on oblige la personne à penser ou à décider. Il a conclu que le mental travaille indépendamment du cerveau, comme un programmeur informatique qui agirait indépendamment des circuits d'allumage de l'ordinateur. Penfield suggéra que le mental possède sa propre énergie, différente de celle des neurones qui fonctionnent dans le cerveau.
 
Michael Polanyi, philosophe scientifique et social, est arrivé à la même conclusion en déclarant que les pensées et les processus neuraux sont deux choses complètement différentes.
 
L'écrivain des religions Huston Smith est d'accord, suggérant que "le cerveau respire les idées comme les poumons respirent l'air".
 
Nous pensons habituellement posséder cinq sens – la vue, l'ouïe, l'odorat, le goût et le toucher – la vue étant généralement considérée comme la plus importante pour sa capacité de percevoir les nuances de la lumière et les différentes couleurs. Steiner a cependant reconnu que nous avons au moins sept sens supplémentaires en plus de ces sens de base. Par le terme sens, il parlait d'une perception qui nous procure une information immédiate sans le recours à un processus mental. L'un des sens supplémentaire dont il parlait était ce qu'il appelait le mouvement, ce qu'on nomme aujourd'hui proprioception. Le mouvement est ce sens spécial qui indique si nous sommes au repos ou en mouvement, il fournit un retour direct de la situation dans l'espace de nos articulations, tendons et muscles.
 
Steiner reconnaissait aussi que les divers sens fonctionnent en synergie et non séparément. Bien que chaque sens soit mis dans une catégorie par souci de définition, notre âme réunit les perceptions séparées dans un tout unifié qui apporte une signification intérieure cohérente. En particulier, il était bien conscient que la vision englobe bien plus que le sens de la vue. En 1919, il connaissait l'important rôle que le sens du mouvement joue dans la sensation visuelle :
 
Nous voyons presque toujours les objets pour qu'ils nous donnent leurs couleurs, pour qu'ils nous montrent aussi les limites de ces couleurs, je veux dire, leurs lignes et formes. Nous ne sommes pas normalement conscients de la manière dont nous percevons quand nous percevons simultanément couleur et forme...Au début on ne voit que la couleur grâce à l'activité spécifique de l’œil [le sens de la vue]. On voit une forme circulaire quand on utilise inconsciemment le sens du mouvement et faisons inconsciemment un mouvement circulaire... Quand le cercle que vous avez appréhendé par votre sens du mouvement a été capté, il se joint à la couleur perçue. Vous ôtez la forme de votre corps tout entier quand vous faites appel au sens du mouvement déployé sur votre corps... Aujourd'hui, la science officielle n'est pas du tout intéressée par un moyen aussi affiné d'observation, elle ne fait donc pas de distinction entre voir la couleur et percevoir la forme avec l'aide du sens du mouvement....Dans l'avenir, cependant, nous ne pourrons pas éduquer avec une pareille confusion. Comment sera-t-il possible d'éduquer la vision humaine si nous ne savons pas que l'être humain tout entier participe à la vue grâce au sens du mouvement ?
 
Des dizaines d'année plus tard, les commentaires de Steiner semblent avoir été validés par Alfred Yarbus, un psychologue qui a étudié les mouvements des yeux sur des gens observant des objets et des scènes de la nature. Dans les années 50 et 60, il enregistra les mouvements saccadés des yeux qui se produisent en quelques millisecondes et il démontra avec de remarquables photos que les yeux font un balayage des formes et contours à une vitesse incroyable. 
 
Le sens du mouvement dans la vision. Les mouvements rapides de l’œil correspondent aux images visionnées (Yarbus, 1967)
 
 
Les observations de Steiner sont tout aussi extraordinaires quand on les met en parallèle avec les fondements de l'ANV de correction de la vision. William Bates était un oculiste qui rompit avec les modèles d'enseignements et mit au point sans l'aide de personne le domaine de l'ANV au début des années 1900. Deux des fondements directeurs de Bates sont ce qu'il a appelé mouvement constant et mouvement apparent (appelé aussi oscillation),les deux incluant notre sens du mouvement.
 
Les yeux, qui bougent par les différents jeux des muscles qui les entourent, doivent continuellement se déplacer d'un point à un autre pour empêcher la fatigue due à l'effort de fixer. Sinon les mouvements saccadés inconscients ralentissent et la vision commence à se troubler en quelques secondes. C'est analogue au fait d'attraper un objet avec la main et de le tenir fermement le bras étendu. L'effort musculaire ne peut être tenu longtemps avant qu'on ne lâche la position et qu'on laisse tomber l'objet. Si nous fixons trop longtemps pour "tenir" un point avec une intense concentration, l'effort échoue et nous perdons la clarté de la vision. Pour le mouvement d'opposition, les objets de notre champ périphérique de vision donnent l'impression de bouger dans la direction opposée. Cette oscillation est une conséquence naturelle de la première idée de base, le mouvement constant.
 
Bates explique l'illusion de l'oscillation : "Votre tête et vos yeux bougent en permanence. Imaginez que des objets stationnaires bougent dans la direction opposée au mouvement de votre tête et de vos yeux. Quand vous marchez dans une pièce ou dans la rue, vous remarquerez que le sol ou le trottoir semble venir vers vous, alors que les objets de chaque côté semblent bouger dans la direction opposée au mouvement de votre corps".
 
Si on essaie de stopper cette illusion de mouvement opposé, Bates prétendait que cela entraînait des vertiges. C'est parce que notre sens de l'équilibre entre aussi en jeu pour une efficacité de la vision. La coordination des mouvements du corps et des yeux dépend d'un bon équilibre, contrôlé par les organes de l'oreille interne.
 
Plus récemment, le rôle du mouvement et de l'équilibre dans la perception visuelle a été reconnu dans un domaine spécialisé appelé optométrie du développement ou comportementale. Un lien a été établi entre les difficultés de vision, le développement mental et le comportement émotionnel, et des problèmes tels que la dyslexie, les difficultés de lecture et de compréhension, les troubles de l'attention et la délinquance juvénile. Certains enfants ont des difficultés à réunir les sens séparés pour en faire un tout unifié, ce qui entraîne un déséquilibre de sensations, pensées et émotions en vrac.
 
L'importance d'un entraînement qui intègre les sens avec les mouvements du corps est une caractéristique de ce domaine spécialisé de l'optométrie. L'entraînement comprend généralement des rebonds sur un trampoline avec des mouvements rythmiques des bras et des mains et une interaction visuelle avec des cartes murales spécifiques. Ou bien on peut demander à l'enfant de donner des réponses à voix haute de tâches mentales rapides – comme des mathématiques ou de l'orthographe – tout en sautant sur le trampoline. Un travail sur la poutre est également utilisé en combinaison avec des tâches sensorielles, physiques et mentales.
 
Dans un domaine séparé d'étude, le psychiatre Harold Levinson a traité des milliers de cas de difficultés d'apprentissage et de phobies et a découvert une corrélation physique commune. Plus de 90 % de ses patients qui étaient dyslexiques ou phobiques avaient une dysfonction du système de l'oreille interne. Ces découvertes plus récentes valident ce que suggérait Steiner à l'époque : les troubles mentaux sont liés à des désordres physiologiques.
 
"Mais il y aura maintes et maintes occasions de découvrir", écrivait-il, "que, particulièrement pour les maladies soi-disant mentales – qui ont été en fait nommées incorrectement – les processus physiques de la maladie sont présents quelque part, cachés. Avant de vouloir se mêler...des maladies mentales, on devrait en réalité, par un diagnostic correct, déterminer quel organe physique est en cause dans la maladie". La pensée, la sensation et la volonté – activités de l'âme qui découlent de nos sens – sont toutes reliées et interdépendantes. 
 
Le sens de l'équilibre dans la vision. L'oreille interne régule l'équilibre.
 
À notre époque hautement technologique, nous sommes intensément centrés sur le royaume matériel, bombardés de données sensitives par l'environnement extérieur. Une telle surcharge sensorielle peut induire des réponses dans l'âme de l'individu, à type de peur et d'anxiété, tout en entraînant une énorme concentration et une fixité du regard. Le résultat final peut conduire à une forme de fatigue chronique qui limite le mouvement des muscles permettant la focalisation de l’œil et impacte négativement leur fonctionnement correct. Les enfants en âge scolaire sont spécialement enclin à de tels problèmes et commencent donc à développer de bonne heure des problèmes de vision.
 
L'un des aspects les plus fascinants d'une amélioration de la vision de manière naturelle est un "flash" de vision presque parfaite, qui se produit spontanément de temps en temps. J'ai expérimenté ces flashs plusieurs fois avant d'avoir une quelconque connaissance du phénomène. Ils apparaissent chez beaucoup de gens très tôt après la mise en œuvre d'une amélioration de la vision, même chez ceux ayant au départ un degré élevé de brouillage. Je compare l'expérience au flash d'inspiration ou d'intuition venant du royaume spirituel, une perfection divine affluant dans l'âme, rappelant aux yeux comment voir de nouveau clairement sans fatigue. C'est aussi pour se remémorer le retrait nécessaire des demandes stressantes d'une société fixée sur des fins matérielles et se mettre plus en contact avec notre nature spirituelle.
 
Le physicien quantique Arthur Zajonc a traité en détails une étude optique scientifique sur la lumière et la vision depuis l'époque des premiers philosophes grecs jusqu'à notre époque actuelle et ses regrets d'une disparition graduelle de la vision artistique et spirituelle. Au cours des siècles, la notion de lumière de l'âme de Platon rattachée à la perception visuelle a été finalement excisée par la science jusqu'à en arriver aujourd'hui au point d'un pur modèle physiologique nerveux, même si la nature de la lumière reste plus énigmatique que jamais.
 
Nous sommes devenus si imprégnés d'une telle recherche du matériel que nous en avons "perdu de vue" le côté spirituel. Si la lumière physique est la contre-partie de la lumière spirituelle, peut-être que le flou visuel, endémique dans la culture moderne, n'est que la manifestation d'une myopie spirituelle ?
 
Observez la symétrie du mot "eye" lui-même (je suis obligée de l'expliquer à partir du mot anglais "eye", l’œil, car pas de correspondance en français, NdT). Je le vois comme le symbole de notre triple nature. L'un des "e" représente l'exotérique, ou royaume physique, alors que l'autre "e" représente l'ésotérique, ou royaume spirituel. Le "Y" entre les deux est l'âme avec trois branches, dont deux reliant le corps et l'esprit, et la troisième qui met l'accent sur le "I' ("Je" en anglais, qu'on prononce comme le mot "eye", l’œil) qui est le centre de notre âme. La fenêtre de l'âme, en effet !
 
 
 
 
Les 5 plus grands regrets de mourants
 
 
 
Une infirmière en soins palliatifs a enregistré les regrets les plus courants de mourants et a mis ses découvertes dans un livre intitulé "Les cinq plus grands regrets des mourants". Il n'est pas surprenant de voir ce qui constitue la liste car ce sont des choses faisant partie de la vie de chacun d'entre nous si nous y prêtons attention et prenons le temps de faire ce qui nous tient vraiment à cœur. Ci-dessous se trouve la liste de tous ces regrets extraite du livre.
 
Une chose à propos de la notion de regret avant d'arriver à la liste. Il est important de se rappeler que quel que soit le stade de notre vie, le regret n'est pas indispensable. Le processus du regret est l'un de ceux qui ne nous procure que de la souffrance si nous commençons à permettre au passé de dicter la manière dont nous devrions nous sentir aujourd'hui. Nous pouvons à la place utiliser le passé comme une référence pour comprendre quels ajustements nous aimerions faire pour avancer. Les ajustements ne doivent pas découler de douleurs, de tristesse, de regrets ou de jugements, mais simplement du choix de faire les choses différemment. Nous apprenons en permanence, nous pouvons très rapidement affaiblir ce processus d'apprentissage en restant coincé dans l'idée de regret. Quand il s'agit de faire des changements, soyez en paix avec le passé et rappelez-vous que chaque instant est un nouveau choix.
 
 
1. J'aurais bien aimé avoir eu le courage de vivre ma véritable vie, et non pas celle que les autres attendaient de moi.
 
"C'est le regret le plus commun de tous. Quand les gens se rendent compte que leur vie est presque finie et en font une claire rétrospective, il est facile de voir combien de rêves n'ont pas été réalisés. La plupart des gens n'avaient même pas honoré la moitié de leurs rêves et ils allaient mourir en sachant que cela était dû aux choix qu'ils avaient fait, ou qu'ils n'avaient pas fait. La santé procure une liberté dont très peu se rendent compte, jusqu'à ce qu'ils ne l'aient plus".
 
 
2. J'aurais dû ne pas travailler si dur.
 
"C'est sorti de tous les patients de sexe masculin dont je me suis occupée. Ils ont négligé leurs enfants dans leur jeunesse et n'ont pas profité de la compagnie de leur partenaire . Les femmes ont également évoqué ce regret, mais comme la plupart étaient d'une génération plus ancienne, la plupart des patientes n'avaient pas été soutien de famille. Tous les hommes que j'ai soigné regrettaient profondément d'avoir passé une trop grande partie de leur vie dans le train-train d'une existence de travail".
 
 
3. J'aurais bien aimé avoir eu le courage d'exprimer mes sentiments.
 
"Beaucoup de personnes ont étouffé leurs sentiments pour rester en paix avec les autres. En conséquence, ils se sont contentés d'une existence médiocre et ne sont jamais devenus ce qu'ils étaient vraiment capables de devenir. Beaucoup ont développé en conséquence des maladies liées à l'amertume et au ressentiment qu'ils portaient en eux ".
 
 
4. J'aurais dû rester en contact avec mes amis.
 
"Ils n'avaient souvent pas véritablement pris conscience du grand avantage d'avoir de vieux amis pendant leurs semaines d'agonie et il n'était pas toujours possible de retrouver leur piste. Beaucoup étaient devenus tellement pris par leur propre vie qu'ils avaient laissé tomber au fil des ans des amis en or. De profonds regrets exprimaient le fait de ne pas donner assez de temps à l'amitié et à l'effort qu'elle mérite. Les amis manquent à tout le monde au moment de mourir".
 
 
5. J'aurais dû me laisser aller à être heureux.
 
"C'est un regret étonnamment courant. Jusqu'à la mort, beaucoup de gens ne réalisent pas que le bonheur est un choix. Ils restent coincés dans leurs vieux schémas et habitudes. Le soi-disant 'réconfort' du côté familier des choses se manifeste intensément dans leurs émotions, ainsi que dans leur apparence physique. La peur du changement leur font jouer la comédie du bonheur aux autres et à eux-mêmes, alors qu'au fond d'eux, ils rêvent toujours à juste raison de rire et de dire des bêtises. " 
 
 
page suivante ---->

 

 

 

A quelle famille appartenez-vous ?

famille d'âme ne veut pas dire lignée d'âme.

 

 

Quelles sont ces familles d’âmes qui ont choisi d’avoir une action et de s’incarner sur la Terre en ce nouveau millénaire ? Nous allons nommer les principales familles qui, en ce moment, agissent grandement sur la planète. Comment savoir à laquelle vous appartenez ? Quelle est votre identité profonde ? Votre identité profonde est avant tout la divinité, l’étincelle qui vous habite. Soyez bien attentifs lors de la description des différentes familles, il y en aura surement une qui vous parlera plus que les autres, une qui entrera en résonance avec les désirs qui sont logés dans la profondeur de votre être.

 

Avant de débuter, nous vous demandons de détendre votre enveloppe physique et de respirer profondément. Vous n’avez pas besoin de l’ego. Continuez à respirer dans la conscience du souffle divin en vous, unissant le haut et le bas, le côté droit et le côté gauche de votre corps, le yin et le yang, unissant l’âme à la personnalité, unissant à travers votre respiration, le ciel et la terre. Laissez tout simplement les mots vibrer en vous et observez le mouvement de votre âme.

 

    

La Famille des Maîtres

 

Il existe en ce moment sur la planète Terre, une famille que nous appelons la famille des Maîtres. Au sein de cette famille vous retrouverez, entre autres, les Maîtres Ascensionnés. Le but de l’existence de ces âmes est d’initier le mouvement. .Lorsqu’elles s’incarnent, lorsque la personnalité permet la transparence, elles deviennent des dirigeants, des initiateurs de mouvements, dans la lumière ou dans l’ombre.

 

Ceci vous fait réagir ? Le jugement n’existe pas dans l’au-delà. Votre âme est constamment libre. Vous pouvez, à travers le filtre terrestre, choisir de vous unir à l’amour et à la lumière. Vous avez également la possibilité de vous unir au non amour et à la destruction ; votre identité servira votre choix. Toutefois, vous portez toujours l’étincelle. L’étincelle ne vous quitte pas choquée de votre choix car elle est inconditionnelle, tout comme la Source. Elle vous accompagnera jusqu’à ce que vous transformiez ce choix. Vous êtes libre et cette liberté est votre initiation. C’est pourquoi maintes âmes incarnées nous ont dit qu’elles préféraient être emprisonnées. Ceci semblait plus facile à vivre car elles connaissent les barreaux de leur prison, elles ont une référence. Alors que la liberté les amènerait à choisir… Cette précision n’est pas uniquement pour les âmes qui sont dans la famille des Maîtres mais bien pour toutes les âmes, peu importe la famille à laquelle elles appartiennent.

 

Ainsi, si nous revenons à la famille des Maîtres, les âmes qui choisissent de s’incarner au sein de cette famille portent une vibration qui est d’initier le mouvement. Toutefois, à travers la densité de l’incarnation, il se peut que votre âme vous ait constamment demandé : « s’il vous plaît, permets-moi d’initier le mouvement », cela et que la personnalité ait résisté, ceci jusqu’à l’âge de cinquante quatre ans, pour finalement lâcher prise et choisir d’accompagner sa vision qui est d’initier le mouvement, peu importe la forme. Il n’y a pas de jugement.

 

Un des tests de l’incarnation pour ces âmes est l’ego ainsi que les distorsions du Maître qu’elles sont : l’attrait du pouvoir, l’attrait de la manipulation. Car selon l’identité de votre famille, le Maître est celui qui dirige, celui qui transmet, qui montre la voie, qui initie le mouvement toutefois dans l’amour et avant tout dans l’humilité. Le Maître n’a pas besoin du titre car il sait qui il est. Dans sa nature, dans toutes les cellules de son enveloppe physique, il est Maître non seulement de sa vie mais bien de tout ce qu’il touche, et ceci est une très grande responsabilité. Certains peuvent le vivre comme un poids, d’autres peuvent refuser, ne point respecter cette énergie et créer une distorsion dans leur action. Pour ces âmes, l’incarnation a une exigence qui est l’engagement. L’âme sait à quelle famille elle appartient, elle connaît sa nature, son identité. Si la personnalité choisit l’errance, l’âme poussera à l’engagement ! La force qu’elle amène dans l’incarnation peut faire éclater tout sur son passage, faire sauter toutes les structures, pour permettre l’alignement total.

 

Maintes entités attendent les Maîtres pour recevoir l’initiation à la Voie.Ces âmes ouvrent le chemin, ce sont des initiateurs, des pionniers. Ces âmes ne doivent pas avoir peur de manifester l’abondance matérielle dans leur vie, car elles ont besoin de cette assise pour semer la Voie. La force du Maître s’exprime tout aussi bien dans le non faire que dans l’action. S’il est bien centré, s’il reste calme, ceci a beaucoup d’impact car la force vibratoire qui habite son âme est telle que le Maître pourrait ne dire qu’un seul mot dans sa vie et ce serait le bon, placé au bon moment, pour servir. Tel est le Maître, initiateur de la Voie.

 

 

La Famille des Guérisseurs

 

Il existe aussi une famille très large, très importante, car elle contient beaucoup d’âmes. Elle possède plusieurs noyaux et s’est déjà scindée pour former d’autres familles. Il s’agit de la famille des Guérisseurs. Les âmes qui composent cette famille sont porteuses du fluide de la guérison et prodiguent la guérison sous toutes ses formes. Ces âmes ont reçu maintes initiations dans leurs mains, dans leur cœur et leur conscience. L’énergie de la guérison est dans chacune de leurs cellules. Elles ne doivent pas tenter de la chercher chez le voisin ou dans une quelconque potion magique ; elles la portent. Certains outils l’amplifient et les initiations qu’elles ont reçues augmentent l’expansion, la transmission du fluide de guérison dont elles sont porteuses. Non seulement portent-elles le fluide de guérison mais elles le canalisent et le répandent. Même si ce fluide agit sans que ces âmes ne fassent rien consciemment pour cela, cette capacité est amplifiée lorsqu’elles en deviennent conscientes. Il est urgent que les âmes qui font partie de cette famille s’éveillent à cette réalité !

 

Nous avons souvent taquiné les Guérisseurs qui attendaient près de nous, nous questionnant, les mains dans leurs poches ! Des Guérisseurs qui ont les mains dans les poches ! …

 

Nous pourrions dire : « Quel gaspillage ! » . Lorsque ces âmes déposent nonchalamment la main sur un ami, sur une plante, le fluide de la guérison passe et agit . Elles auraient beau avoir toutes les raisons du monde pour tenter de bloquer ce fluide, malgré cela, elles vont activer la guérison.

 

Il est très aisé de reconnaître les membres de cette famille car ils résistent à la guérison. Ils sont dedans mais ils ont de la difficulté à la reconnaître, croyant qu’ils doivent aller chercher à l’extérieur d’eux-mêmes, trouvant que l’autre est beaucoup plus Guérisseur qu’eux. Un des test qui guettent les âmes incarnées de cette famille est l’ego, l’ego gonflé ou l’ego dégonflé du Guérisseur. Elles se sous-estiment ou se surestiment. Ceci peut constituer un test parce qu’elles transportent le fluide de la guérison qui est un fluide très puissant. Leurs âmes sont très vibrantes, très puissantes grâce à ce fluide et, par le fait même, la personnalité peut facilement récupérer ceci. Toutefois, elles ne sont victimes de rien, cela fait partie de leur apprentissage dans l’incarnation. Ces âmes ne guérissent pas seulement les humains, elles guérissent les plantes, les animaux, les objets que vous pensez inanimés… Elles guérissent tout ce qu’elles touchent. Elles sont les porteuses du fluide de la guérison.

Beaucoup de Guérisseurs souffrent de différentes maladies car ils ne reconnaissent pas ce fluide. Cordonniers mal chaussés ! Il est très important pour ces âmes de reconnaître et d’assumer cette réalité car plus elles éviteront de la reconnaître et plus il y aura risque de se créer des maladies. Résister à ce fluide crée des blocages qui se manifestent dans l’incarnation par des déséquilibres physiques.

 

Pourquoi cette famille est-elle si importante ? Il semble qu’elle soit fort populaire dans l’au-delà. Maintes âmes qui naissent de la Source, étincelles qui prennent l’identité de l’âme, semblent se diriger vers la famille des Guérisseurs et maintes âmes de cette famille ont choisi l’incarnation terrestre dans ce nouveau millénaire. Quel est le but selon vous ? Fort aisé, n’est-ce pas ? Se pourrait-il que votre planète ait besoin d’aide ?

 

 

La Famille des Guerriers Guérisseurs

 

Ces âmes sont, comme toutes les autres, nées de l’étincelle, de la Source ! Elles ont ensuite choisi la famille des Guérisseurs et ont ressenti un appel d’une force telle que, lorsqu’il y a eu scission au sein de cette famille, leur identité s’est regroupée avec d’autres âmes pour créer une famille responsable de la protection du fluide de la guérison dans l’univers des âmes et dans les autres univers de planétaires. Elles sont devenues des Guerriers Guérisseurs. Leur identité est forte. Elles sont, à un niveau, responsables de l’alignement de la guérison là où elles s’incarnent, elles alignent le fluide de la guérison, le protègent et le défendent s’il y a attaque d’énergie incompatible. Elles agissent là où l’énergie a de la difficulté à pénétrer. Elles ont un grand sens des responsabilités et doivent y faire attention, car ceci peut créer un poids sur leurs épaules et elles peuvent facilement devenir les sauveteurs. Ceci est un des tests de leur incarnation.

 

En tant qu’âmes incarnées, elles ont besoin d’assises et sont capables de manifester ces assises ; Ces âmes utilisent des symboles forts spécifiques : des anneaux représentants ceci, des colliers représentant cela. Elles ont un code entre elles et seraient même du genre à porter des tatouages. Elles sont très solides car elles ont choisi de vivre une initiation qu’elles ont reçue en visitant la famille des Guerriers pour solidifier le guerrier en elles, le Guerrier de la guérison.

Les Guerriers Guérisseurs sont les protecteurs du fluide de la guérison dans l’Univers. Là où il y a distorsion de l’utilisation de ce fluide, ils sont présents et ils agissent, que ce soit dans l’au-delà ou ici-bas. Ces âmes veillent à ce que le fluide soit canalisé dans l’énergie de l’amour.

 

 

La Famille des Chamans

 

De la famille des Guérisseurs est également née la famille des Chamans. Cette famille est encore en évolution, non totalement stabilisée dans son mouvement car la possibilité d’une nouvelle division existe encore. Ces âmes ont choisi d’accompagner le fluide du chamanisme sur la planète Terre, entre autres choses. Elles équilibrent constamment les fluides de la planète avec les fluides interplanétaires. Elles ne sont pas nécessairement incarnées en tant qu’Amérindiens ; le chaman peut aussi bien être Russe Yougoslave ou Chinois. Il n’existe pas de systèmes de croyances dans l’au-delà. Le chaman est la vibration que porte l’âme et qui a pour but d’aider la planète Terre et tous ses éléments à vivre une guérison, à aligner leurs vibrations.

Ces âmes sont porteuses du fluide de la transformation. Elles ont la capacité de transformer l’enveloppe physique, de transmuter un organe interne et ses cristallisations, de transmuter une plante pour l’utilisation de ses propriétés, toujours dans le but de servir le fluide de la guérison.

 

Comme leur famille d’origine était celle des Guérisseurs, il est tout à fait normal qu’elles portent en elles ce fluide et l’utilisent dans la transformation et la transmutation de l’énergie de la planète. Les âmes de cette famille sont très nombreuses. Elles peuvent se reconnaître et échanger télépathiquement. Elles ont besoin de s’enraciner dans des lieux très précis pour servir et elles savent utiliser l’identité de leur âme, sans jugement, elles pourraient se déplacer dans le temps et l’espace avec l’enveloppe physique. Par exemple, elles pourraient se manifester dans le désert du Nevada pour une rencontre avec d’autres chamans. Elles ont cette capacité de transformation et de transmutation dans la densité pour servir le fluide de guérison et le chamanisme.

Une des difficultés qu’elles rencontrent dans leur incarnation est de s’enliser dans la physicalité, de devenir trop lourdes ! Nous ne parlons pas ici du poids physique, nous parlons de la densité de la personnalité. Elles risquent d’oublier qu’elles possèdent le feu de la transmutation, d’oublier qui elles sont, d’oublier qu’elles sont des guérisseurs, des transformateurs. Ces âmes utilisent dans leur vie des rituels et des symboles sans même le savoir. Il est urgent qu’elles deviennent conscientes des signes qui sont placés sur leur chemin et qu’elles portent beaucoup plus de respect aux éléments qui les entourent : l’eau, la terre, le feu, le ciel, l’air, les nuages et ainsi de suite.

 

Le Chaman doit utiliser constamment son enveloppe physique. Elle lui est fort utile dans son incarnation surla Terre. Nier cela pourrait créer des fuites d’énergie vitale : perte des cheveux, perte des dents, des ongles, problèmes de peau…Ces âmes portent constamment le fluide de la guérison, sont constamment en transformation et leur enveloppe physique leur sert de canal, d’outil.

 

 

La Famille des Guérisseurs Enseignants

 

Nous vous présentons maintenant la famille des Guérisseurs Enseignants. Ces âmes enseignent la guérison sous toutes ses formes. Dans leur incarnation, elles parlent de la guérison, elles enseignent la guérison, peu importe l’identité terrestre. Toutefois, l’ego permet-il ceci ? Même si l’ego ne le permet pas, l’âme pousse. Leur identité émane des pores de leur peau car elles existent bien au-delà de l’ego.

 

 

La Famille des Guerriers

 

Cette famille n’est pas originaire de la famille des Guérisseurs. L’essence même du Guerrier est de protéger. Toutefois, l’âme ne s’incarne pas avec une armure. Les Guerriers sont les protecteurs de l’énergie, soit de l’ombre ou de la lumière. Pour ces âmes, les zones grises n’existent pas. Lorsqu’elles le choisissent, elles protègent la vibration de la lumière, elles protègent la vibration de l’âme. Certes, il se peut que vous observiez, dans l’incarnation de ces âmes, que les Guerriers ont tendance à être des sauveteurs dans l’apprentissage terrestre. Mais lorsque l’âme du Guerrier se reconnaît au-delà de la troisième dimension, elle agit sans vouloir sauver la planète en entier.

 

Ces âmes ont besoin de l’incarnation, qu’elle soit terrestre ou autre. Elles ont à manifester la compassion à travers la densité de la planète sur laquelle elles s’incarnent. L’action de cette famille est de défendre, de travailler, d’agir pour parer l’ombre et de protéger l’univers des âmes. Cette action est grandiose, c’est une action d’amour total, enraciné toutefois. Maintes âmes de cette famille oublient leur origine céleste, se transforment en « bodyguard », prennent des armes, entrent dans la deuxième dimension et s’y perdent !

 

Vous allez reconnaître facilement les Guerriers car ils ne sont pas très sociables. Ils ont tendance à être bourrus et à se refermer dans leur cuirasse. Toutefois, ils sont toujours prêts à défendre, même à sauver. Vous retrouverez aussi maintes âmes de cette famille dans les arts martiaux, car ces arts portent l’énergie de guerrier propre à leur famille. Toutefois, le cœur est présent. C’est pourquoi l’incarnation est très délicate pour la famille d’âmes des Guerriers et en même temps, elle est un très grand passage. Même si vous ressentez que la personnalité a immédiatement créé des cuirasses chez ces âmes, elles sont remplies d’amour. Ceci fait partie de leur apprentissage qui est de maintenir cette énergie d’amour, tout en étant le guerrier, le défenseur, le protecteur, le gardien du seuil.

 

 

La Famille des Alchimistes-Fées

 

Dans l’univers des âmes, il existe aussi une famille très particulière. Il s’agit de la famille des Alchimistes-Fées. Ces âmes s’incarnent sur la planète Terre pour spiritualiser la matière. Certaines d’entre elles, nous les avons rencontrées, sont très près des anges. Ces âmes sont fort légères. Elles peuvent sembler papillonner dans leur vie. Elles ont beaucoup de difficultés à intégrer leur enveloppe physique et résistent souvent à l’incarnation.

 

Elles ont la capacité, dans la physicalité, de dématérialiser tout ce qu’elles touchent. Elles pourraient passer à travers les portes avec l’enveloppe physique ; c’est ce qui explique pourquoi elles ont tant de difficultés avec les clefs ou avec les poignées de portes, car elles oublient qu’elles n’en ont pas besoin. Elles spiritualisent tout ce qu’elles touchent, elles en élèvent directement le taux vibratoire. Lorsqu’il y a densité, l’Alchimiste-Fée agit par la diffusion des ondes qui émanent de son corps. Dès les premiers instants de leur incarnation, elles débutent leur action.

 

Ces âmes peuvent vous sembler dans la lune, totalement absentes dans l’incarnation ; telle l’image que vous avez des fées. Elles ont choisi l’incarnation, non pas qu’elles aiment la densité, tout au contraire : elles sont présentes pour aider à transmuter la matière. Nous pourrions dire qu’elles sont des transmutateurs vivants. Elles ont la capacité de dématérialiser maintes choses sans même le savoir, et elles ont en bout de ligne l’impression d’avoir perdu ces objets. Nous vous taquinons mais cet exemple, bien que poussé à l’extrême, est très près de la réalité. Elles ont aussi l’impression d’être enracinées alors qu’elles planent. Elles ont de la difficulté à départager ce qui est en haut de ce qui est en bas. Ainsi, leur principale difficulté dans l’incarnation est justement de s’incarner. Toutefois, sachant qui elles sont, elles peuvent utiliser leur pouvoir et ainsi agir dans la guérison, dans la communication, dans tous les métiers, toutes les professions du monde. Elles peuvent transmuter tout ce qu’elles côtoient, la transmutation étant de prendre un état vibratoire et de l’activer d’une façon telle qu’il perde son identité pour se fondre au principe divin. L’amour est l’outil ultime de la transmutation.

 

Pourquoi ces âmes sont-elles présentes dans l’incarnation en cette fin de millénaire ? Elles ont un enseignement télépathique, verbal et oral à transmettre qui est : « éveillez-vous chères âmes, vous pouvez spiritualiser la matière ! » Tel est le but de leur existence, telle est leur réelle identité.

 

 

La Famille de la Communication

 

Ces messages communiquent, ils transmettent l’amour en s’exprimant sous une multitude de formes : l’art, la chanson, les écrits, le théâtre… Ils sont très nombreux en ce moment sur la planète Terre. Vous en retrouvez dans tous les métiers, dans toutes les professions : écrivains, poètes, journalistes, chanteurs… Ces âmes se reconnaissent, entre autres à l’effet qu’elles n’ont pas d’attachements à la physicalité. Ceci ne veut pas dire qu’il n’y a pas, pour certaines d’entre elles, une forme d’attraction aux biens matériels. Toutefois, la majorité des âmes qui sont de cette famille n’ont qu’un seul et unique but : communiquer, rendre le message accessible peu importe la forme, que ce soit à travers le chant, la danse, les arts, l’écriture… Tout est bon pour communiquer.

 

Ces âmes sont aussi reconnaissables au fait qu’elles ne sont pas nécessairement très enracinées et, à cause de cela, elles peuvent facilement se perdre à travers les drogues. Elles ont une forme de légèreté qui n’aide pas l’incarnation. Pour elles, la physicalité importe peu. Ce qui importe le plus est l’art de la communication et l’expression artistique. C’est pourquoi vous retrouvez au sein de cette famille maints artistes qui, à travers les périples de l’incarnation et de la personnalité, oublient qu’ils sont avant tout des Communicateurs, non pas nécessairement sous la forme que vos sociétés le croient.

 

 

La Famille des Enseignants

 

Ces âmes enseignent, elles enseignent tout ce qui peut-être enseigné, toutes les formes de connaissances, d’expériences. Elles enseignent l’amour, la lumière, la perte des illusions, l’écoute, l’importance de l’expérience du moment présent…

Les âmes de cette famille possèdent et transmettent le fluide de la connaissance. Ce fluide est directement associé à leur identité. Elles ont, en tant qu’âme incarnée, une recherche constante de vérité, de connaissances et un très grand besoin de transmettre. Elles sont également les gardiens de la connaissance qui est transmise sur les différentes planètes. On pourrait les appeler « les gardiens du seuil ». Cette famille gère le bagage, l’accumulation de la connaissance dans tout l’univers. Elles ont une très grande capacité d’aller consulter, au niveau de leur psyché, les tables akashiques, là où sont logés maints niveaux de connaissances. Sur la planète Terre, vous allez retrouver des êtres qui étudient la numérologie, la Cabale, les anciennes écritures telles le Sanscrit, tout ceci dans un but de transmettre ces connaissances.

 

Eventuellement, si la transmission de la connaissance évolue d’une façon difficile et devient distortionnée, il se peut que cette famille ressente le besoin de se scinder et de créer une famille qui aurait comme action de devenir des Guerriers du fluide de la connaissance, tout comme il existe les Guerriers du fluide de la guérison.

 

Ces âmes sont faciles à reconnaître. Pour elles, enseigner les remplit d’une très grande énergie de joie, car c’est leur action, peu importe la forme. Elles n’ont pas besoin d’une étiquette d’enseignants ; elles le sont naturellement, canalisant constamment le fluide la connaissance. Ainsi, lorsqu’elles s’ouvrent à l’identité de leur âme, elles peuvent recevoir maintes informations inconnues sur la planète Terre, et les transmettre. Elles ne doivent pas hésiter à canaliser la connaissance et à la retransmettre. Pour ce faire, elles n’ont qu’à canaliser le fluide qui habite leur âme.

 

Nous aimerions ajouter que dans la physicalité, ces âmes ont parfois besoin de se manifester des lieux physiques pour donner leurs enseignements. Ainsi, si vous ressentez ce besoin, ne le jugez pas et manifestez-le.

 

La famille des Passeurs

 

 

Cette famille d’âmes provient d’un détachement, d’une scission de la famille des Guérisseurs. Toutefois, elle n’est plus du tout associée aux Guérisseurs. Toutefois, elle n’est plus du tout associée aux Guérisseurs. C’est une famille qui est maintenant fort stable et cette stabilité est essentielle à son action. Les Passeurs ont une action fort spécifique : Dans l’au-delà, elles aident les âmes dans le passage des différents sas vibratoires qu’elles ont à traverser. Elles sont très près des sas angéliques et archangéliques, du sas des Maîtres Ascensionnés et sont aussi très près des étincelles. Ici-bas, elles assistent les différents passages que vous pouvez rencontrer sur votre planète : le passage de l’enfance à l’adolescence, le passage d’un emploi à l’autre, le passage du millénaire, le passage de la mort…Elles assistent et facilitent l’expérience du passage qui est un temps d’évolution spécifique.

 

Les âmes qui la composent n’ont vécu qu’un sas vibratoire. C’est pourquoi leur identité est moins forte que l’identité de bien d’autres âmes, car elles doivent constamment maintenir la transparence nécessaire pour assumer leur fonction dans l’au-delà, soit d’aider les âmes à passer d’étincelle à âme, à affiner leur identité.

 

Les Passeurs aident également la famille des Chamans dans l’équilibre des transformations, des passages dans l’univers des âmes. Ils sont fort occupés. Ces âmes ont la capacité d’être souvent en communication avec l’au-delà, et certes la nuit est le temps préférentiel à ceci. Dans l’incarnation, elles peuvent dire « J’ai travaillé très fort cette nuit ! », et elles ont raison car elles sont constamment en action. D’où l’importance de faire attention à leur enveloppe physique car elles travaillent jour et nuit.

Elles ont aussi très souvent la nostalgie de l’au-delà. Certaines ont même de la difficulté à gérer cet état et peuvent s’y perdre. Elles vont utiliser les drogues ou d’autres substances abusives pour contrecarrer cette nostalgie, ne sachant quoi en faire. Maintes d’entre elles ressentent souvent le désir de quitter et même de retourner à l’état de pure étincelle car l’identité vibratoire de l’âme ne les intéresse pas vraiment. Elles côtoient constamment le monde de la non-identité, le néant divin et ceci peut-être confondant, surtout lorsque l’âme est incarnée. Comme elles sont très fluides, certaines d’entre elles vont tenter de développer une pesanteur de l’enveloppe physique pour éviter de ressentir ce flottement de leur âme. Elles ont besoin de s’enraciner pour réaliser le Passeur qu’elles sont au plus profond d’elles. D’autres vont avoir l’enveloppe physique très, très mince, même transparente et devront tenter de maintenir l’enracinement à travers leur faible poids physique.

 

Dans leur identité vibratoire, ces âmes possèdent toutefois cette très grande qualité : vouloir aider constamment les âmes. Dès que quelqu’un a besoin d’elles, appelez-les et elles seront présentes. Elles ont une très grande disponibilité, nuit et jour, à aider les âmes et c’est ce qui explique pourquoi certaines d’entre elles se perdent dans le rôle de sauveteur. Il est très aisé pour les Passeurs d’attirer des âmes qui errent, qui n’ont pas d’identité ou qui l’ont perdue. Ces âmes viendront vers elles car elles les reconnaissent de l’au-delà : ce sont elles qui les ont aidées dans l’affinement de leur identité vibratoire. Ce sont des Passeurs d’amour et seul l’amour les nourrit. Tout le reste importe peu.

 

 

La Famille des Initiateurs de Conscience

 

Es âmes viennent pour une courte action. Elles viennent provoquer un éveil de la conscience sur la planète où elles ont choisi de s’incarner. Elles n’initient point un mouvement si ce n’est celui de la conscience. Elles viennent tout simplement éveiller la conscience et elles le font par leur départ souvent spectaculaire. Elles reviennent et elles quittent à nouveau.

 

Ces âmes sont présentes dans les passages des masses, dans les lieux où il y a des tremblements de terre, des accidents, des tornades… Elles initient des mouvements de conscience par leur passage et leur départ de la planète Terre. Elles font parties des tragédies où les êtres sont tués ou torturés en masse, quittant la Terre par des phénomènes très durs, très violents. Ces âmes choisissent cela pour éveiller la conscience des humains.

 

Ceci peut sembler pure folie pour une conscience fermée, n’est-ce pas ? Toutefois, élargissez votre conscience. Ces âmes viennent servir l’évolution de votre planète.

 

 

La Famille des Piliers

 

Il existe une famille dont les âmes sont appelées les Piliers. Elles ne sont pas très nombreuses à être incarnées en ce moment sur votre planète. Celles qui le sont, sont en constante communication avec d’autres planètes. La densité de ces âmes est très forte. Lorsqu’un Pilier (Nous parlons de l’âme dans l’enveloppe physique) est assis à côté de vous, vous ressentez immédiatement sa présence. Ces âmes viennent enraciner les plans célestes dans la profondeur de la Terre, recréer les connections entres les différents sites sacrés de la planète. Et sans même que la personnalité le sache, l’âme agit.

Ces âmes agissent partout où il y a matière, où il y a planète. Elles sont très occupées et n’ont pas fini de l’être car elles sont constamment en équilibre, en lien, stabilisant les énergies, créant de nouveaux circuits énergétiques, surtout sur les planètes qui vivent des passages importants, comme la vôtre en ce moment. Là où elles sont, elles viennent enraciner l’énergie de l’au-delà ici-bas. Elles enracinent constamment les vibrations de la Source.

 

Ces âmes s’incarnent dans des lieux très stratégiques de la planète et agissent comme Piliers. Dans leur domicile, elles créent, elles canalisent et elles organisent les méridiens interplanétaires. Quelquefois, elles ont de la difficulté à changer de lieu car elles ont une action très précise là où elles ont choisi de s’incarner. Et quelquefois, elles vont aller vers des lieux très précis qui ont besoin d’elles. Il se peut fort bien que l’ego ne comprenne pas pourquoi soudainement l’âme pousse pour se rendre au Yucatan au Tibet.

 

Une des difficultés de leur incarnation se situe au niveau de leur enveloppe physique. Comme leur corps est très sollicité par leur action ? Ils doivent être vigilants, en terme d’équilibre nutritionnel : apport en minéraux, en protéines, en vitamines et en acides aminés. Ceci est très important !

 

 

La Famille des Mécaniciens

 

Il existe une famille pour laquelle nous n’avons pas vraiment trouvé de terme terrestre pour la nommer et avons choisi de la baptiser les Mécaniciens. Ces âmes viennent réparer la planète. Ce sont des réparateurs ou plutôt des agents de guérison dans la mécanique et dans la réparation de certains circuits du tissu planétaire. Elles sont souvent accompagnées par des Piliers ou des Chamans dans leur famille terrestre. Par exemple, il se peut que dans une famille terrestre les parents soient des Mécaniciens et que certains enfants soient Chamans et d’autres piliers, et qu’ensemble ils agissent.

 

Ces âmes viennent s’occuper du sol terrestre, des éléments contenus dans le sol, de l’air, de l’atmosphère, d’où le nom « Mécanicien ». Elles peuvent exister à travers une identité très éloignée de ceci. Toutefois, vous allez souvent les retrouver le nez près du sol. Elles ont ce grand besoin de s’occuper de la terre, de planter des arbres là où il n’y en a plus. Dans l’au-delà, les Mécaniciens réparent cette forme d’énergie qui englobe tout, telle une forme de voila magnétique faisant partie des univers de conscience. Les âmes appelées Mécaniciens vont réparer, s’il y a blessure ; ce tissu énergétique qui est composé des différents fluides.

 

Cette famille agit beaucoup avec les Chamans, son action sera très près de la leur sans nécessairement s’y associer. Il y a plusieurs âmes de cette famille présentement en incarnées sur la Terre. Vous pouvez retrouver des membres de cette famille dans les groupes qui œuvrent pour la protection de l’environnement, de la couche terrestre, des forêts… Certaines de ces âmes agissent dans la guérison, d’autres dans la communication, d’autres dans l’écriture. Toutefois, elles ressentent toutes une urgence d’agir dans une action pour aider la planète à se restaurer. Pour ces âmes, la physicalité est très importante, non pas dans un sens d’appât des biens matériels mais bien dans le sens de vivre sur la planète qu’elles habitent. Ce sont des amoureux de la Terre. Elles reçoivent jour et nuit des informations sur la planète qu’elles habitent, ainsi que des informations des autres planètes habitées par leurs frères et sœurs de Lumière. Nous leur disons « N’hésitez pas à recevoir ces messages, ne les bloquez pas ! »

 

A quelle famille appartenez-vous ? Que ressentez-vous au plus profond de vous-même. ? Cela soulève-t-il des doutes ?

Attention ! Ne tentez pas de vous identifier à la profession que vous avez choisie dans cette incarnation, ou à ce qui ressemble à un mouvement de votre action, mais plutôt à la poussée, à l’appel de votre âme.

 

Vous faites partie d’une seule de ces familles et vous ne pouvez pas faire partie de plusieurs.

 

Toutes ces familles se connaissent. Dans l’au-delà, elles communiquent constamment entre elles. Elles communiquent aussi sur la planète, malgré les personnalités, malgré l’identité terrestre, malgré les expériences, les blessures et ainsi de suite. Car dans votre enveloppe physique, au cœur même de vos chakras, dans la profondeur de votre canal, existe la vibration de votre famille. Cette vibration n’est pas terrestre, elle est céleste.

 

Ne tentez pas de trouver votre identité immédiatement. De toute façon, vous savez déjà qui vous êtes. Vous n’avez qu’à laisser vibrer votre âme. Et pour ce faire, nous suggérons que vous reposiez vos épaules, que vous vous installiez confortablement et que vous respiriez. N’oubliez pas de respirer. Permettez à vos hémisphères de vivre une expansion de conscience, laissez votre système nerveux se détendre.

 

 

Texte de Marie-lise Labonté,

 

page suivante ---->

Fréquence musicale 432 Hz - fréquence sacrée

 
-----------------------------------
 
 
La conspiration s'étend-elle jusqu'à la gamme musicale ?
 
 
Par l'intermédiaire du spectre de fréquence du son, de la chaleur et de la lumière, la vibration est le principe d'organisation de la matière. Le son est le principe d'organisation de l'Univers, de la matière physique et, le plus important, de la matière vivante.
 
La science des cymatiques illustre le fait que lorsque les ondes sonores traversent un médium physique (air, eau, sable, particules métalliques, etc.), la fréquence des ondes a un effet direct sur les structures qui sont créées par les ondes sonores qui passent à travers le médium en question. Des vidéos de YouTube montrent ces dessins fascinants et leur arrangement :
 
 
 
 
 
 
 
CONSPIRATION

Imaginez qu'une personne incroyablement puissante et riche qui fait sa richesse sur le dos des conflits, maladies et guerres apprenne que certaines fréquences sonores (celle facilement divisibles par deux, indiquant une opposition) créent conflit, désordre et disharmonie, alors que celles divisibles par trois (signifiant équilibre, réconciliation et harmonie) produisent une symétrie et des structures visuellement harmonieuses et agréables.
 
Imaginez maintenant qu'il ait le pouvoir d'établir un diapason standard de tous les instruments de musique du monde occidental.

Imaginez qu'il base toute l'échelle de création musicale sur une fréquence qui entraînerait des vibrations discordantes.

Cela ressemble à de la science-fiction. Pourtant c'est exactement ce qui s'est produit en septembre 1939 quand des intérêts financiers ont dicté aux Rockefellers (Illuminati) d'établir une norme de diapason pour que la note "la" au-dessus du do central vibre dorénavant à précisément 440 cycles par seconde (alors que jusque là, le la vibrait à 432 cycles par seconde).




Cette fréquence normative contre-nature du diapason, faisant disparaître la symétrie des vibrations sacrées a déclaré la guerre au mental subconscient de l'homme occidental.

La fourchette du diapason standard, celle fixée pour faire vibrer la note "la" à 440 cycles par seconde, est basée sur une fréquence divisible seulement par deux plutôt que par 3, ce qui signifie que toutes les notes de musique aussi bien au-dessus qu'au-dessous en sont affectées.

Malgré la "belle musique" qu'un orchestre symphonique peut apparemment produire, quand tous les instruments sont harmonisés sur la base d'un la à 440 Hz, ils deviennent des armes camouflées, peu importe la "musique" qu'ils jouent.

Ces fréquences destructrices entraînent les pensées vers un dérèglement, une disharmonie, une désunion. De plus, elles stimulent aussi l'organe contrôleur du corps – le cerveau – vers une résonance disharmonieuse, ce qui crée au bout du compte maladie et guerre.

 
 
 
"MILITARISATION DE LA MUSIQUE"

Le Dr Leonard Horowitz écrit dans un article :

L'industrie musicale "...utilise cette fréquence imposée qui entraîne le "troupeau" vers une augmentation de l'agression, une agitation psycho-sociale et des troubles émotionnels prédisposant les gens à des maladies physiques..." alors que les agents de cette conspiration fournissent une pacification 'thérapeutique' sous la forme d'une panoplie de drogues et de tranquillisants psychotropes pour le stress qu'ils ont créé à dessein et une chimiothérapie pour les maladies plus sérieuses qu'elle inspire".

Il dit, "L'énergie (la vibration) impacte la "vie" (biologie) et notre corps par l'intermédiaire du médium le plus banal de la vie : l'eau. Le poids du corps, constitué presque à 80 % d'eau, vibre et résonne aux fréquences et les fréquences manœuvrent notre matière physique et le processus des pensées. On a démontré que la lumière et le son sont les moteurs primitifs de la communication intercellulaire, ce qui explique que notre santé, ou son manque, peut réellement être le produit de la résonance vibratoire du son et de la lumière".

Comme déjà dit, l'alliance Rothschild-Rockefeller ( Illuminati pour info tapez sur google en verlan illuminati cad itanimulli.com et voyez  par vous-même ! ) a choisi "...de déterminer des facteurs musicaux capables de produire des pathologies psychiques, des troubles émotionnels et une "hystérie de masse".
 
 
 

MAUVAISES VIBRATIONS # BONNES VIBRATIONS   LA 432 Hz

L'effort de départ pour faire du la à 440 Hz la base du diapason standard a pris place en 1910 quand la fondation Rockefeller a fait une demande à la Fédération Américaine des Musiciens de populariser le concept. Cet effort initial a échoué.

Le BSI (British Standards Institute) – a pourtant adopté officiellement le la à 440 Hz en 1939, encouragé par un étrange consortium sous l'influence de la fondation Rockefeller et du gouvernement nazi. Ironiquement, les britanniques ont adopté un standard de diapason promu par le 3ème Reich, juste au moment où ils sont entrés en guerre. Alors que le 440 Hz avait été rejeté par les musiciens britanniques trois mois avant seulement, Joseph Goebbels (ministre de la propagande sous le 3ème Reich, NdT) persuada le BSI d'adopter le 440 Hz en disant qu'il était d'une importance extraordinaire.

Comme le conclut le Dr Leonard Horowitz : "Sur le plan bioénergétique, la musique affecte la chimie de votre corps, la psycho-neuro immunologie et la santé. Par la musique votre corps vibre aujourd'hui, de manière audible et aussi subliminale, selon une fréquence imposée institutionnellement en harmonie avec l’agressivité et en dissonance plutôt qu'avec des vibrations en harmonie avec l'Amour".

Le diapason des instruments musicaux utilisant le standard artificiellement imposé du la à 440 Hz peut apporter des troubles physiques et mentaux, tout en supprimant efficacement la spiritualité, l'intuition et la créativité. Il a été montré que cette fréquence de diapason universelle supprimait les aspects créatifs et intuitifs de notre esprit, tout en affectant négativement notre chimie corporelle et notre système immunitaire.


CONCLUSION
 
Je ne sais pas si quelqu'un peut prouver qu'il existe un lien direct entre l'agressivité, la dissociation, la paranoïa et la violence et un système de diapason qui a été promu par les Rockefellers et le 3ème Reich. Le seul fait cependant que ces deux entités se soient mis d'accord pour appuyer ce standard est plus que suspect pour moi.
 
(…) L'axe Rockefeller-Illuminati, par leur argent et leurs recherches, a imposé ce diapason artificiel "standard" à l'humanité dans le but de créer le chaos. Il continue à ce jour à canaliser nos esprits et émotions négativement. Il est grand temps que de nouvelles et bonnes vibrations reviennent et qu'un nouveau standard d'accord vibratoire émerge.
Cette fréquence 440 hz développe le cerveau prédateur, le cerveau gauche alors que la fréquence 432 Hz réharmonise le mariage des deux hémisphères du cerveau.
 
Traduit par le BBB.
 
Écoutez un air de musique à 432 Hz, puis le même à 440 Hz :
 
 
Quelques musiques jouées avec le 432 Hz :
 
Musiques d'ambiance :
 
 
Enya :
 
Bach :
 
 
 
---------------------------------------------------
 

 

Explications du La 432Hz

 



Voici la fréquence de chaque note avec le La de référence à 440 Hz, suivi de leur fréquence correspondante de chaque note accordé au La de référence à 432 Hz : Do, C, 261,63Hz, 256 Hz; Ré, D, 293,66 Hz, 288 Hz; Mi, E, 329,63Hz, 324 Hz; Fa, F, 349,23Hz, 342 Hz; Sol, G, 392,00Hz, 384 Hz; La, A, 440,00Hz, 432 Hz; Si, S, 493,88Hz, 484 Hz

Avec les formules de physique quantique, certains scientifiques ont calculé les fréquences de résonance des atomes et molécules qui nous entourent. C'est alors stupéfiant de voir que 432 Hz est une fréquence de résonance de l'eau et non pas le 440 Hz. Rappelons que l'eau est un constituant majeur de toute la vie sur terre, des plantes aux animaux ou d'une bactérie jusqu'aux organismes les plus développés.

Cette fréquence est inscrite jusque dans notre système solaire. La précession de la terre compte 25 920 années, c'est le cycle apparent de la rotation des étoiles dans notre ciel, produit par le mouvement de la terre dans l'univers, un peu comme une toupie qui a sa précession.

Le cycle est mesuré par la durée pour parcourir un mouvement circulaire complet de 360 degrés. Quand on divise 25 920 par 360, on arrive au chiffre 72, les équinoxes se déplacent de 1° degré tout les 72 ans, ce qui correspond à une harmonique de la note du Ré ou D quand le La ou le A est accordé à 432 Hz.

Quand la musique est accordée à 432 Hz, on remarque alors aussi que les autres notes correspondent exactement aux fréquences de résonances des éléments naturels tel que le sol pour l'oxygène, le do à une fréquence de résonance qui active le système chlorophyllien des plantes.

Une étude scientifique récente encadrée par l'université de Florence sur une plantation de vignes a démontré l'effet grandement bénéfique de certaines musiques classiques baroques spécifiques.

Ainsi les vignes ont eu une croissance supérieure de plus de 30% et elles étaient beaucoup plus saines, sans maladies par rapport au groupe témoin !

Quand le la est accordé à 432 Hz au lieu du 440 Hz, toutes les autres notes de musiques sont aussi corrigées vers leurs fréquences harmonieuses correspondant au la de référence et aux fréquences de la nature qui nous entourent.

Quelques correspondances : La : 432 Hz : L'eau, Ondes Alpha cérébrales idéal au repos pour un fonctionnement cérébral harmonieux Ré : 288 Hz : La précession de notre planète Terre, Battement idéal du coeur humain au repos Sol : 384 Hz : Oxygène Les plantes aussi y réagissent favorablement, elles poussent plus vite et deviennent resplendissantes..../....

Écouter la musique accordée au La naturel harmonise nos hémisphères cérébraux, ce qui nous éveille à l'orchestre de nos pensées, dans les cathédrales de nos esprits. L'écoute d'une musique en 432 Hz nous rapproche de la nature.

440 Hz vs 432 Hz : Une vérité qui dérange

 
 
 
 page suivante ---->
 

Marina Popovitch, révélations

 
 
Née en 1931, Marina Popovitch est un personnage légendaire en Russie. Une étoile dans la constellation du Cancer porte même son nom. Colonel dans les forces aériennes, ingénieur et pilote d’essai ayant survécu à six crashs, elle a volé sur une quarantaine de types d’avions et totalise 107 records du monde dans l’aviation, dont bon nombre n’ont toujours pas été battus. Elle est aussi la première femme à avoir piloté un avion de chasse et avoir franchi le mur du son.

Enfin, professeur en science aérodynamique, maître de conférences et vice-présidente de l’Université d’Arkhangelsk, elle a également suivi des études de théologie et de physique, ainsi que plusieurs enseignements pratiques destinés à éveiller les capacités psychiques dites paranormales. Elle est ainsi devenue capable de voir l’aura humaine et s’est formée à la communication par télépathie. Voilà pour cadrer le personnage.
 
 
 
Avec un tel cursus et un tel palmarès, il est difficile de ne pas prêter attention à ses paroles, d’autant qu’elle est connue depuis 1991 pour avoir publié ce qu’elle déclare être la dernière photo transmise par la sonde Phobos II avant sa disparition près de Mars, et avoir porté au public l’observation de plus de 3.000 OVNIS en Russie et la possession par les Russes de cinq d’entre eux qui se sont crashés, notamment à Tunguska en 1908 et Dalnegorsk en 1986.

Elle a surtout beaucoup parlé des découvertes des scientifiques russes quant à l’interaction permanente entre les émotions humaines et les champs électromagnétiques de la Terre et leur impact immédiat sur l’activité du Soleil. Elle a notamment évoqué la présence de zones obscures dans ces champs par exemple sur les pays où la guerre faisait rage, comme l’Irak.
 
 
 
Selon elle, les scientifiques estiment que le chaos émotionnel humain perturbe énormément la Terre, qui réagit de plus en plus violemment à cette saturation. Ce qui doit être porté à la connaissance des populations et doit absolument déclencher un changement radical de tous nos comportements.

Il est à noter que bien des révélations sont faites depuis quelques années par des personnalités issues du monde militaire, notamment des astronautes et des haut gradés russes et américains. J’ai du mal à penser que ces ‘fuites’ soient autorisées s’il n’y a pas une volonté sous-jacente d’une faction au moins de ceux qui exercent des pouvoirs dans ce domaine que cela soit su. Par ailleurs ce changement de communication reste timoré et la médiatisation grand public reste faible, voire même nulle dans certains pays comme la France.

Le fait que ces révélations existent peut vouloir annoncer la fameuse divulgation quant à la présence extraterrestre que beaucoup espèrent et pour laquelle ils luttent depuis des décennies. Mais on ne peut exclure qu’elle puisse encore servir une manipulation des marionnettistes de notre monde dans le but de conserver le contrôle dans une situation nouvelle, où des évènements majeurs et contre lesquels ils ne peuvent rien, auront eu lieu.

En attendant de vivre le scénario à venir, voici une intéressante interview de Marina Popovitch, réalisée pour le journal espagnol Planète urbaine :

- Pendant la guerre froide, la Russie a donné une grande importance à l’étude du domaine paranormal. Vous avez fait des découvertes importantes sur la grille énergétique de la planète ainsi qu’un « champ d’enregistrement psychique » qui entoure la Terre. Comment cela fonctionne-t-il ?

- Les études réalisées à Moscou ont déterminé que la planète est entourée d’un immense réseau énergétique, un ’tissu’ d’énergie qui possède une distribution de forme géométrique. La géologie des continents répond aux schémas directeurs énergétiques de cette grille. Toute la structure de ce que nous connaissons comme l’univers physique s’ordonne selon des schémas géométriques déterminés. Ceci est connu sous le terme de « Géométrie Sacrée ». Par ailleurs, en 1958, le professeur Bernascki a découvert une sorte d’anneau qui enveloppe la planète et qui contient un champ d’énergie dans lequel sont mémorisés des ‘registres’ de toutes les formes de vie et de l’histoire de la planète. Il a été découvert que ce champ d’énergie ne se situe pas sur un plan physique. Nous avons été capables de détecter cette bande et de la «lire» avec des instruments scientifiques et en utilisant des médiums entraînés à le faire.
 
 
 
Nous avons ainsi découvert que ce champ est un tissu éthérique chargé d’émotions. C’est pourquoi il est nécessaire de contrôler nos passions. Chacun de nous a le pouvoir d’affecter ce champ de manière positive ou négative. Toute la négativité exprimée, comme la haine et la peur, a une incidence directe sur l’état de la planète. La Terre réagit violemment à nos pensées et nos sentiments et elle émet un type de rayonnement qui se répercute sur les modèles climatiques. Les éléments sont comme des anticorps planétaires.

- Est-ce que cela pourrait être une des causes des changements climatiques violents qui se produisent actuellement ?


 
 
- C’est seulement une partie d’un immense processus qui s’inscrit dans un ordre cosmique parfait. Les scientifiques savent très bien que nous sommes confrontés à un processus cyclique et inévitable qui ne peut juste se réduire à l’homme. Dans l’univers tout est interconnecté; quoique nous fassions, d’harmonieux ou de disharmonieux, affecte la Terre. Ces charges négatives affectent en tout les êtres humains et sont en fait plus puissantes que l’énergie nucléaire elle-même. La planète, comme si elle était un corps malade, réagit avec des anticorps naturels pour soigner ce désarroi. La pollution n’est pas causée uniquement par la consommation des énergies résiduelles. Nous sommes nous-mêmes une puissante source de pollution. Le monde répond à la haine et l’amour (voir La Clé du Présent).

- Est-il vrai que les Russes avaient une bonne avance par rapport aux Américains dans ce domaine ?

- Certains médiums russes ont dit qu’ils s’étaient retrouvés sur des plans astraux (non physiques) en présence d’Américains travaillant dans le même domaine.

Par le biais d’un entraînement spécifique, on a pu détecter ces champs de pollution « psioniques » et on a vu comme un manteau obscur enveloppant certaines parties du globe terrestre. On a constaté qu’en utilisant certaines fréquences, il est non seulement possible d’influencer la vie en exerçant un contrôle mental, mais aussi de modifier le climat. Il existe des études poussées concernant l’anti-gravité qui ont amené des découvertes sur les champs scalaires, les énergies vectoriales et le vide.

Une application correcte de cette technologie pourrait avantageusement changer le monde.

- Tout nous indique que des changements climatiques majeurs vont nous obliger à changer radicalement la façon dont nous concevons notre civilisation. Quelles sont les conclusions que les scientifiques russes tirent pour la Russie à ce sujet ?

- Ces changements sont une réalité et nos scientifiques ont conclu que nous entrons dans une période de grands bouleversements de l’écosystème terrestre. Mais le plus important est que ces événements constituent un défi majeur pour l’humanité. Ils doivent être vus comme une opportunité ainsi que l’unique option pour le monde entier de décider unanimement que les vieilles formes d’exploitation de l’énergie soient remplacées par d’autres, renouvelables et non polluantes.
 
 
 
- Il existe des preuves de visites extraterrestres à travers le monde. Il semble que les gouvernements aient même été prévenus des grands changements à venir. Que pouvez-vous nous dire à ce sujet et pourquoi personne dans le monde ne présente ces preuves ?

- Nous avons atteint un point dans l’évolution de l’intelligence humaine où il est plus logique et crédible de suggérer l’existence d’une vie au delà de notre monde que de la nier. Les grands gouvernements le savent… et le nient. Parce que si vous aviez la connaissance que ces êtres possèdent – y compris la véritable histoire de notre planète – le système actuel des croyances s’effondrerait en un rien de temps. Le pouvoir même que ces gouvernements ont sur la population mondiale pourrait disparaître du jour au lendemain. Ces créatures ont des connaissances très avancées sur ce qu’on appelle « l’énergie libre ». Notre planète et l’univers possèdent d’innombrables sources d’énergies non polluantes dont l’usage pourrait blesser mortellement l’empire dominant de l’économie mondiale. Utiliser des sources d’énergie polluantes maintient la totalité du système actuel dans la dépendance des ressources monétaires.
 
 

Les ultimes photos de la sonde Phobos II Comparaison entre Phobos et l'OVNI

Ces êtres respectent notre libre arbitre et ne s’impliquent donc pas directement dans nos affaires. Ils ont prouvé qu’ils viennent avec de bonnes intentions et ont démontré comment ils peuvent neutraliser, en quelques secondes, la technologie terrestre la plus avancée si elle est utilisée pour les attaquer.

Cela ne peut pas et ne doit pas être caché aux populations du monde. Tout ce qui concerne la question doit être révélé. Dans toutes mes conférences et mes livres, je présente les événements les plus divers qui se sont déroulés sur le sol soviétique. La mission Phobos II *, que nous avons envoyée vers Mars, a disparu lorsqu’elle a transmis à la Terre des photos d’un vaisseau géant d’environ 15,5 miles de long (25 km).

 
La disparition ou la perte de contact avec les sondes envoyées depuis la Terre a été un sujet de conversation et de débat entre le président Bush père et Gorbatchev à la Conférence de Malte. Il y a eu des contacts entre les astronautes dans l’espace et des êtres venus d’autres mondes. Je suis convaincue que très bientôt quelque chose va arriver sur la planète qui va obliger ces êtres à se présenter massivement dans notre monde pour nous aider. Et ce sera l’événement le plus important de l’histoire moderne.
 
 
 
page suivante ---->

 

NOUS SOMMES CONFIGURÉS UNIQUEMENT POUR LE VÉGÉTARISME

 

La grande majorité des gens a été éduquée pour croire que nous sommes omnivores. Pourtant, l’anatomie humaine montre que nous n’avons pas été physiologiquement prévus pour manger de la chair d’animaux, ni même de poisson.

En particulier, il faut remarquer que :

  • L’Homme a exactement les mêmes caractéristiques anatomiques et physiologiques que les herbivores et non celles des omnivores ou des carnivores.
  • Nos canines ont la même taille que les autres dents : c’est le cas des herbivores.
  • De plus, contrairement aux omnivores et carnivores, l’Homme doit cuire la viande et inventer des recettes pour la rendre plus digeste et anonyme - et la vue d’un cadavre dégoûte les gens normaux plutôt que de les faire saliver.
  • Les enfants en bas âge détestent généralement la viande. Il faut les forcer ou les formater (pour devenir grand et fort comme papa…..ou le chef comme maman !).

Voici les résultats d’une étude scientifique comparative sur 16 points, entre Carnivores / Omnivores / Herbivores et Humains, qui donne à réfléchir (par mutien.com) :

CAPACITE DE L’ESTOMAC :
Carnivore : 60-70% du volume total de l’appareil digestif.
Omnivore : 60-70% du volume total de l’appareil digestif.
Herbivore : Moins de 30% du volume total de l’appareil digestif.
Humain : 21 à 27% du volume total de l’appareil digestif.

ACIDITE DE L’ESTOMAC :
Carnivore : pH inférieur ou égal à 1.
Omnivore : pH inférieur ou égal à 1.
Herbivore : pH variant entre 4 et 5.
Humain : pH variant entre 4 et 5.

SALIVE :
Carnivore : Acide, Glandes salivaire peu développées, Pas de ptyaline.
Omnivore : Acide, Glandes salivaire peu développées, Pas de ptyaline.
Herbivore : Alcaline, Beaucoup de ptyaline, Glandes salivaires développées.
Humain : Alcaline, Beaucoup de ptyaline, Glandes salivaires développées

CANINES :
Carnivore : Très longues, fortes, grosses.
Omnivore : Très longues, fortes, grosses.
Herbivore : Taille réduite ou inexistantes.
Humain : Taille réduite.

FOIE :
Carnivore : Désintègre très bien l’acide urique et la vitamine A.
Omnivore : Désintègre très bien l’acide urique et la vitamine A.
Herbivore : Désintègre uniquement l’acide urique produit par le corps et mal la vitamine A.
Humain : Désintègre uniquement l’acide urique produit par le corps et mal la vitamine A.

PEAU :
Carnivore : Pas de pores. Refroidissement par halètement.
Omnivore : Pas de pores. Refroidissement par halètement.
Herbivore : Beaucoup de pores. Transpiration par la peau.
Humain : Beaucoup de pores. Transpiration par la peau.

INTESTIN GRELE :
Carnivore : 3 à 6 fois la longueur du corps.
Omnivore : 4 à 6 fois la longueur du corps.
Herbivore : 10 à 12 fois la longueur du corps.
Humain : 10 à 11 fois la longueur du corps.

ONGLES :
Carnivore : Griffes (fortes, dures).
Omnivore : Griffes (fortes, dures).
Herbivore : Ongles mous (ou sabot).
Humain : Ongles mous.

MÂCHOIRE :
Carnivore : Mobile verticalement (pour déchirer, lacérer).
Omnivore : Mobile verticalement (pour déchirer, lacérer).
Herbivore : Mobile verticalement et latéralement (pour mastiquer, broyer).
Humain : Mobile verticalement et latéralement (pour mastiquer, broyer).

MUSCLES MACHOIRE :
Carnivore : Muscle temporal.
Omnivore : Muscle temporal.
Herbivore : Muscle masséter.
Humain : Muscle masséter.

URINE :
Carnivore : Acide.
Omnivore : Acide.
Herbivore : Alcaline.
Humain : Alcaline.

VITAMINE C :
Carnivore : Capable de synthétiser avec son organisme.
Omnivore : Capable de synthétiser avec son organisme.
Herbivore : Nécessite un apport quotidien par la nourriture.
Humain : Nécessite un apport quotidien par la nourriture.

URASE :
Carnivore : Présence d’urase (décompose l’acide urique de la viande).
Carnivore : Présence d’urase (décompose l’acide urique de la viande).
Herbivore : Pas d’urase.
Humain : Pas d’urase (décompose mal l’acide urique toxique).

COLON :
Carnivore : Court, simple et lisse .
Omnivore : Court, simple et lisse.
Herbivore : Long, complexe avec villosités.
Humain : Long, complexe avec villosités.

MUSCLES DU VISAGE ET DE LA BOUCHE :
Carnivore : Réduit pour une grande ouverture de la bouche.
Omnivore : Réduit pour une grande ouverture de la bouche.
Herbivore : Bien développé. Petite ouverture de la bouche.
Humain : Bien développé. Petite ouverture de la bouche.

REINS :
Carnivore : Urine très concentrée.
Omnivore : Urine très concentrée.
Herbivore : Urine modérément concentrée.
Humain : Urine modérément concentrée.

Vous avez bien vu les points communs entre les Herbivores et l’Humain ?

TOUS les scientifiques ayant étudié le sujet sont d’accord : L’Humain n’est
pas un omnivore comme l’école nous l’a appris mais un strict végétarien !

Nous fonctionnons donc tels des moteurs que l’on alimenterait avec un carburant mal adapté – ce qui entraine inéluctablement : encrassement, perte de puissance et de longévité.

 

page suivante ---->

Où est donc passé le Moyen Âge ?

 

Pour commencer je vous propose un article rédiger par SANDRINE VIOLLET, DOCTEUR EN HISTOIRE:

« Où est donc passé le Moyen Âge ? » se demande le zoologiste François de Sarre. Selon sa théorie, le Moyen Âge devrait être raccourci d’au moins 800 ans car la peste dite de Justinien, de 530-590, et la Peste de Noire, celle de 1348, seraient en fait le même événement ! Cette idée surprenante fait tout d’abord sourire. Mais après avoir lu son livre, nous nous apercevons qu’il existe beaucoup d’incohérences dans la chronologie de l’ère chrétienne, et nous ne pouvons nous empêcher de nous poser cette question : et si François de Sarre avait raison ?

Mais comment serait-il possible d’avoir 800 ans en trop dans l’histoire récente... ? Et si ces 800 ans correspondaient en fait aux 753 ans séparant l’ère romaine de l’ère chrétienne... ? Et si tout simplement, il fallait superposer le calendrier chrétien au calendrier romain ? Nous ne serions donc pas en 2010 après Jésus Christ, mais en 2010 après la fondation de Rome ! Une idée trop simple ? Et pourtant, après quelques vérifications chronologiques, cette version de l’Histoire pourrait bien être vraie...

Comment une telle erreur de chronologie serait-elle possible ? François de Sarre nous dit que tout cela ne serait pas arrivé si un cataclysme de grande ampleur n’avait pas touché le monde entier à une date récente. Or, le dernier cataclysme recensé dans les 2 000 dernières années est celui connu en anglais sous le nom d’ « Age of Darkness », l’Age des Ténèbres...

Une météorite met fin à l’Empire Romain

Selon la version classique de l’Histoire, l’Empire Romain prend fin le 4 septembre 476, lorsque le dernier empereur romain d’Occident, Romulus Augustulus est déposé par Odoacre. Cependant, c’est 535 qui devrait être reclassé comme date de la fin de l’Empire Romain d’Occident. En effet, selon le scientifique David Keys, qui appuie sa théorie d’après un vieil ouvrage javanais, le Pararaton, le 18 février 535, le Krakatoa serait entré en éruption. Force de l’explosion : 2 000 millions de bombes Hiroshima !!! A notre avis, le volcan Krakatoa n’a pas pu engendrer un cataclysme pareil. Il s’agirait plutôt d’une météorite tombée dans la zone pacifique sud, peut-être près de l’Australie.

Quelles ont été les conséquences d’un tel impact dans l’Empire Romain ? Il nous reste quelques témoignages d’auteurs antiques, et ils sont assez éloquents. Ainsi Agathias : « L’été suivant, il y eut un furieux tremblement de terre à Constantinople et en plusieurs autres endroits de l’Empire qui ruina un grand nombre de villes, tant dans les îles qu’en terre ferme et qui fit périr presque tous les habitants (...) Dans le même temps on sentit aussi quelques légers tremblements dans la grande ville d’Alexandrie assise sur le bord du Nil (...) Dans le même temps l’île de Cos fut agitée de semblables mouvements et en ressentit d’horribles effets. Il n’y en eut qu’une petite partie préservée de ruine, tout le reste ayant été abimé. La mer enflée extraordinairement, inonda les maisons les plus proches du rivage et les entraîna avec les meubles et les hommes ».

Procope de Césarée ensuite : « Il y eut, dans le même temps, un tremblement de terre, qui ébranla si furieusement la Béotie, l’Achaïe, et les bords du golfe Crisée, que huit villes, et plusieurs villages périrent. Les villes de Chéronée, de Coronée, de Patra, et de Naupacte, furent de ce nombre. Une infinité d’hommes en moururent. En quelques endroits, la terre s’entrouvrit, puis, en se rejoignant, elle reprit sa première face. En d’autres endroits, les ouvertures sont demeurées, qui ont rompu les chemins, et qui obligent de prendre de grands détours. Dans la retraite que la mer fait, entre la Thessalie, et la Béotie, elle se déborda tout d’un coup proche des villes d’Echinée, et de Scarsia, et renversa tous les bâtiments. Elle inonda si longtemps la campagne, et changea si fort des places, que l’on pouvait aller à pied en certaines petites îles, au lieu qu’on ne pouvait approcher des montagnes ».

De quelle force pouvait être ce séisme sur l’échelle de Richter pour provoquer une telle catastrophe ? Et de quelle ampleur étaient ces raz-de-marée ? De nos jours, nous savons qu’il faut au moins un tremblement de Terre de force 8 pour provoquer de tels dégâts... En outre, cet événement est simultané à tout le bassin méditerranéen. Et à Rome, c’est le pape Grégoire le Grand qui témoigne de la grande détresse de la ville : « Des ruines sur des ruines... Où est le sénat ? Où est le peuple ? » Grégoire de Tours relate aussi la catastrophe : « Le fleuve du Tibre avait couvert la ville de Rome d’une telle inondation que les édifices antiques en avaient été renversés ».

Ce cataclysme ne s’est pas arrêté à provoquer des tremblements de terre et des raz-de-marée sur toute la surface de la Terre, il a aussi obscurci le ciel pendant une longue période ! Plusieurs personnes ont témoigné de ce phénomène. Tout d’abord le préfet Aurélius Cassiodorus : « Nous observons tous, pour ainsi dire, un soleil de couleur bleue ; nous nous émerveillons des corps qui ne projettent pas d’ombre à midi... Nous avons donc un hiver sans tempête, un printemps sans douceur, un été sans chaleur ». Procope de Césarée encore : « Le soleil donnait sa lumière sans éclat, comme la lune, durant toute l’année... » Enfin Jean d’Ephèse : « Le soleil était sombre et son obscurité dura 18 mois ; chaque jour, il brillait environ 4 heures, et cette lumière n’était qu’une ombre faible ».

Les conséquences sur le climat ont été radicales : la température en Europe a baissé en moyenne de 2 à 3°, la pluie qui tombait était rouge, et il tombait aussi de la poussière jaune comme de la neige. Alors que le bassin méditerranéen était plongé dans un brouillard sec, il neige tous les mois de l’année en Europe du nord. Les récoltes auraient été mauvaises pendant sept ans. Les cernes des arbres montrent une croissance ralentie pendant 15 ans !

La Peste de Justinien

Sur le plan humain, le bilan est effroyable. Les mauvaises récoltes provoquent la famine, et les épidémies se multiplient sur des organismes déjà très affaiblis. Procope de Césarée témoigne de cette « peste » qui frappa l’Empire : « Il y eut en ces temps-là une maladie contagieuse, qui enleva une grande partie du genre humain. (...) Elle commença par les Egyptiens de Péluse. De là elle se partagea, et alla, d’un coté vers Alexandrie, et de l’autre dans la Palestine. Ensuite avançant toujours, et avec une démarche réglée, elle courut toute la terre. Elle semblait garder une mesure égale, de s’arrêter un certain temps en chaque pays. Elle s’étendit jusqu’aux nations les plus éloignées, et il n’y eut point de coin, pour reculé qu’il pût être, où elle ne portât sa corruption. Elle n’en exempta ni île, ni montagne, ni caverne. (...) Elle commençait toujours par les contrées maritimes, d’où elle se répandait sur celles qui étaient loin de la mer (...) C’était ou en s’éveillant, ou en se promenant, ou en quelque autre occupation, qu’ils s’apercevaient d’avoir là fièvre. Ils ne changeaient point de couleur. Ils ne sentaient point d’inflammation, et l’accès semblait si léger, que les médecins avaient peine à le reconnaitre en tâtant le pouls, et qu’ils n’y voyaient aucune apparence de danger. Cependant sur le soir, ou le lendemain, il paraissait un charbon à la cuisse, ou à la hanche, et quelquefois sous l’aisselle, ou à l’oreille.

Voilà ce qui arrivait presqu’à tous ceux qui étaient surpris de ce mal (...) Quelques-uns mouraient le jour-même qu’ils étaient frappés, et les autres les jours suivants. Il y en avait à qui il s’élevait par tout le corps des pustules noires, de la grosseur d’un pois ; et ceux-là ne passaient jamais le jour, et quelquefois ils expiraient à l’heure-même (...) Cette maladie dura quatre mois à Constantinople ; mais elle n’y fut, bien violente que pendant trois mois seulement. Elle enlevait d’abord si peu de personnes, que le nombre des morts n’en paraissait pas plus grande que de coutume. Dans la suite il en mourrait cinq mille chaque jour, et sur la fin dix mille, et plus ». Près de la moitié de la population de l’Empire Romain serait morte au cours de cette période. Sans doute ce chiffre est-il plus élevé encore... La « Peste de Justinien », comme elle a été appelée, s’étala de 541 à environ 767 dans tout le bassin méditerranéen, avec un pic en 592. Des villes sont désertées, des villages abandonnés, et, à la suite de cette catastrophe, l’Europe plongea dans le Moyen Âge pour une période d’environ 1 000 ans, selon notre chronologie officielle...

La Peste Noire du Moyen-âge

800 ans plus tard, la même épidémie de peste revient. En effet, de nouvelles recherches en paléobiochimie moléculaire ont permis de confirmer la présence du bacille Yersinia pestis pour la Peste Noire et la Peste de Justinien. La Peste Noire frappa toute l’Europe occidentale de 1347 à 1351. Quant à son origine, l’épidémie aurait débuté en Mongolie et se serait dispersée dans le bassin méditerranéen à cause des marins génois. Comme pour la peste de Justinien, l’épidémie apparait en premier dans les ports. Messine, Gènes et Marseille sont touchés en 1347. Comme pour la peste de Justinien, l’épidémie n’épargne aucun lieu, et se propage jusqu’en Scandinavie et en Russie. Et comme pour la Peste de Justinien, le taux de mortalité est effrayant. Il serait de 30 à 50 %, et à près de 80 % dans certaines villes. En cinq ans, la Peste Noire aurait fait au minimum 25 millions de victimes parmi la population européenne.

Des épidémies copier/coller

Effectivement, la Peste Noire semble une copie conforme de la Peste de Justinien, comme si l’on avait superposé les deux épidémies ! D’ailleurs, est-il possible de les superposer chronologiquement ? Voyons voir... Le pic de l’épidémie de Peste de Justinien a lieu en 592, celui de la Peste Noire en 1348. Faisons une simple soustraction : 1348 - 592 = 756 ans. Curieuse coïncidence, ces 756 ans se rapprochent dangereusement des 753 ans séparant le calendrier romain du calendrier chrétien... Serait-il donc possible que le calendrier chrétien se soit en fait superposé au calendrier romain ??? Une enquête s’impose...

La datation médiévale

Notre premier réflexe est de chercher à savoir comment, concrètement, faisait-on la différence au Moyen Âge entre une date romaine et une date chrétienne. Pour avoir la réponse à cette question, nous consultons un ouvrage de spécialistes, tel Construire le temps, normes et usages chronologiques du Moyen-âge a l’époque contemporaine, à l’intérieur duquel nous trouvons un article de Robert Favreau intitulé « La datation dans les inscriptions médiévales françaises ». Familiarisons-nous donc avec le système de datation médiévale !

Nous apprenons tout d’abord que « du IVème au VIIème siècle, les inscriptions chrétiennes de la Gaule emploient la datation à partir des consuls romains ». Ce système se maintient jusqu’au début du VIIème siècle, soit 15 à 20 ans après le cataclysme dit de « l’Age des ténèbres ». Ensuite : « Le point de départ ordinaire de la chronologie dans les inscriptions médiévales est sans conteste l’an de l’Incarnation. On sait que ce mode de calcul fut mis au point par un moine de la première moitié du VIème siècle, Denis Le Petit. Dans une chrétienté qui s’affirmait, ce calcul avait l’intérêt de donner comme point de départ de l’année la référence à l’événement qui fondait une ère nouvelle, l’Incarnation du fils de Dieu. Il ne connut d’abord qu’une propagation restreinte ; en Gaule, il apparaît pour la première fois dans des capitulaires de 742 et de 744, mais la chancellerie ne l’utilisera qu’au cours du règne du roi Eudes, à la fin du IXème siècle, puis de façon continue à compter de 967, à une époque qui est aussi le point de départ de son usage à la chancellerie pontificale comme dans les inscriptions romaines ( première occurrence pour un acte en 957, pour une inscription en 963 ) ». Concrètement, les inscriptions et les manuscrits donnent la date de la façon suivante : anno Incarnationis Domini, soit « an de l’Incarnation de notre Seigneur », suivi des années exprimées en chiffres romains. Certaines inscriptions mentionnent une datation en anno gratie, utilisée principalement au XIIIème siècle. « Mais la façon la plus courante de formuler la référence à l’ère chrétienne est de recourir à l’expression « anno Domini » ». On trouve cette datation dès le VIIIème siècle et elle se généralise à partir du XIIIème siècle.

Un décalage de 200 ans

Une première surprise dans le système de datation médiévale : il existe un décalage de 200 ans environ entre l’invention de l’ère chrétienne par le moine Denis le Petit et son application dans l’Occident médiéval. En effet, Denis le Petit invente l’ère chrétienne en 525 en rédigeant son livre, le Liber de Paschate, mais l’expression ab incarnationis domini ou anno domini, n’apparaît au plus tôt qu’à partir de 730... Comme nous pouvons lire sur le site http://www.archaeometry.org, « la première utilisation supposée du mode de datation basée sur l’anno domini est tardive. Elle pourrait dater au plus tôt de 731 ». Comment cela peut-il s’expliquer ?

Le Liber de Paschate ou l’invention de l’ère chrétienne

En 525, à Rome, le moine Dyonisius Exiguus est chargé par le chancelier papal Bonifacius de concevoir une méthode pour prévoir la date de Pâques selon la règle Alexandrine. En effet, Denis le Petit a en sa possession des tables alexandrines en anno diocletiani, partant de la première année du règne de l’empereur Dioclétien, en 285, et qui s’arrêtaient 247 plus tard ( soit 285 + 247 = 532 ). Denys ajouta donc un cycle de 95 ans à ces tables, et il décida de modifier l’année du début du calendrier pour ne plus se référer au calendrier de Dioclétien, empereur qui avait sévèrement persécuté les chrétiens. Il déclara donc que l’année où il réalisait ce complément aux tables d’Alexandrie était l’année 525 après l’Incarnation du Christ qui devenait l’année de départ du nouveau calendrier. Il publia ses recherches dans un livre, le Liber de Paschate ( consultable sur internet à la page suivante : http://www.henk-reints.nl/cal/audette/denys.html ), en 525. Le pape Jean II approuva son calendrier en 533. La naissance de Jésus fut donc reportée au 25 décembre 753 AUC. Et l’an I de l’Anno Domini équivaut désormais à l’année julienne 754 ab urbe condita, soit à l’an 754 depuis la fondation de Rome.

Quand Bède le Vénérable cite Denis le Petit

Nous voyons donc que le pape Jean II approuva officiellement le nouveau calendrier chrétien en 533. Mais il n’est pas appliqué immédiatement à toute la chrétienté. Certes, le cataclysme de 535, le pillage de Rome par les Ostrogoths en 537, et les épidémies de peste à répétition dans tout l’Empire font que la diffusion de l’ère chrétienne sera très, très longue à s’imposer...

Curieusement, c’est en Grande-Bretagne que le Liber de Paschate ressurgit au bout de 200 ans, dans le monastère de Jarrow. Le moine Bède, dit le Vénérable, reprend les calculs de Denis le Petit pour fixer les nouvelles dates de Pâques. Les calculs de Bède le Vénérable vont ensuite servir de référence à tout l’Occident médiéval. Mais Bède est surtout connu pour son livre Historia ecclesiastica gentis anglorum, Histoire ecclésiastique du peuple anglais, qui est le premier à reprendre et à citer l’ère dionysienne, et publié vers 726. Curieusement, le moine Bède le Vénérable, qui n’a quasiment jamais quitté son monastère, serait devenu très populaire et ses livres se seraient diffusés rapidement dans tout l’Occident, au point que ce serait sous son impulsion, et non pas sous celle des papes, que l’ère chrétienne se serait très, très rapidement imposée...

L’anno domini selon Bède le Vénérable

Comment Bède le Vénérable utilise-t-il l’ère chrétienne de Denis le Petit dans son livre Historia ecclesiastica gentis anglorum ? Pour répondre à cette question, nous pouvons consulter le site « histoire critique du christianisme romain » ( http://srg.hereses.perso.libertysurf.fr/index.html ) et sa page « invention de l’ère chrétienne » :

Bède « a fait siens les calculs de Denis le Petit, qu’il attribue aux Apôtres et Pères de l’Eglise sans chercher à savoir pourquoi le Sauveur dionysien est né le 25 décembre 753 ab Urbe condita, et non le 1 Janvier 754 . S’il répète inlassablement la formule " anno domini " c’est pour signifier que l’on doit célébrer Pâques le premier dimanche suivant le 15ème jour de la nouvelle lune de Mars, et non pour instituer une ère chrétienne dont il ne parle jamais et dont la notion lui est totalement étrangère. Tous les Actes officiels romains, particulièrement les lettres de Grégoire le Grand reproduites par Béde, sont datés du règne des Empereurs romains d’Orient. Bède se réfère continuellement au calendrier romain traditionnel, en conservant les noms romains des mois, les divisions de ces mois en calendes nonnes et ides ; il décompte également les règnes des rois anglais en années depuis leur accession au trône ; la formule " anno domini " lui sert de connexion et d’unification de leurs calendriers. Bien plus, il débute son " Histoire ecclésiastique " par un rappel solennel, grâce à Jules César et à Claude, du passé de Rome, dont la création calculée par Varron 753 ans avant la naissance supposée du Sauveur christianiste constitue le point de départ effectif de toute chronologie ».

Curieusement, Bède le Vénérable ne relie jamais anno domini et ère chrétienne ! Et nous n’avons toujours pas trouvé la réponse à notre première question : comment au Moyen Âge fait-on concrètement la différence entre une date romaine et une date chrétienne ?

Le calendrier romain...des jours

Au Moyen Âge, lorsque l’on parle du calendrier romain, il s’agit du calendrier romain des jours et non celui des années. Toujours selon Robert Favreau, « il était plus important, au Moyen Âge, de connaître le jour du mois que l’année, notamment parce que la connaissance du jour était indispensable pour célébrer la mémoire du défunt chaque année ou pour fêter l’anniversaire de la dédicace d’une église ». Ainsi, à part la datation selon l’année des consuls, les Romains n’auraient jamais utilisé un calendrier des années !? En France, le calendrier romain des jours s’utilise encore jusqu’au XVème siècle...

Ab Urbe condita

Ab Urbe condita signifie « à partir de la fondation de la Ville »... de Rome, Rome étant surnommée l’Urbs, « La » ville. Ab urbe condita est aussi le titre d’un livre de Tite-Live, qui a écrit toute l’histoire de Rome et de son empire depuis sa fondation. Dans ses manuscrits, Tite-Live reprend les travaux de l’écrivain Varron ( décédé en 27 avant Jésus Christ ). Celui-ci a daté la fondation de Rome à - 753. Comme nous l’avons constaté, les Romains n’utilisent pas l’expression Ab urbe condita pour leur datation. Et c’est seulement à la Renaissance, à partir de 1430 à Rome, que la datation Ab urbe condita, AUC en abrégé, va se généraliser en référence au glorieux passé romain.

Concrètement donc, puisqu’il n’existerait pas de calendrier romain des années, au Moyen Âge, la datation exprimée anno ab incarnationis ou anno domini serait forcément en référence à l’ère chrétienne...

Anno 730

Nous avons vu que l’anno ab incarnationis ou anno domini, est utilisée au plus tôt vers 730. Selon notre calendrier chrétien, cette date est aléatoire et ne correspond à aucun événement particulier. Cependant si nous nous référons au calendrier romain des années, qui existait bel et bien, mais n’était jamais utilisé dans la datation, l’année 730 Ab urbe condita correspondrait-elle à un événement particulier ?

L’année 730 AUC, qui correspondrait à l’année 23 avant Jésus-Christ, marque effectivement un grand tournant dans l’histoire de l’Empire Romain. C’est en effet cette année là que l’empereur Auguste a créé l’administration impériale. Auguste crée tout un corps de fonctionnaires, qu’il nomme et qu’il paie. Bref, l’année 730 marque le véritable début de l’Empire romain. Faut-il donc voir un lien entre l’apparition de l’anno ab incarnationis domini et la mise en place de l’administration romaine ? Auguste pouvait-il synchroniser tout l’Empire romain sans imposer un système de datation annuel ? D’autre part, nous avons vu que c’est Varron, puis Tite-Live, qui ont daté la fondation de Rome. En toute logique, il était donc impossible de dater correctement les années romaines avant le début de l’Empire. Et l’histoire de la ville de Rome comme centre de l’Empire ne devient importante qu’à partir d’Auguste.

Si donc nous superposons les calendriers romain et chrétien, il est normal que l’anno ab incarnationis domini n’apparaisse pas avant 730 ! Et ce serait pour cette raison qu’il n’existerait pas et qu’il ne pourrait exister aucune date anno domini avant 726 au plus tôt ! Ainsi, Auguste aurait imposé la datation romaine à tout l’Empire sous le terme anno ab incarnationis domini...

Anno ab incarnationis domini

« L’an de l’incarnation du seigneur » pourrait-il correspondre au début de l’Empire romain ? Attardons déjà sur le terme domini, ou dominus. Pour connaître la signification de ce mot, nous nous référons au dictionnaire latin-français de Felix Gaffiot. Dominus, désigne le maître ou le propriétaire, mais aussi « seigneur ». Et selon Suétone, Dominus est aussi le nom donné aux empereurs après Auguste et Tibère et plus encore avec Septime Sevère ( 193 - 211 après Jésus Christ ). En effet, l’Empereur est considéré comme une personne sacrée. Depuis Auguste, l’Empereur possède le titre de Pontifex Maximus et est le chef de la religion. Septime Sévère accentue le caractère sacré de l’Empereur et se fait couramment appeler dominus ou dominus noster... Faut-il voir une corrélation entre le règne de Septime Sévère et la généralisation dans la datation du terme anno domini nostri ? Rappelons que Robert Favre nous indique que la chancellerie pontificale utilise l’anno domini à partir de 960. Or, si nous superposons les calendriers romain et chrétien ( 960 - 753 = 209 ), nous constatons que l’anno domini pourrait bien s’être généralisée sous l’influence de Septime Sévère...

Septimus Severus dominus noster

Et le terme incarnationis ? Toujours selon le dictionnaire latin-français de Félix Gaffiot, incarnationis est un terme se rapportant exclusivement à la religion. Incarnationis se traduit par « incarnation ». Existe-t-il un lien entre incarnationis et l’Empire romain ? Les empereurs peuvent-ils être des seigneurs incarnés ? Nous remarquons qu’Auguste a divinisé Romulus, le fondateur de Rome. Ainsi, faudrait-il lire anno ab incarnationis domini comme « année de l’incarnation de notre seigneur » ... Romulus ? Auguste a-t-il imposé le culte de la Rome incarnée dans la personne sacrée de l’Empereur ? C’est une possibilité...

Une autre hypothèse : le terme incarnationis serait à mettre en relation avec celui d’imperium. Imperium signifie « pouvoir, pouvoir suprême » puis devient synonyme d’« empire » et de « gouvernement impérial ». Le site « Histoire critique du christianisme romain » remarque que le Pape « fixera l’origine de sa puissance à la date de l’accession de son dieu à l’Imperium, c’est-à-dire à la date de son Incarnation supposée ». Il pourrait donc bien exister un lien entre « Empire » et « Incarnation »...

Jésus Christ dans la datation

Et Jésus-Christ dans tout cela ? Quand apparaît-il dans la datation ? Si nous suivons le cours de l’Histoire officielle, c’est le moine Denis le Petit qui instaure donc l’ère chrétienne et propose le terme de datation suivant : Anno domini nostri Jesus Christi. Comme le pape Jean II adopte cette nouvelle datation en 533, nous pourrions nous attendre à voir Jesus Christi apparaître conjointement à la datation anno ab incarnationis domini. Eh bien, non !

Nous savons donc que la datation anno domini apparaît au plus tôt vers 726-730. Cependant, elle ne commence à se généraliser qu’à partir du milieu du Xème siècle, vers 960. Et en France, toujours selon l’article « la datation dans les inscriptions médiévales françaises », l’expression anno ab Incarnatione domini ( nostri ) Jesu Christi n’apparaîtrait au plus tôt qu’en 990, et encore, n’est-elle que très rarement utilisée. Ainsi, il y aurait au minimum plus de 250 ans d’écart entre l’apparition de la datation anno ab incarnationis domini et celle d’anno domini Jesu Chisti ! Et entre l’acceptation de l’ère chrétienne par Jean II et son application dans la datation, l’écart serait de plus de 450 ans !!!

450 ans !!! Cherchons l’erreur... Nos historiens de la Renaissance auraient-ils pu supposer à tort qu’anno Incarnationis domini faisait directement référence à Jésus Christ, alors que la mention Jesu Christi est très postérieure à l’apparition de la datation anno domini ? Pour répondre à cette question, il faut se demander quand le christianisme apparaît dans l’Empire romain. Et pour cela, il va nous falloir en apprendre un peu plus sur la religion romaine...

Le culte de Mithra

A Rome, donc, les dieux vénérés sont tout d’abord Jupiter, Apollon, Mars, Bellone, Minerve, Bacchus etc. Mais à la fin de la République et au début de l’Empire, les cultes venus d’Orient s’imposent de plus en plus face aux dieux gréco-romains. Le plus populaire est celui de Mithra, le dieu soleil. Sous Tibère, on ne dénombre pas moins de 45 sanctuaires dédiés à Mithra dans Rome. Et au IIème et IIIème siècle, ce culte s’est répandu dans tout l’ouest de l’Empire, de la Bretagne au Danube. Mithra est un culte venu de Grèce et très populaire dans l’armée romaine car il parle d’une vie après la mort. Les principes rituels de ce culte ? Le baptême par immersion et un échange de pain et de vin. Les lieux de culte ? Principalement des grottes ou des temples reproduisant une grotte. Curieusement, nos églises romanes sombres nous font beaucoup penser aux temples dédiés à Mithra... De là à penser que nos églises romanes étaient en fait originellement des temples dédiés à Mithra... Selon notre datation synchronisée, cette hypothèse serait bien possible...

Le culte de Sol Invictus

Pour le culte de Mithra, la date la plus importante dans le calendrier romain est le 25 décembre, le jour de la renaissance du soleil. Mithra s’est peu à peu substitué à l’ancien culte gréco-romain du dieu Hélios-Sol. D’ailleurs le mot « noël » est un dérivé de « néo Hélios », le nouveau soleil. Mais à partir du IIIème siècle, un nouveau dieu apparaît dans l’empire romain, Sol Invictus, Soleil Invaincu. Ce culte reprend des aspects du culte de Mithra et d’Apollon, et se développe principalement dans l’armée romaine. L’empereur Aurélien ( 270-275 ) proclame Sol Invictus patron principal de l’Empire romain, et fait du 25 décembre une fête officielle en 274 ( 1027 AUC ). Il fait construire un nouveau temple à Rome et crée un collège de pontifes spécialement pour Sol Invictus. Avec Aurélien, et la crise qui sévit dans l’Empire suite aux invasions barbares ( la fameuse peur de l’an mil ? ), l’autorité de l’Empereur et sa légitimité sont renforcées. Aurélien se proclame deus, divin, et ses monnaies portent l’inscription deus et dominus natus, dieu et maître.

Les réformes de Dioclétien

Avec l’empereur Dioclétien ( 284 - 305 ), la sacralisation de l’Empereur se poursuit. L’empereur se fait désormais couramment appeler Dominus, se coiffe d’un diadème et d’un manteau richement brodé, et impose en 291 ( 1044 AUC ) le rite de la génuflexion. Comme l’Empire devient de plus en plus difficile à diriger, les provinces sont morcelées et passent de 47 à 85. Les nouvelles provinces sont regroupées en douze diocèses gérés par des vicaires, recrutés dans l’ordre équestre et dépendant uniquement de l’empereur. Les vicaires ont de grands pouvoirs : ils jugent, contrôlent les gouverneurs, repartissent les impôts. Par contre, ils n’ont aucun commandement militaire. Dioclétien sépare les carrières civiles et militaires. Mais Dioclétien est surtout connu pour sa grande persécution contre les manichéens ( en 297 - 1050 AUC ) et les chrétiens ( 303 - 1055 AUC ) qui ne sacrifiaient pas aux dieux de l’Empire. En Orient, ceux qui ne sacrifient pas risquent la peine de mort. Cependant, nous avons observés que les rites de Sol Invictus sont totalement similaires à ceux du christianisme. Alors.. ? Voyons tout d’abord qui sont les manichéens. Pour eux, le monde se divise en deux, le Bien et le Mal, et les deux doivent se combattre. Les manichéens pratiquaient des périodes de jeûne, le célibat et les « élus » passaient leur temps à prêcher. Seuls les « élus » étaient assurés d’atteindre le Royaume de la Lumière après leur mort. Pour Dioclétien, ces persécutions visaient surtout à maintenir la cohésion des légions, ainsi que celle de la société romaine, et la présence d’objecteurs de conscience ne pouvait plus être tolérée. Et les chrétiens, qui sont-ils ?

Qui sont les chrétiens ?

En - 71 ( 682 AUC ), le général Marcus Licinius Crassus réprime cruellement la révolte des esclaves menée par le gladiateur Spartacus. Spartacus, ou du moins son principal lieutenant ( le gladiateur serait mort en combattant Crassus ), est crucifié avec ses 6 000 compagnons sur la Via Appia, de Rome à Capoue. L’exemple est terrible et frappe durablement l’esprit des esclaves. Plus aucune révolte servile d’importance n’aura lieu dans l’Empire romain. Cependant, sous Auguste, les esclaves de sa nouvelle administration travaillant à Alexandrie découvrent la Septante gréco-latine.

Depuis Spartacus, beaucoup n’avaient que l’esclavage à vie pour seul horizon et rêvaient d’un « jugement dernier » où l’oppresseur romain recevrait enfin ce qu’il méritait... En découvrant l’Ancien Testament, les fonctionnaires d’Auguste découvrent un livre qui leur parle. Ils trouvent dans ces lignes un grand écho aux souffrances qu’ils endurent, et à leur espoir d’une vie meilleure dans un autre monde. Et ils vénèrent désormais le dieu unique en opposition aux dieux romains. Et surtout, l’Ancien Testament précise leur identité de personnes humiliées ayant faim de revanche. Petit à petit, l’Ancien Testament se répand dans le milieu de l’administration romaine, et plus encore à Rome. La Septante devient ainsi le manifeste de référence des esclaves et de tous ceux résistant à l’oppresseur romain.

Sous l’empereur Claude ( 41-54 ou 794-807 AUC ), un agitateur appelant à la révolte s’appelait Chrestos, et beaucoup d’esclaves d’origine juive étaient dans son groupe. Les compagnons de Chrestos se font rapidement appelés les chrétiens. Sous Trajan ( 98-117 ou 851-870 AUC ), cette appellation caractérisait toute personne opposée à l’ordre romain. Et être chrétien était passible de la peine de mort. Dans ce contexte, il est plus que logique que Dioclétien persécute les chrétiens puisque ceux-ci prônaient la révolte et la sédition à l’Empire Romain !

Constantin ou la consécration du Christ

L’empereur Constantin ( 306-337 ), après sa victoire à la bataille du Pont Milvius sur Maxence en 312 ( 1065 AUC ), change complètement le visage de l’Empire romain. A la suite de sa victoire, il fait apposer sur le bouclier de ses légionnaires, le chrisme, son nouveau symbole, formé des deux lettres grecques Khi ( X ) et Rho ( P ), les initiales du mot Christos, signifiant « oint de Dieu », « qui a reçu l’onction sainte de Dieu ». Par la suite, le chrisme devint le symbole des légions romaines. En 313 ( 1066 AUC ) Constantin promulgua l’édit de Milan, autorisant la liberté de culte à tous les citoyens de l’Empire. Nos chrétiens, les ennemis de l’Empire, peuvent désormais librement pratiquer leurs assemblées et les traductions de la Septante en latin se multiplient. Constantin, en prônant la concorde dans l’Empire autour du dieu unique, fait ainsi taire toutes les séditions. En 321 ( 1074 AUC ), Constantin impose le repos dominical, sous le nom de « Jour vénérable du Soleil ». Sol Invictus était donc encore le culte de l’Empire... En 324 ( 1078 AUC ), Constantin installe sa capitale en Orient dans la ville de Byzance, et la rebaptise Constantinople.

Le Concile de Nicée

En 325 ( 1079 AUC ) a lieu le concile de Nicée. Selon la Tradition, à l’issue de ce concile, Constantin et sa nouvelle église ( du latin ecclesia = assemblée ) assimilèrent les principes monothéistes des manichéens et des chrétiens au culte de Sol Invictus et créa la nouvelle religion ( du latin religio = respect, culte, vénération ) du Christ-Empereur, fils du dieu unique. D’après le site « Histoire critique du christianisme romain » : « La religion chrétienne se christianisa et devint donc religion grecque ( ô christianismos ) c’est-à-dire culte de Constantin, unique représentant du Dieu Unique dans son Empire en voie d’unification. Cela rappelait à la mémoire des érudits le culte promulgué autrefois à la gloire d’Alexandre le Grand ». Plus surement, le Concile de Nicée, soit l’assemblée de l’Empereur, établit le nouveau dogme officiel de l’empire romain : le culte du Christ-Empereur en remplacement de Sol Invictus. La construction des basiliques, les maisons de l’Empereur dédiées au Christ, mais servant aussi de tribunal, de lieu de commerce, de promenades, d’assemblée, etc. se multiplient dans tout l’Empire. Une curiosité est à remarquer.

Elle est soulignée par le site « Histoire critique du christianisme romain » : « Eusèbe de Césarée, par sa " Vie de Constantin " contribua beaucoup à la déification de celui-ci qui jusqu’à la fin de la période romane du Moyen Age ( 12ème siècle ) fut honoré par les fidèles comme le fondateur de l’Eglise catholique. De nombreuses églises romanes, en Poitou Charente, Alpes de Provence etc., portent au-dessus de leurs porches, par où les foules circulaient, d’imposantes statues équestres appelées des " Constantin ", auxquelles Emile Male a consacré dans son " Art religieux du 12ème siècle en France ", des pages d’une érudition émue ». Jusqu’au XIIème siècle ! Constantin serait donc honoré par l’Eglise chrétienne pendant prêt de 800 ans ! Ne semble-t-il pas plutôt évident que les églises romanes ont été dédiées à Constantin car elles ont été construites à son époque ? Et qu’il faudrait donc bien superposer le calendrier chrétien au calendrier romain ?

Ainsi, si Constantin s’assimile à Jésus-Christ, il est normal d’avoir un décalage dans la datation entre anno ab incarnationis domini et anno domini nostri Iesu Christi, car 350 ans, du règne d’Auguste à celui de Constantin, les séparent !

Concernant l’assimilation de Christi à Iesu, soit Jésus est effectivement le nom du sauveur chrétien, soit Iesu signifie tout simplement « Dieu unique » et anno domini nostri Iesu Christi signifie « année de notre maître oint du dieu unique »...

Le 25 décembre 335 ( 1088 AUC ), à Rome, la fête de Sol Invictus change officiellement de dénomination, pour devenir celle de Christ, oint du dieu unique. Les rites de célébration ne changeaient pas, seule l’appellation change.

Le mythe de la croix

Le symbole de la croix est un rite très ancien. Il est tracé en signe de protection, puis sur le front lors du baptême. Ensuite, trois versions s’affrontent. Selon la première, le premier symbole des chrétiens était le poisson, car en grec « poisson » s’écrit IXΘYΣ, ou ichthus, dont les lettres constituent les premières lettres de Iêsous Christos Theou Uios Sôtêr, c’est-à-dire Jésus Christ, Fils de Dieu et Sauveur. Selon la seconde version, le chrisme de Constantin devient le symbole officiel de l’Empire romain et s’impose partout dans le paysage. Selon la troisième version, comme Spartacus est devenu le symbole de la lutte contre l’Empire romain, et que ses partisans ont tous été crucifiés par Crassus sur la voie Appienne, ce serait pour cette raison que le symbole de la croix a été adopté par les chrétiens...

En 324 ( 1078 AUC ), Constantin décide de construire sa nouvelle capitale de son empire sur le site de la ville grecque de Byzance, réputée imprenable. Il la baptisera la « Nouvelle Rome » car il la construit autour de sept collines avec un forum, un Capitole, un sénat, un palais, un hippodrome et la basilique dédiée à la Sagesse Sacrée. La ville est inaugurée en 330 ( 1084 AUC ). Dans le même temps à Rome, Constantin fait bâtir une nouvelle basilique sur l’emplacement du Circus Vaticanus, le cirque de Caligula. L’Empereur quitte donc l’Occident et Rome pour s’installer en Orient. De tout l’Occident, les pèlerins vont affluer à Constantinople pour voir la ville, aller siéger au sénat, ou rencontrer l’Empereur. Les pèlerinages, du latin peregrinatio, qui signifie voyage ou séjour à l’étranger, vont se multiplier. Dans tout l’Empire, se développe un nouvel ordre qui va profiter de la division entre l’Orient et l’Occident et convoyer les voyageurs : les Templiers.

La fin du paganisme

Selon la Tradition, la mère de Constantin, Hélène, lors d’un séjour à AElia Capitola, Jérusalem, en 326 ( 1080 AUC ) aurait découvert la vraie croix de Jésus lors de la construction de la basilique ordonnée par son fils sur l’emplacement d’un temple dédié à Vénus construit par l’empereur Hadrien. Cependant, ces récits n’apparaissent qu’à partir des années 370 ( 1120 AUC )... En tout cas, c’est à partir de cette époque que le mot martyrium ( = lieu où un martyr est enseveli ) se généralise et désigne une église basilicale contenant une relique. De même, c’est à cette époque que le paganisme tend à disparaître sous la volonté des empereurs. Ainsi, l’Empereur Constant II proclame en 357 ( 1110 AUC ) un édit de persécution contre les païens : « Nous décrétons la peine capitale contre ceux qui sont convaincus d’adorer les idoles ».

Les croisades

Le terme « croisade » provient de l’adjectif crucesignatus, croisé ( littéralement, marqué par la croix ) ou du verbe crucesignare, prendre la croix. Le terme « croisade » n’est pas employé avant le milieu du XIIème siècle. C‘est le terme « voyage à Jérusalem » ou « pèlerinage » qui est utilisé, ainsi qu’ « aide à la Terre Sainte ». Du point de vue musulman, les croisades sont perçues comme la continuation de la lutte contre l’Empire romain d’Orient. La Terre Sainte est-elle l’empire romain d’Orient ?

En 1095 ( AD ), au concile de Plaisance les ambassadeurs de l’empereur byzantin réclament aux Occidentaux une assistance militaire. Les chevaliers d’Occident s’engagent donc à délivrer l’Empire des « païens ». Ils prennent la croix au nom de l’Empereur, et deviennent les cruce signati. En 1097 ( AD ), tous arrivent à Constantinople et s’unissent pour prendre Jérusalem en 1099 ( AD ). Un royaume est créé. Que se passe-t-il à Jérusalem ? En construisant une basilique impériale, des fragments de croix sont trouvés et établissent sans doute le mythe fondateur du Christ mort sur la croix. De même, l’Ancien Testament étant originaire de Palestine, c’était aussi la Terre Sainte de tous les chrétiens, la terre originelle du dieu unique. A partir de ce moment, les reliques dites de la Vraie Croix, ainsi que les pèlerinages vont se multiplier.

Les Templiers

En 1120 ( AD ), la milice des pauvres chevaliers du Christ et du Temple de Salomon est créée. Ces chevaliers arborant le chrisme ont pour mission de sécuriser les voyageurs à destination de l’Orient. Le roi Baudouin II leur octroya une partie de son palais de Jérusalem, à l’emplacement du Temple de Salomon qui donna par la suite le nom de Templiers ou de chevaliers du Temple.

Théodose ou l’Inquisition

L’Empereur Théodose ( 376-395 ou 1129-1148 AUC ) radicalise totalement la religion. En 380 ( 1133 AUC ), il proclame l’édit de Thessalonique dans tout l’Empire : « Nous voulons que tous les peuples que régit la modération de Notre Clémence s’engagent dans cette religion que le divin Pierre Apôtre a donné aux Romains - ainsi que l’affirme une tradition qui depuis lui est parvenue jusqu’à maintenant - et qu’il est clair que suivent le pontife Damase Ier et l’évêque d’Alexandrie, Pierre, homme d’une sainteté apostolique : c’est-à-dire que, en accord avec la discipline apostolique et la doctrine évangélique, nous croyons en l’unique Divinité du Père et du Fils et du Saint-Esprit, dans une égale Majesté et une pieuse Trinité.

Nous ordonnons que ceux qui suivent cette loi prennent le nom de Chrétiens Catholiques et que les autres, que nous jugeons déments et insensés, assument l’infamie de l’hérésie. Leurs assemblées ne pourront pas recevoir le nom d’églises et ils seront l’objet, d’abord de la vengeance divine, ensuite seront châtiés à notre propre initiative que nous avons adopté suivant la volonté céleste ». Le paganisme est définitivement proscrit. Ainsi, des bataillons de moines illettrés, vêtus de noir, tuèrent sous les ordres des évêques, brulèrent maisons et bibliothèques dans leur haine des anciens dieux, de tout ce qui est hostile à l’empereur, et même des philosophies platoniciennes ( sur ce sujet, R. Mac Mullen, Christianisme

et paganisme du IVème au VIIIème siècle ). Peut-il exister deux périodes d’Inquisition et d’hérésie ? L’inquisition de Théodose n’est-elle pas exactement la même que celle qui sévit au Moyen Âge ?

Le bas Empire

En 395 ( 1148 AUC ), l’empire romain se sépare définitivement entre Orient et Occident. Et l’Occident ne peut plus se maintenir face à la nouvelle vague d’invasion. En 407 ( 1160 AUC ), l’armée romaine évacue définitivement la Bretagne. Les Wisigoths mettent à sac Rome en 410 ( 1163 AUC ). En 451 ( 1204 AUC ), Aetius bat les armées d’Attila. En 476 ( 1229 AUC ), l’empire romain d’occident disparaît définitivement. Rome n’est plus que l’ombre de son passé glorieux, mais des combats sont toujours donnés dans les Arènes...

Le flou des années 530-600

Selon les sources, plusieurs épidémies de peste se succèdent suite à l’impact de la météorite datée à 535 ( 1288 AUC ). Ainsi, près de 50 années se seraient écoulées entre l’apparition de la peste en Egypte en 541 et à Rome en 590. Or, cette épidémie est simultanée et s’est propagée très rapidement. Dans ce laps de temps, Rome serait prise par les ostrogoths en 537, qui auraient achevé la ville antique en détruisant les aqueducs. Sans doute faut-il situer l’impact plutôt vers 1343 AUC.

Le cataclysme marque les esprits

Lorsque le cataclysme s’abat sur l’Empire, celui-ci fonctionne encore très bien et les édits de l’empereur Justinien sont appliqués même en Occident. Et puis, subitement, la terre se met à trembler et tout s’écroule, des raz-de-marée détruisent les côtes, et même Rome est touchée par le débordement du Tibre. A cela s’ajoute un ciel qui s’obscurcit durablement, des récoltes qui ne poussent pas, le froid qui s’installe sur un monde sans soleil. Les épidémies se propagent. C’est la peste de Justinien en Orient et la Peste Noire en Occident. Et surtout, la catastrophe s’inscrit dans la durée, pour une période de 7 à 15 ans ! Si l’impact de la catastrophe laisse un empire romain en ruine, sur les consciences, l’effet est encore plus dramatique. Tous croient quela fin du monde est arrivée et le monde entier se met à prier. Ainsi, les populations prient ardemmentpourque le soleil revienne dans le ciel, pour que les récoltes soient bonnes, bref, pour qu’elles soient sauvées !

Et si les hommes meurent, ils doivent prier davantage encore pour obtenir leur place au paradis, loin de cette terre de souffrance. Et si une catastrophe s’est ainsi abattue sur les hommes, c’est à cause de leurs pêchés ! Cette période de ferveur mystique va durablement s’installer car, après le cataclysme, les choses ne reviennent pas à la normale. Le temps reste froid et la peur s’est installée. La peur que le cataclysme ne revienne, que la fin du monde soit proche...

Rome post-impact

« Des ruines sur des ruines » se désole le pape Grégoire. En effet, Rome a déjà été très touchée par les mises à sac successives des Wisigoths et des Ostrogoths. Plusieurs bâtiments sont à l’abandon et la population est moins importante depuis que Rome n’est plus la capitale de l’Empire. Ajoutons là-dessus un tremblement de terre et un raz-de-marée venu du Tibre et nous obtiendrons le triste spectacle que Grégoire avait devant les yeux : des ruines sur des ruines. Sans oublier l’épidémie de peste qui s’abat sur les survivants. Rome devait alors ressembler à une ville fantôme... Grégoire Ier, pape ou préteur urbain, de 590 à 604 ( 1343 à 1357 AUC ) est en charge de la ville après l’épidémie de peste, et organise la vie « post-impact ». Il établit un système juridique, veille à l’approvisionnement de la ville et à l’entretien des services vitaux. Les abris pour les pauvres, l’assistance aux malades sont assurés par les diacres. A la suite du cataclysme, Rome change de physionomie. Les églises et les monastères se multiplient en cette période de ferveur mystique et se construisent sur les anciennes domus des grandes familles. Le Panthéon est converti en église en 609 ( 1362 AUC ). Bref, la Rome antique a définitivement cessé d’exister...

Christianisme ancien ou moderne ?

François de Sarre estime que le christianisme moderne s’est mis en place suite à cette catastrophe et non à partir de Constantin ou de Théodose. Que seul un cataclysme de cette ampleur pouvait permettre la mise en place d’une société uniquement basée sur la prière et sur la peur. Que le « sauveur » Jésus-Christ a été inventé par la papauté d’Avignon. En effet, les papes, ou pontifex maximus ( l’Empereur Gratien a abandonné ce titre en 382 ( 1135 AUC ) en vertu de mesures prises contre les religions anciennes ) quittent Rome et viennent s’installer à Avignon. En 1305 ( AD ), le pontife Clément V est couronné à Lyon, curieusement encore nommée capitale des Gaules et refuse de s’installer à Rome. A cause du cataclysme ou des invasions barbares ? Sans doute plutôt à cause des invasions barbares... Il ne nous semble pas que le christianisme catholique se soit mis en place après le cataclysme, car Théodose parle bien dans ses édits de notre religion moderne. Cependant, les termes de l’édit de Théodose pourraient être trompeurs. En effet, si catholicus signifie « universel » en latin, catholiciani est le nom donné aux agents impériaux dans les provinces selon le code Justinien ! Alors le doute peut subsister...

La Pâques chrétienne

Si la fête la plus importante de l’Empire Romain était le 25 décembre, jour de la renaissance du soleil, une autre fête était tout aussi importante : celle de Pâques. L’origine de cette fête est aussi très lointaine. En effet, Pâques, avant le christianisme moderne, était le jour de la célébration de la déesse de la fertilité, Déméter chez les Romains. Cette fête symbolisait la résurrection de la vie, l’arrivée du printemps après l’hiver. Et ce jour était fixé selon les cycles lunaires. Selon notre christianisme moderne, c’est Denis le Petit, dans son livre le Liber de Paschate, qui rapporte que c’est le Concile de Nicée qui a fixé pour de bon le mode de calcul de la date de Pâques : « Pâques est célébrée le dimanche qui suit le quatorzième jour de la Lune qui atteint cet âge au 21 mars ou immédiatement après ». Le christianisme moderne, outre le fait qu’il cale la résurrection de Jésus-Christ sur la fête de Déméter, inclut les principales fêtes païennes dans sa doctrine : Jésus-Christ naît avec le cycle solaire et ressuscite au printemps...

La fête de Pâques est-elle devenue la plus importante de l’année après le cataclysme ? En effet, nous pouvons nous poser la question, dans la mesure où le cataclysme s’est inscrit dans la durée, qu’il a voilé le soleil pendant 18 mois au minimum, et que les récoltes ont été mauvaises pendant prêt de sept ans. Or, pour toutes les populations frappées durement par un cataclysme, l’important est de pouvoir assurer le ravitaillement en eau et en nourriture. Si, avec de la chance, l’eau n’était pas polluée par les pluies rouges, les céréales, elles, ne poussaient pas. D’où la grande importance de prier la déesse de la fertilité pour obtenir de bonnes récoltes ou... Jésus-Christ pour qu’il ressuscite et sauve les hommes de leurs pêchés.

Ainsi, il était très important pour l’Eglise catholique de pouvoir fixer correctement la date de Pâques, comme fête de la reprise normale du cycle des saisons après le cataclysme, ou fête de la résurrection de Jésus-Christ. Le livre fondateur du calcul de la Pâques moderne est donc le Liber de Paschate. Officiellement, il est daté de 525 après Jésus-Christ. Et c’est à partir de ce livre que toute notre chronologie moderne est établie.

Auguste ou l’an 0 de notre chronologie moderne

Le Liber de Paschate se base sur les années dioclétiennes. En années depuis la fondation de Rome, Dioclétien arrive au pouvoir en 1038 ( 285 après Jésus-Christ ). Et les tables du calcul de la date de Pâques que Denis avait en sa possession s’arrêtaient 247 ans plus tard, soit en 1285 AUC ( ou 532 après Jésus-Christ ). Lorsque Denis invente l’ère chrétienne, on peut se demander pourquoi il ne l’a fait pas démarrer au Concile de Nicée ce qui aurait été assez logique puisque le Concile marquait le point de départ du christianisme moderne. Sans doute n’en connaissait-il pas la date... Alors, comment fait-il ? A-t-il cherché dans les archives de Rome les documents ou apparaissaient pour la première fois anno domini ? Pourquoi n’a-t-il pas abouti à l’an 726 ou 730, au début du règne ou de l’administration d’Auguste, véritable an 0 de notre ère moderne ? Est-ce parce qu’en 751 AUC Auguste a reçu du sénat le titre de « père de la Patrie » ?

La renaissance de Rome

En 1377 anno domini, les papes quittent Avignon et Grégoire XI est de retour à Rome. Une remarque : en datation synchronisée, Grégoire Ier reste pontife à Rome jusqu’en 1357 AUC. Grégoire Ier et Grégoire XI peuvent-ils être la même personne ? Après une période d’errance, le pape Martin V s’installe définitivement à Rome en 1420 anno domini. Martin V découvre une ville... en ruine et lance une grande campagne de restauration des routes, des églises et des palais. En effet, la Rome du Moyen Âge aurait végété sur ses bâtiments antiques en ruine pendant près de... 900 ans !!! Martin V organisa même un jubilé en 1423 pour célébrer la renaissance de la ville !

L’invention du Moyen Âge

Dans quel état se trouve Rome au retour des papes ? En 1430, Poggio Bracciolini escalade la colline du Campidoglio ( Le Capitole ) et ne voit autour de lui qu’une étendue de champs abandonnés. Il s’agissait du forum romain, désormais peuplé de cochons et où croissait librement la végétation. Bracciolini deviendra un an plus tard le secrétaire particulier du pape Eugène IV ( 1431-1447 ). Après lui, Flavio Biondo ( 1392-1463 ), secrétaire des papes Eugène IV, Nicolas V, Calixte III et Pie II, commença avec quelques autres à étudier l’architecture, la topographie et l’histoire de la Rome ancienne, soit en recherchant de la documentation chez les auteurs classiques, soit en explorant les vestiges. En 1459, il publie Les triomphes de Rome, histoire de la Rome païenne, érigée en modèle de gouvernement et d’organisation militaire. Le livre eut une grande influence et insuffla le patriotisme et le respect pour la Rome ancienne, tout en présentant la papauté comme la continuation de l’empire romain. Quant au terme « moyen âge », Flavio Biondio l’utilisa pour la première fois dans son livre Historiarum ab inclinatione Romanorum Imperii, Décades historiques depuis la fin de l’empire romain, sous l’expression « medium aevum ».

L’invention de l’ère romaine

Et si plutôt que de parler de l’invention de l’ère chrétienne, il fallait surtout parler de l’invention de l’ère romaine ? Comment en est-on venu à séparer les ères Ab Urbe Condita et anno domini ? Est-ce à cause du Liber de Paschate de Denis le Petit ? De l’Histoire écclésiastique de Bède le Vénérable ? Nous remarquons que dans son livre, Denis le Petit ne cite pas une fois la date 753/754 du calendrier romain ! Et Bède le Vénérable ne relie jamais anno domini et ère chrétienne ! Alors, qui a fait l’erreur ? Est-ce le pape Martin V lorsqu’il lance le programme de restauration de Rome ? Un indice nous est donné par Iiro Kajanto dans son article « Dating in the Latin inscriptions of medieval and Renaissance Rome » : la datation « classique » à Rome, c’est-à-dire Ab urbe Condita, réapparaît, ou plutôt apparaît, à partir de 1430.

Or, que se passe-t-il en 1430 à Rome ? Les premiers archéologues, qui sont aussi les secrétaires du pape, découvrent une Rome en ruine. En voyant la voyant la ville dans un tel état, ils ont du penser qu’elle était très âgée. C’était en partie vrai. Beaucoup des bâtiments qu’ils avaient devant les yeux devaient avoir plus de 500 ans. Comme Grégoire Ier, ils avaient devant les yeux « des ruines sur des ruines », mais désormais les ruines étaient recouvertes de végétation. Pour cette génération post-cataclysme, tout devait apparaître à leurs yeux comme si l’Empire romain avait disparu il y a 1 000 ans, et non pas 100 ans...

Les secrétaires du pape, qui ont tenté de reconstruire l’histoire de la Rome antique, sont tombés pendant leur recherche sur d’anciens manuscrits avec des datations différentes : l’une apparaissait datée en Ab Urbe Condita et l’autre en anno domini. Pour eux, ils ne pouvaient s’agir de la même datation, l’Empire romain apparaissant beaucoup trop âgé pour eux. Et pour cause : la ville qu’ils avaient devant les yeux était âgée de plus de 1 200 ans. Ainsi, lorsqu’ils ont écrit leur histoire du Moyen Âge depuis la fin de l’Empire romain, ils ont involontairement séparé les dates Ab Urbe Condita et anno domini. Tout ce qui se rapportait à l’Empire Romain était daté selon les consuls ou les règnes de l’Empereur, et tout ce qui était anno domini se reportait à l’ère de Jésus-Christ. Et c’est à la suite de leurs observations et de leurs publications, et donc de leur erreur, que les érudits, hommes d’église et laïc confondus, ont tenté d’adapter l’Histoire à cette nouvelle chronologie.

Une accumulation d’indices

Serions-nous donc en 2010 après la fondation de Rome ? Résumons les indices accumulés :

•La Peste Noire et la Peste de Justinien se superposent presque parfaitement si nous superposons les calendriers romain et chrétien.

•Il existe un décalage de 200 ans entre l’apparition officielle de la datation anno domini et son application.

•Curieusement, c’est le moine Bède le Vénérable qui, du fin fond de son monastère anglais popularise l’ère dionysienne, et non la papauté à Rome.

•D’autre part, Bède le Vénérable ne relie jamais anno domini et ère chrétienne.

•Il est conventionnellement admis que les Romains n’utilisaient pas de calendrier des années, du moins jamais sous l’appellation Ab Urbe Condita.

•L’année 730 du calendrier chrétien ne correspond à rien, mais l’année 730 du calendrier romain correspond bien au début de l’Empire romain d’Auguste.

•Les Romains ne pouvaient dater correctement la fondation de Rome avant les travaux de Varron et de Tite-Live, par ailleurs les historiens officiels d’Auguste.

•L’Empereur Septime Sévère se fait couramment appeler dominus noster à une époque où justement l’anno domini se répand, si nous superposons les calendriers romain et chrétien.

•La datation Jesu Christi apparaît près de 450 ans minimum après l’invention de l’ère chrétienne par Denis le Petit, et près de 300 ans après l’apparition de la datation anno domini.

•Les églises romanes conserveraient le culte de Constantin près de... 800 ans après sa mort.

•Les croisades sont bien une aide à l’Empire romain d’Orient, toutes époques confondues.

•Les pèlerinages, ou voyages, en Orient peuvent bien coïncider avec le déplacement de la capitale de l’Empire et de l’Empereur à Constantinople, si nous superposons les calendriers romain et chrétien.

•Théodose lance les inquisitions et les hérésies. Il serait très étonnant que cette période dite de lutte contre le paganisme se soit étalée sur plus de... 1000 ans.

•Rome, la capitale de l’Empire, aurait végété sur elle-même pendant près de... 900 ans.

•Denis le Petit se réfère aux anno diocletiani pour calculer son anno domini, et jamais à l’ère romaine.

*L’ère romaine Ab Urbe Condita apparaît en 1430 suite aux recherches du pape Martin V et de ses secrétaires-archéologues.

•Ce sont ces mêmes secrétaires-archéologues des papes romains qui inventent le Moyen Âge.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, il nous faut désormais envisager la possibilité qu’il existe bel et bien une énorme erreur d’interprétation dans la datation et qu’anno domini se rapporte en fait l’ère romaine. L’ère Ab Urbe Condita et anno domini seraient donc les mêmes. Nous aurions donc 753 ans en trop dans notre calendrier et nous serions donc bien en 2010 après la fondation de Rome et 1280 ans après la fondation de l’Empire romain par Auguste ! Nous vivrions donc en 2010 après Romulus et dans l’Empire romain du XXIème siècle...

Je vous conseil la lecture de ce livre :"Où est donc passé le Moyen-Age ?" Vous pouvez le trouver ici: Où est donc passé le Moyen-Age ?

Cette thèse rejoint les travaux de recherche historique de Garry Kasparov le champion du Monde des échecs de 1985 à 2000.

 

page suivante ------->

 

                      Une nouvelle étude démontre que les "conspirationnistes" sont sains d'esprit et que les partisans de la VO sont des fous hostiles

 
 
 Trop tard, le mal est fait....
 
 
De récentes études de la part de psychologues et sociologues aux USA et au Royaume-Uni suggèrent qu’à l’inverse des stéréotypes des médias mainstream, ceux qui sont étiquetés "conspirationnistes" apparaissent plus sains que ceux qui acceptent les versions officielles des événements.
 

L’étude la plus récente a été publiée le 8 juillet par les psychologues Michael J. Wood et Karen M. Douglas de l’Université de Kent (Royaume-Uni). Intitulée "What about Building 7? A social psychological study of online discussion of 9/11 conspiracy theories" (Et pour le Bâtiment 7? Une étude socio-psychologique de discussions en ligne sur les théories de la conspiration autour des attentats du 11 septembre 2001, ndt), l’étude faisait la comparaison entre les commentaires "conspirationnistes" (pro-théorie de la conspiration) et "conventionnalistes" (anti-conspiration) sur des sites web d’information.
 
Les auteurs ont été surpris de découvrir qu’il est maintenant plus conventionnel de laisser des commentaires soi-disant conspirationnistes que conventionnalistes: "Sur les 2174 commentaires recueillis, 1459 furent définis comme conspirationnistes et 715 comme conventionnalistes." En d’autres termes, parmi les gens qui commentent les articles d’information, ceux qui ne croient pas aux explications gouvernementales d’événements tels que le 11 septembre ou l’assassinat de JFK dépassent en nombre ceux qui y croient par un facteur de plus de deux contre un. Ceci veut dire que ce sont les commentateurs pro-théorie de la conspiration qui expriment ce qui est reconnu comme la sagesse populaire conventionnelle, tandis que les commentateurs anti-conspiration deviennent une minorité isolée.
 
Peut-être parce que leurs opinions soi-disant mainstream ne représentent plus la majorité, les commentateurs anti-conspiration ont souvent témoigné de la colère et de l’hostilité: "L’étude… a démontré que les gens qui favorisaient la version officielle du 11 septembre étaient en général plus hostiles quand ils essayaient de convaincre leurs opposants."
 
De plus, il s’est avéré que les gens anti-conspiration étaient non seulement plus hostiles, mais fanatiquement attachés à leurs propres théories de la conspiration. Selon eux, leur propre théorie pour le 11 septembre – une théorie de la conspiration affirmant que 19 Arabes, aucun d’entre eux ne sachant piloter un avion efficacement, ont perpétré le crime du siècle sous la direction d’un mec sous dialyse dans une caverne en Afghanistan – était indiscutablement vraie.
 
Les soi-disants conspirationnistes, par contre, ne prétendaient pas avoir de théorie expliquant complètement les événements du 11 septembre: "Pour ceux qui pensent que le 11 septembre était une conspiration du gouvernement, l’attention ne se porte pas sur la promotion d’une théorie en particulier, mais sur le démontage de la version officielle."
Bref, cette nouvelle étude par Wood et Douglas suggère que le stéréotype négatif du conspirationniste – un fanatique hostile scotché à la vérité de sa propre théorie personnelle marginale – décrit avec précision les gens qui défendent la version officielle du 11 septembre, pas ceux qui la contestent.
 
De plus, l’étude a démontré que les soi-disants conspirationnistes discutent du contexte historique (tel que voir l’assassinat de JFK comme précurseur du 11 septembre) plus que les conventionnalistes. Elle a également découvert que les soi-disants conspirationnistes n’aiment pas se faire appeler ainsi, ou "théoriciens de la conspiration".
 
Ces deux découvertes sont amplifiées par le nouveau livre "Conspiracy Theory in America" (La Théorie de la Conspiration aux USA, ndt) écrit par le politologue Lance DeHaven-Smith, publié plus tôt cette année par University of Texas Press. Le Professeur DeHaven-Smith explique pourquoi les gens n’aiment pas se faire traiter de "conspirationnistes": le terme fut inventé et fait circuler par la CIA pour critiquer et railler les gens qui demandaient des comptes sur l’assassinat de J.F. Kennedy! "La campagne de la CIA pour rendre populaire le terme "théorie de la conspiration" et l’adhésion à de telles théories la cible de railleries et d’hostilité doit, hélas, recevoir le crédit d’avoir été l’une des initiatives de propagande les plus réussies de tous les temps."
 
En d’autres mots, les gens qui se servent des termes "théorie de la conspiration" et "conspirationniste" comme insulte le font comme résultante d’une conspiration réelle, largement documentée et incontestée par la CIA pour étouffer l’enquête sur l’assassinat de JFK. Cette campagne, au fait, était totalement illégale, et les agents de la CIA impliqués sont des criminels; la CIA n’a pas le droit de mener des opérations domestiques, mais enfreint régulièrement la loi pour ce faire dans des opérations domestiques allant de la propagande aux assassinats.
DeHaven-Smith explique aussi pourquoi ceux qui doutent des explications officielles de "crimes importants" sont enthousiastes pour discuter du contexte historique. Il souligne qu’un grand nombre d’affirmations de conspirations se sont avérées être fondées, et qu’il semble y avoir des liens forts entre beaucoup de "crimes de l’état contre la démocratie" encore irrésolus. Un exemple évident est le lien entre les assassinats de John F. Kennedy et son frère Robert F. Kennedy, qui ont toutes deux pavé le chemin de présidences qui ont continué la guerre du Vietnam. Selon DeHaven-Smith, nous devrions toujours discuter des "assassinats Kennedy" au pluriel, parce que les deux meurtres semblent être des aspects du même crime plus large.
 
La psychologue Laurie Manwell de l’Université de Guelph est d’accord pour dire que l’étiquette "théorie de la conspiration" conçue par la CIA dérange les fonctions cognitives. Elle souligne, dans un article publié dans American Behavioral Scientist (2010) que les gens qui sont anti-conspiration ne peuvent pas penser clairement à propos de tels crimes apparents contre la démocratie que le 11 septembre à cause de leur incapacité à gérer des informations en conflit avec une croyance pré-établie.
 
Dans le même numéro de ABS, le Professeur de l’Université de Buffalo Steven Hoffman ajoute que les gens anti-conspiration sont typiquement la proie d’une "forte tendance à la confirmation" – c’est-à-dire, ils recherchent des informations qui confirment leurs croyances pré-établies, tout en se servant de mécanismes irrationnels (tel le label "théorie de la conspiration") pour éviter des informations conflictuelles.


Dangerous Machinery: ‘Conspiracy Theorist’ as a Transpersonal Strategy of Exclusion " (Machinerie Dangereuse: ‘Conspirationniste’ comme Stratégie Transpersonnelle d’Exclusion, ndt), ils ont écrit:
"Si je vous appelle conspirationniste, cela importe peu que vous ayez réellement affirmé qu’une conspiration existe ou que vous ayez simplement soulevé un sujet que je préfèrerais éviter… En vous étiquetant ainsi, je vous exclus stratégiquement de la sphère où la parole, le débat et les conflits publics prennent place."
Mais maintenant, grâce à l’Internet, les gens qui doutent des histoires officielles ne sont plus exclus de la conversation publique; la campagne de la CIA vieille de 44 ans pour étouffer le débat en utilisant la raillerie "conspirationniste" est usée jusqu’à la corde. Dans les études académiques, comme dans les commentaires des articles d’informations, les voix pro-théorie de la conspiration sont désormais plus nombreuses – et plus rationnelles – que celles qui sont anti-conspiration.
Pas étonnant que les gens anti-conspiration ressemblent de plus en plus à des cinglés hostiles et paranoïaques.
 
 
 
page suivante ------->
 

 

L’énergie vitale, clé de la santé totale

 
 Cela fait des siècles que les mondialistes tentent de supprimer cette notion afin de transformer l'être humain en vulgaire machine.
 
 
 
Le corps humain est maintenu en vie par un flux énergétique appelé énergie vitale. Cette énergie entretient le corps en parfait état de santé, condition normale de l’être humain. Dans cet état de santé, nous ressentons le bien-être et la joie de vivre

Chacun de nous dispose d'un potentiel d’énergie vitale individuelle, variable selon ses acquis depuis la naissance. Elle augmente ou diminue en fonction de notre mode de vie sur le plan physique et émotionnel.

Le manque d’énergie vitale entraîne des défaillances dans le fonctionnement du corps.

Toutes les fonctions vitales indispensables sont régies par cette énergie intérieure intelligente et fiable qui rend possible la vie corporelle.

Cette intelligence vitale qui contrôle toutes les activités du corps, effectue des milliards de fonctions en même temps sans que nous en ayons conscience. Nous ne pouvons pas arrêter consciemment ces processus vitaux essentiels comme les battements de notre cœur, par exemple.

L’autoguérison, une capacité naturelle du corps humain, dépend de la vivacité de cette énergie. Il s’agit d’une intelligence qui met en place des processus visant à rétablir le bon fonctionnement de l’organisme lorsqu’il y a déséquilibre. Cette intelligence dépasse le niveau de compréhension de notre mental.

Il suffit d’observer le processus de cicatrisation d’une plaie pour voir cette intelligence à l’œuvre.

Autre exemple d’expression de cette intelligence vitale : la fièvre. Elle est là pour nettoyer le corps de tout ce qui est indésirable. Plus un individu recèle de puissance vitale, moins son organisme tolère l’accumulation de toxines ou toute cause de déséquilibre.

Ces symptômes vitaux ne sont pas compris par la médecine.

Ce que la médecine prend pour phénomènes pathologiques, ne sont bien souvent que des symptômes liés à l’expression de l’intelligence vitale.

L’acharnement médical visant à supprimer ces symptômes vitaux engendre énormément de dégâts. Il en résulte l’installation de maladies chroniques et dégénératives. Le retour vers une meilleure santé reste possible si on donne à l’organisme les moyens de se recharger en énergie vitale. Ce retour à la santé passe souvent à travers des crises ou « maladies aiguës » Ces manifestations sont nécessaires pour permettre au corps de s'auto-équilibrer et de se rétablir.

Ne cédons pas aux peurs, laissons l’organisme se régénérer sans le contrarier.




Quelle est l'origine de l’énergie vitale ?

L’énergie vitale est de nature spirituelle. Elle existe au-delà de ses manifestations physiques.

Quand nous sommes ancrés dans le moment présent, il est possible de ressentir tout ce flux vital qui émane de l'intérieur de nous.

Les magnétiseurs, les guérisseurs, les acupuncteurs nous aident avant tout à drainer les flux de notre propre énergie, mais il s’agit toujours de « béquilles » qui, comme tous les remèdes, peuvent se révéler transitoirement utiles.


Augmenter son capital vital

Il va de soi que seule une vie saine permet de garder ou augmenter son potentiel d’énergie vitale.


Le sommeil, la relaxation et la méditation rechargent nos batteries.




La respiration, de préférence au grand air et au soleil, nous emplit d’énergie. La respiration est une fonction sur laquelle nous pouvons avoir une action directe à tout moment.

Chaque fois que nous emplissons nos poumons d’air, nous vitalisons en même temps notre organisme avec un principe vital appelé prâna. Le prâna, c’est la vie. Nous respirons la vie.





Le soleil nous nourrit. On nous a appris à avoir peur du soleil alors qu’il est vital pour notre santé. Tout en évitant l’exposition excessive aux heures chaudes, respirons, bougeons notre corps, marchons pieds nus sur l’herbe, le sable, la terre et remercions le soleil.

Une alimentation vivante, donc majoritairement cru, est primordiale pour maintenir notre énergie à bon niveau.

Pour ne pas se laisser dépouiller de notre vitalité, il va falloir fuir autant que possible les sources de pollutions électromagnétiques. (antenne-relais, wifi, téléphone mobile continuellement en fonctionnement près du corps, etc.)




Le plexus solaire est le principal point de jaillissement de l’énergie vitale. Ce centre d’énergie constitue l’axe de rencontre de l’esprit universel avec le physique. En conséquence, c’est à ce niveau que l’universel se différencie dans individuel, c'est-à-dire en chacun de nous.

Quand le plexus solaire ne subit aucun blocage, il irradie la vie, l’énergie et la vitalité vers toutes les parties du corps. A ce moment-là, le corps est plein de vigueur et de santé.

Ce rayonnement du plexus solaire est perturbé par les émotions négatives. Quand notre soleil intérieur ne génère plus assez d’énergie pour vitaliser le corps, l’afflux de vie et d’énergie ralentit ou se bloque et c’est la cause de la plupart des maladies du genre humain.

En conséquence, notre manière de penser a une influence déterminante.

Il apparaît donc clairement que le fait de laisser briller notre lumière intérieure fera disparaître les zones d’ombre qui perturbent le flux du plexus solaire. Faire briller notre lumière passe nécessairement par l’énergie du cœur.

Ainsi, la meilleure vitamine est la vitamine Amour.

En conséquence, à chaque moment de nos journées, soyons conscients combien nos états d’être, nos émotions sont déterminants quant à l'augmentation ou la diminution de notre énergie vitale. Ayons toujours à l’esprit que les émotions négatives, les conflits, les tensions intérieures, les peurs bloquent ou annihilent cette énergie de vie.

Sentons à quel point les états d'esprit toujours positifs, joyeux, l’Amour, l’humour nous font vibrer dans de hautes fréquences bienfaisantes.

Il est important de vivre authentiquement selon ses ressentis.

Ne condamnons pas les désirs physiques s’ils sont authentiques, c'est-à-dire n’émanant pas de certaines perversions ou décadences sociales.

En conclusion, pour bien faire circuler notre énergie vitale, soyons en harmonie avec nous-mêmes. Être en accord avec ce que nous sommes réellement au fond de nous-mêmes nous relie à l'Esprit Universel. Cette reconnexion avec l'Esprit Universel nous emplit de cette énergie de vie qu’est l’Amour, le véritable carburant de notre énergie vitale.
page suivante ------>

 

TROU DE VER

 

 Comment se déplacer plus vite que la vitesse de la lumière ?

 

Création d'un double vortex polaire mono-directionnel dans l'espace courbe

 

un vortex dextrogyre extérieur de masse positive et un vortex lévogyre intérieur de masse négative vous obtenez un trou de ver ou un passage spatio-temporel

       ( modification du temps et de l'espace  )

^  les temps liés  - les templiers ^

objectif : remonter le temps ou voyager sur des distances très importantes !

 

trou-de-ver.jpg

 

Vidéo:

 

Téléportation Téléportation en direct

 

 

 

Les deux plus gros trous de ver sur Terre se trouvent au pôle Nord en Arctique et au pôle Sud en Antarctique correspondant à l'entrée et à la sortie du champ électromagnétique Terrestre.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site